Pourquoi des enseignants russes diffusent massivement des photos d’eux en maillot de bain?

Tatiana Kouvchinnikova
«Nous avons le droit de porter des maillots de bain, des piercings et, que Dieu me pardonne, d’avoir une vie sexuelle» : accompagnées de ces mots, des enseignants russes publient des photos d’eux en maillot de bain sur les réseaux sociaux  afin de protester sur à une récente affaire.

Une femme de 38 ans se tient pieds nus dans la neige en maillot de bain sportif. On voit derrière elle un lac, il fait -15°C ; dans ses mains, un diplôme honorifique pour sa participation à une compétition de natation d'hiver, et sur son cou - trois médailles. Elle s'appelle Tatiana Kouvchinnikova. Après avoir publié cette photo au bord du lac sur le réseau social VKontakte, elle a appris peu après qu’elle n’était plus la bienvenue à son travail. Kouvchinnikova est enseignante de langue et littérature russes dans l'une des meilleures écoles de Barnaoul (à 3 580 km à l'est de Moscou). La natation d'hiver est son passe-temps.

« Après la journée de travail, je suis allée [dans le bureau du directeur]. Ils m'ont montré une photo sur un téléphone avec la question : "Qu'est-ce que c'est que ça ?". La mère d’un élève, qui n'avait pas apprécié, avait demandé au directeur : "Est-ce que les enseignants s'habillent comme ça maintenant?", a déclaré Tatiana. Sur la photo c’était elle, en maillot de bain, au bord du lac. Ils ne m'ont même pas écouté, ils m’ont proposé d'écrire une lettre de démission ».

Deux mois plus tard, Tatiana a quitté son poste et affirmé que sa décision est liée au harcèlement subi au sein de l'équipe. Des enseignants de tout le pays ont alors commencé à publier leurs photos en maillot de bain sous le hashtag #lesenseignantssontaussideshumains.

>>> Les cinq plus grandes tempêtes médiatiques russes de 2018

«Les prostituées s’habillent comme ça»

En fait, Kouvchinnikova est une athlète : elle est officiellement membre de la Fédération de natation hivernale de l'Altaï. Elle a aussi suivi une formation d’artiste à l’université. Sur sa page VKontakte à la section « lieu de travail », il est désormais écrit « Artiste. Portrait photo. Caricatures ». Durant toute l'année au cours de laquelle Kouvchinnikova a réussi à travailler au lycée, sa vie personnelle n'a croisé sa vie professionnelle qu'à deux reprises. La dernière fois, lorsqu’un parent s’est plaint de sa photo en maillot de bain. La première, quand quelqu’un a critiqué une photo où elle portait une robe de soirée et des talons dans la rue. Kouvchinnikova dit avoir pris cette photo dans le cadre d’un concours visant à soutenir l'Universiade et a enfilé une robe pour « se mettre à l'abri » - redoutant qu’une photo en maillot de bain soit mal comprise. Mais ensuite, tout s’est aggravé.

« Il n’y a que les prostituées qui s'habillent et se prennent des photos comme ça. Des talons, une jupe au-dessus des genoux et tout ça pour la galerie ! Avec qui flirtez-vous ? Vous n’avez pas le droit de porter le titre d’enseignant, c’est une tache sur la réputation de l’école » : tels sont, selon Kouvchinnikova, les mots avec lesquels on lui a pour la première fois demandé de quitter l’école. Les parents et les élèves sont venus en renfort - le lendemain, ils ont recueilli des signatures en faveur de l'enseignante et Kouvchinnikova est restée. Cependant, à partir de ce moment-là, la direction a commencé à assister à ses leçons, « cherchant sans cesse la petite bête », et certains collègues ont cessé de lui parler.

«Auréole de la profession»

Peu de temps après son départ, Tatiana Kouvchinnikova est devenue un nouveau héros de l'espace médiatique. La plupart des médias fédéraux ont évoqué son histoire et un flash-mob visant soutenir l'enseignante a été lancé sur Instagram. « Nous, les enseignants, avons le droit de porter des maillots de bain, des piercings. Nous avons le droit d’avoir des hobbies et des loisirs. Et, que Dieu me pardonne, d’avoir une vie sexuelle » : des commentaires de ce type assortis de photos en maillot de bain ont rapidement déferlé sur les réseaux sociaux.

>>> Nouveau flashmob social: la Toile russe inondée de photographies de professeurs en maillot de bain

« Je suis une enseignante diplômée. Je compte me faire un tatouage, fumer un narguilé, écouter du rock... Et j’ai même commandé un strip-tease à mon mari pour mon trentième anniversaire. Est-ce que cela fait de moi un mauvais spécialiste ? Depuis quand l’auréole du métier pénètre-t-il si profondément dans l'espace personnel ».

« Les enseignants prennent aussi  du bon temps parfois »

Ce n'est pas le premier scandale autour des photos d’une enseignante. En juin 2018, Victoria Popova, professeur d'histoire de la région d'Omsk, a été licenciée en raison d'une photo en maillot de bain. Elle travaillait pendant son temps libre en tant que mannequin de taille plus et a posé en maillot de bain rétro pour la publicité d’un magasin. « Victoria Popova, par son comportement <...>, a porté atteinte à l'image de l'école et, surtout, au haut rang d'un agent pédagogique », avait déclaré à l'époque l'administration de la ville. En soutien à Popova, les enseignants ont également lancé un flash-mob en maillot de bain. Le tumulte sur les réseaux sociaux a aidé, et l’enseignante a récupéré son emploi.

Dans le cas de Kouvchinnikova, l’école et le comité local de l’éducation nient que l’enseignant ait subi des pressions. « En outre, la direction de l’école l’a persuadée de rester ». Le bureau du maire de la ville a qualifié la situation d’ « erreur » et a proposé à l’intéressée de travailler à l'école, mais Kouvchinnikova aurait refusé : « Pas envie ». Au lieu de cela, elle a accepté une offre du ministre local de l'Éducation et dirige maintenant des cours sur « l'hygiène numérique » au centre de formation avancée – elle enseigne aux enseignants comment gérer les réseaux sociaux et tient une chronique sur le mode de vie sain.

L’un des flashmobs ayant fait grand bruit en Russie a concerné les élèves d’une école militaire qui avaient mis en ligne une vidéo de leur reprise quelque peu osée du clip « Satisfaction ». Retrouvez ce phénomène dans notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies