Les cinq pièces de monnaie les plus chères de la Russie tsariste

Legion Media
La valeur d'une pièce dépend directement de son tirage. Plus il est faible, plus la pièce est chère. Les plus rares sont ainsi les pièces d'essai : pour diverses raisons, elles n’ont pas été mises en circulation.

1. Rouble Konstantinovski de 1825: 5 à 10 millions de dollars

Le rouble Konstantinovski est la seule pièce russe à l'effigie d’un empereur ... qui n’a en fait jamais été empereur. Après la mort d'Alexandre Ier, son frère Constantin devait monter sur le trône, mais il a en effet renoncé en faveur de Nicolas Ier.

Aujourd'hui, on sait que seules huit pièces d'essai ont été émises spécialement pour le couronnement de Constantin, qui a renoncé au trône avant même la mort de son prédécesseur. Pour éviter un scandale, toutes les pièces ont été cachées juste après le couronnement de Nicolas Ier et elles n'ont jamais été montrées.

>>> Trésors impériaux: ces joyaux de la couronne de Russie ayant été perdus, vendus ou mis sous clef

C'est la pièce russe la plus légendaire, a déclaré Igor Lavrouk, directeur de la maison de vente aux enchères Pièces et Médailles. La dernière vente d’un rouble Konstantinovski en 2004 a atteint 525 000 dollars. Selon l'expert, cette pièce peut aujourd'hui être cotée entre 5 et 10 millions de dollars.

2. Rouble Ioann Antonovitch de 1740: 3,8 millions de dollars

Lors d’une vente aux enchères en 2012, cette pièce a trouvé preneur pour 3,8 millions de dollars et, depuis, son prix a sans aucun doute encore augmenté.

Encore bébé, Ivan VI a été proclamé empereur alors qu’il avait moins d'un an. Presque immédiatement, le nourrisson-empereur a été renversé par la plus jeune fille de Pierre Ier, Elizabeth, et a passé en captivité toute sa vie, qui s'est achevée à 23 ans.

En dépit du fait qu'il était d'usage de dépeindre le profil de l'empereur sur les pièces de monnaie, Ivan VI ne pouvait bénéficier d’un tel honneur, car il était trop jeune. Au lieu d'un portrait, c'est donc son monogramme qui a été frappé. Naturellement, cette pièce n’a pas été mise en circulation à cause de la destitution rapide du bébé empereur. « Cette pièce est extrêmement rare », déclare Lavrouk.

>>> De Pierre le Grand à Gorbatchev: les résidences des dirigeants russes et soviétiques en images

3. Or élisabéthain de 1755: 3 millions de dollars

La dernière acquisition d'une pièce d’or élisabéthaine en 2008, lors d’une vente aux enchères de St. James’s Auctions, a rapporté 2,5 millions de dollars. Cette pièce en or pur d'une valeur faciale de 20 roubles n'a jamais été en circulation et se distingue des 10 roubles plus courants.

« Très probablement, elle a été rejetée simplement parce que cela représentait trop d'argent. En 1755, quand les gens utilisaient des pièces de cuivre, on pouvait acheter plusieurs villages avec une pièce d'or de 20 roubles », explique Lavrouk.

Le directeur de la maison de vente aux enchères estime la valeur actuelle d’une telle pièce à 3 millions de dollars.

4. Rouble de Reichel de 1845: 2 millions de dollars

Sous le règne du tsar Nicolas Ier, dans la première moitié du XIXe siècle, la mode consistant à frapper des pièces commémoratives pour certains événements a commencé : la naissance d'enfants royaux, le mariage d'un héritier, etc.. Certains des exemplaires frappés dans de très petites éditions n'ont cependant pas obtenu la plus haute approbation de l'empereur pour diverses raisons.

>>> Les trois dirigeants les plus belliqueux de l’histoire russe

C'était le cas du rouble de Reichel de 1845. La pièce représente le profil de Nicolas Ier avec un cou particulièrement allongé. On ignore si ce cou étonnant était la véritable cause du refus de l'empereur de frapper cette pièce, mais il l'a rejetée. C'est précisément à cause du refus de l'empereur que le prix de cette pièce a augmenté de manière significative par la suite. Aujourd'hui, sa valeur est estimée à 2 millions de dollars, explique Lavrouk.

5. Anna avec une chaîne de 1730: 1 million de dollars

On a renoncé à frapper cette monnaie en argent en raison de la complexité de sa fabrication. Le blason côté pile est entouré de la chaîne de l'ordre de Saint-André-le-Premier-appelé. C'est à cause d’elle que la pièce est appelée « Anna avec une chaîne ». Or, fabriquer un "tampon" avec autant de petits détails pour frapper une chaîne était considéré comme trop difficile, et elle a été abandonnée au profit d'un dessin plus simple de la même pièce, mais sans chaîne. D'où la rareté de l'échantillon « avec une chaîne ».

La dernière fois qu'une telle pièce a été mise aux enchères en 2010, elle a trouvé preneur pour 460 000 dollars. « Aujourd'hui, un bon exemplaire doit coûter environ un million de dollars », déclare Lavrouk.

Dans cet autre article, admirez ces incroyables photographies colorisées du dernier bal des Romanov.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies