Des vêtements de luxe pour le «peuple»? Le débat qui défraie la chronique en Russie

Ksenia Sobtchak/youtube.com
Un scandale a éclaté lors de la diffusion du show YouTube de Ksenia Sobtchak, présentatrice et ancienne candidate à la présidentielle. Les réseaux sociaux n'ont pas tardé à s'embraser et une célèbre chanteuse de pop russe est sortie de ses gonds.

L'ancienne candidate à la présidence russe et populaire présentatrice Ksenia Sobtchak, vêtue d'une robe noire et blanche, est allongée sur une chaise longue, les jambes croisées. Sa main gauche est derrière sa tête et sa main droite soulève légèrement sa robe, dévoilant le haut de ses collants.

« Tu peux me faire une photo qui va récolter beaucoup de like ? », demande-t-elle à la mannequin Instagram Daria Konovalova.

« Ksenia, il faut se dénuder ! », exige-t-elle.

Mais la scène de nu tant attendue n’aura pas lieu.

C’est ainsi que commence un nouvel épisode du show Le beau monde contre les filles en maillot de bain de Ksenia Sobtchak, qui a recueilli près de 3 millions de clics sur YouTube et généré d’innombrables disputes sur les réseaux sociaux. La question clé était de savoir si la popularité sur Instagram donne aux blogueurs et aux DJ le droit d’assister aux soirées de la « haute société » de Vogue et de porter des costumes Chanel.

>>> La styliste Ulyana Sergeenko crée la polémique lors de la Fashion Week de Paris

Chasse au luxe gratuit

Les vêtements de marque peuvent être donnés ou loués uniquement aux stars et personnalités de la trempe de Monica Bellucci, mais pas aux modèles Instagram - cela gâte la réputation de la marque et la chose elle-même cesse d'être exclusive. Telle est l’opinion d’une participante de l'émission - l'épouse du propriétaire du bureau de services funéraires Riual-service Viktoria Cheliagova, une blonde d’âge moyen avec des yeux fortement maquillés et portant une veste bariolée.

« Les filles portent les vêtements gratuitement et vous… comme une idiote, vous payez pour cela. Je crois que le street-style et les blogueurs ont tué le luxe », déplore-t-elle.

La petite amie d’un ancien responsable du gouvernement de Moscou, Natalia Yakimchik, et l'épouse d'un homme d'affaires, Snejana Gueorguieva, abondent alors dans son sens.

« Vous savez, quand Renata Litvinova (actrice de théâtre et de cinéma russe) est en Chanel, pour moi, c’est compréhensible (...) Pour moi, c'est une personne associée à la maison Chanel. La DJ, que je ne connais pas, s’associe mal à cette maison », a-t-elle déclaré.

>>> Tatouages criminels russes: controverse autour d’un défilé de mode parisien

Victoria Odintsova, Daria Konovalova et Victoria Korotkova, modèles Instagram présentes sur le plateau, sont vent debout face aux propos des « lionnes du beau monde ». Après tout, si Vogue en Russie compte 150 000 abonnés et qu’un blogueur en compte 4,5 millions, il est évident que les marques préfèrent vendre leurs produits par l’intermédiaire de blogueurs…

« Vous payez pour des vêtements parce que vous êtes une personne impopulaire. Vous ne pouvez pas permettre qu’on vous les offre », a rétorqué Odintsova sur les ondes.

Balenciaga attaqué

Quand une des femmes du monde a déclaré qu’elle se fichait éperdument de savoir qui portait tel ou tel vêtement, Sobtchak a évoqué une attitude différente sur cette question. Sobtchak a dit être l'amie d'un créateur de mode non nommé qui serait mécontent du fait que la célèbre chanteuse de pop russe Olga Bouzova portait sa marque.

« Il m’a dit : "Écoute, peux-tu lui demander (à Olga Bouzova) de ne plus porter notre veste en cuir ? Ça ne va pas, elle la porte partout et ça nuit à l’image de notre marque" », a raconté la présentatrice.

Au lendemain de la diffusion de l’émission, Bouzova contre-attaque. Elle accuse le directeur artistique de Balenciaga, Demna Gvasalia, d’être irrespectueux envers les personnes qui achètent des produits de la marque avec leur argent honnêtement gagné.

>>> Ces mannequins russes hors-normes qui font fi des stéréotypes

« Après vos commérages, mon cher Demna, je veux vous rendre tout ce que j’ai acheté ! (...) J'ai acheté une veste de vous à Madrid pour 300 000 roubles (4500 euros) et des baskets au Tsoum pour 60 mille (900 euros) (...) Rendez-moi mon argent, je préfère le dépenser pour une bonne cause ! », écrit-elle dans son profil Instagram.

Plus tard, Sobtchak a déclaré qu'il ne s'agissait pas de Demna Gvasalia, mais il était déjà trop tard pour calmer les partisans de Bouzova. Les commentaires du type : « J'ai toujours dit que Balenciaga – c’est de la m*rde »,« Enf*irés, on ne peut que nettoyer les toilettes avec vos vêtements ! » et les hashtags #rendezlargentàBouzova ont subermergé le compte de la marque de vêtements.

Réaction des réseaux sociaux

Les utilisateurs russes des réseaux sociaux se sont pour la plupart rangés du côté de la chanteuse et des modèles Instagram.

« De vieilles femmes moches qui ont tout accompli parce qu’elles sont les épouses de quelqu'un jettent un regard noir sur les jolies jeunes filles à la belle silhouette qui, contrairement à elles, ne seront pas perdues sans leur papounet », écrit @Ramona_Merkader sur son compte Twitter.

La journaliste russe Ekaterina Gordon a qualifié l'indignation des femmes du monde au sujet de l'accès des gens ordinaires à des vêtements coûteux de « demi-pas vers le fascisme ».

>>> Pourquoi des enseignants russes diffusent massivement des photos d’eux en maillot de bain?

La cofondatrice et rédactrice en chef du portail cosmétique Beautyinsider, Yana Zoubtsova, a soutenu la position de la « vieille garde » de la haute société.

« Mais c’est vrai, lorsque l’Instagram est composé à 99,9% de culs qui ne cherchent qu’à attirer les like, il est difficile de faire admettre à quelqu'un que vous avez un diplôme et en général un cerveau. Et oui, je ne veux pas porter ce que porte "Miss plus beau cul nu de tout l’Instagram" », écrit-elle sur Facebook.

Cependant, beaucoup ont convenu que l’élite russe, dont les épouses d’hommes d’affaires et les blogueurs sont souvent considérés comme faisant partie, n’existait plus depuis longtemps, et que la présentatrice cherchait juste à les faire tourner en bourrique.

« Les socialites se sont autoproclamés aristocrates de « sang bleu ». (...) Avec les utilisateurs d'Instagram, tout est clair. Les filles travaillent en utilisant toutes les ressources dont elles disposent. (...) Est-ce que les filles du show comprennent que Ksenia se moque d’elles ? De façon subtile, avec tact, elle les fait passer pour des idiotes complètes », a écrit sur Facebook Guelena Yarovaïa.

Dans cet autre article, nous vous révélons les secrets des femmes russes pour entretenir leur beauté.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies