Les cinq plus grandes tempêtes médiatiques russes de 2018

Blague jugée comme raciste, serveur attaqué avec une chaise par des stars russes du foot et femmes comparées à des chiens dans une pub d'Ikea Russie, scandale lié aux poupées en silicone et humiliation de représentantes de la gent féminine lors du Mondial 2018 - Russia Beyond dresse la liste des scandales ayant sévi en ligne au cours de l'année venant de s'écouler.

Des footballeurs frappent un responsable gouvernemental avec une chaise

Cette année, toute la Russie a succombé à la fièvre du football avec l'arrivée de la Coupe du monde dans le pays et, en général, c'était magnifique. Malheureusement, deux hommes ont rappelé à tout le monde que le football russe n'était pas toujours beau à voir. En octobre 2018, les joueurs Alexander Kokorin et Pavel Mamaev, membres de l'équipe nationale, ont attaqué des personnes au hasard après avoir bu plus que de raison (même si tous deux affirment n’avoir bu que de la bière). Ils ont d'abord passé à tabac un chauffeur rencontré sur un parking, puis frappé un représentant du gouvernement d’origine asiatique dans un café - avec une chaise !

L’indignation du public était sans précédent : le peuple est légèrement excédé des frasques de footballeurs qui roulent sur l’or. Actuellement, Kokorin et Mamaev sont jugés pour agression et resteront derrière les barreaux jusqu'au mois de février. Alors que certains pensent que c’est un peu trop, même pour un comportement aussi injustifiable, d’autres estiment qu’ils le méritent bien.

Une créatrice de mode utilise le mot « n**** » publiquement

Les Russes ne sont pas toujours très forts en matière politiquement correct. Ulyana Sergeenko, une créatrice de mode russe, a envoyé à son amie, l'entrepreneuse numérique Miroslava Duma, une invitation à une présentation dans une enveloppe intitulée « To my n****s in Paris » (allusion au mot « n*gre »). Elle voulait simplement faire référence à la chanson de Kanye West et Jay-Z, mais vous pouvez imaginer le scandale qui a éclaté lorsque Duma a posté ceci sur Instagram…

Les protecteurs du politiquement correct  (principalement en Occident) se sont égosillés pendant plusieurs jours, qualifiant Sergeenko et Duma de racistes et d’ignorantes. Cependant, elles se sont toutes deux excusées, et l'histoire est oubliée depuis janvier 2018 (date à laquelle elle s'est produite), de sorte que la décapitation en public n’est plus à l’ordre du jour. Espérons-le !

>>> Pour en savoir plus, suivez le lien.

Des hommes humilient des femmes lors de la Coupe du monde

Cette histoire était assez honteuse. La Coupe du monde est arrivée en Russie cet été - heureusement, Kokorin et Mamaev n’ont pas joué et personne n’a été frappé par une chaise - et les étrangers étaient présents en masse dans les villes russes. Bien sûr, des amitiés ont vu le jour et parfois plus, de nombreux touristes ont conquis les cœurs.

Mais tout le monde n'était pas ravi de cette situation.

Tout a commencé avec plusieurs législateurs qui ont mis en garde les femmes contre le danger des relations avec les étrangers - ensuite, des centaines d'hommes en colère ont reproché aux femmes d'avoir fait « honte à la Russie » en les qualifiant de prostituées. Dieu merci, tout n’est pas allé plus loin que les cris d’orfraie sur Internet, les femmes ayant raisonnablement rappelé à tout ce petit monde que leurs relations intimes ne concernent personne d’autre qu’elles-mêmes.

>>> Pour lire cette histoire en détail, cliquez ici.

Un journaliste a des relations sexuelles avec une poupée en silicone en imaginant son ex ; elle réagit publiquement

D’accord, rien dans cette histoire n’est décent, nous n’essaierons donc même pas de l’envisager de cette façon. Ainsi, une société a ouvert un « bordel légal » à Moscou en utilisant des poupées en silicone au lieu des prostituées. Pour faire de la promotion, ses propriétaires ont invité les journalistes à venir faire un test. Au moins deux grands médias - Lenta.ru et The Village - ont envoyé leurs correspondants à ... avoir des relations sexuelles avec des poupées et écrire sur ce sujet. Scoop garanti…

Le journaliste de The Village a écrit que l'expérience avec une poupée froide était si pénible qu'il a dû ouvrir des photos de son ex sur son téléphone portable et se masturber pour « terminer » sa mission. L'article a été publié anonymement, mais plusieurs heures plus tard, une collègue de l'auteur a écrit qu'elle était « l'ex » de l'article et qu'elle se sentait humiliée et consternée. Dégoûtés par le texte lui-même, les lecteurs ont débattu pour savoir à quel point il était éthiquement correct de se référer à son ex de la sorte, même dans un article anonyme… jusqu'à ce que tout soit oublié.

IKEA fait une publicité (relativement) sexiste

Cette année, IKEA Russie a fait une blague jugée inappropriée par certaines personnes : ils ont posté une photo d'un mignon chien à l'air coupable devant une assiette de crêpes et ajouté un texte :

« Si vous avez éraflé sa voiture ou mangé ses pantoufles sans le vouloir, voici ce que vous devriez faire…

- lui faire des crêpes à la confiture;

- mettez sur la nappe son service préféré (nom de l’article) d'IKEA;

- évitez les mots comme "chéri, il faut qu'on parle" »

Au début, cela ressemble à une blague amusante à propos d’un chien, mais des dizaines de femmes l’ont trouvée offensante, car elle comparerait ainsi les chiens aux femmes et, par conséquent, les femmes aux chiens. « Vous avez comparé au moins 50% de votre public cible avec des chiens, vous êtes sexistes et stupides ! Je vous souhaite de grandes pertes ! », a écrit l'un des contestataires. IKEA a supprimé le message et s'est excusé.

Bonne année et espérons qu’il y aura encore plus d’histoires insensées en 2019 !

Nous vous invitons en outre à découvrir les personnes ayant marqué l'année 2018.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies