Maux royaux: quatre dirigeants russes torturés par la maladie

Domaine public
Même les dirigeants et les souverains du plus grand pays du monde tombent malades, parfois fatalement. Voici quatre histoires de ce genre.

Quand l'empereur Paul Ier est mort dans son château en 1801, la cause officielle donnée était une attaque, bien que beaucoup de Russes aient soupçonné - à raison, comme il s'est avéré plus tard - que le tsar avait été assassiné par un groupe d'aristocrates. L'histoire officielle semblait plausible : en dépit de l'histoire turbulente de la Russie, la maladie chronique a abattu plus de dirigeants que les renversements violents.

Pierre le Grand: problèmes neurologiques, asthme, maladie rénale

Pierre, selon les contemporains, avait « de beaux traits et une noble stature », et était très grand (2,03 mètres). Cependant, le tsar ne jouissait pas d'une bonne santé. Il était mince pour sa taille imposante et subit plusieurs maladies au cours de ses 52 ans.

De temps en temps, Pierre était pris d’accès de fureur apparemment sans raison. Lors d’une parade, un ambassadeur danois a écrit que le tsar avait attaqué un soldat avec une épée, affichant une grimace et des convulsions physiques. À l'époque, Pierre éprouvait de puissantes crises que seule sa femme et son successeur, Catherine Ier, étaient en mesure d’arrêter.

Lire aussi : Le côté obscur des Romanov: quand les tsars régnaient par la violence

Pierre est mort en 1725, mais les chercheurs continuent de débattre sur les causes de son comportement. Nikolaï Poukhovski, un psychologue contemporain, suggère qu’il souffrait d’épilepsie. D'autres spécialistes, cités par l'écrivain Boris Akounine, ont supposé que le tsar avait le syndrome de la Tourette. Akounine a noté qu'aucune de ces maladies n'entravait l'activité intellectuelle, mais elles ont certainement rendu la vie de Pierre très difficile.

Outre les maux neurologiques, l'empereur avait également de l'asthme, nécessitant des séjours réguliers dans des sources minérales pour son traitement. Sa mort, cependant, a été causée par une maladie rénale qui s'est aggravée après que Pierre eut sauvé plusieurs marins d'un bateau qui coulait.

Alexeï, fils du tsar Nicolas II: hémophilie

Alexeï Romanov (1904-1918), le seul fils du dernier tsar de Russie, Nicolas II, n'a jamais accompli son destin consistant à monter le trône. Cette perspective, cependant, a toujours été menacée en raison de la maladie grave de tsarévitch – l’hémophilie, qu’il a héritée de sa mère, Alexandra, une petite-fille de la reine d'Angleterre Victoria.

Cette maladie signifiait que chaque coupure ou ecchymose reçue par le jeune Alexeï était potentiellement mortelle, car son sang ne pouvait pas coaguler correctement pour arrêter le saignement. Nicolas avait chargé deux gardes de suivre son héritier partout, mais même cela ne pouvait pas éviter tous les risques. Plusieurs fois, Alexeï a subi des blessures qui ont failli lui coûter la vie.

Lire aussi : Dix faits importants concernant l’assassinat de la famille royale

En 1917, quand Alexeï avait 12 ans, un médecin de la Cour royale a déclaré que l'hémophilie supposait qu’il était pour le tsarévitch « peu probable de vivre plus de 16 ans ». La question de savoir si le garçon pourrait avoir survécu à cette prédiction a été tranchée un an plus tard : en juillet 1918, à un mois seulement de son 14e anniversaire, Alexeï a été assassiné avec le reste de la famille royale par les révolutionnaires bolcheviques.

Vladimir Lénine: athérosclérose progressive

Travailleur et énergique, le chef de la Révolution d'octobre 1917 s’est consumé en moins de deux ans d'une maladie mystérieuse. Il a subi un premier AVC en mai 1922, causant une paralysie et une perte de la parole - un symptôme humiliant pour le révolutionnaire communiste très actif.

Tout au long de l’année 1922, Lénine réussit à récupérer et à reprendre le travail. Mais l'année suivante, il dut quitter le Kremlin et ses obligations. Il passa des mois à sa résidence de Gorki, sa santé se détériorant rapidement. Les meilleurs médecins, y compris certains invités d'Allemagne, ne pouvaient pas déterminer de quoi était malade le chef bolchevique.

Lire aussi : Dix photos de Lénine que vous n’aviez jamais vues

Comme le scientifique Iouri Lopoukhine l’explique dans son livre sur la mort de Lénine, en 1924 à l'âge de 53 ans, « les médecins ont successivement diagnostiqué au patient trois maladies qu'il n'avait pas et l'ont traité de façon erronée pour neurasthénie, intoxication chronique au plomb et la neuro-syphilis ». Une autopsie a montré que Lénine était mort d'athérosclérose progressive, en partie causée par des dommages portés à son système cardiovasculaire par des blessures subies lors d’une tentative d'assassinat 1918.

Leonid Brejnev: problèmes nerveux et cardiaques

Le plus grand Secrétaire général de l'Union soviétique a vu sa santé se détériorer pendant la dernière de ses 18 années au pouvoir. Voyant leur chef à la télévision marmonner et à peine capable de marcher, les citoyens soviétiques faisaient des blagues sur Brejnev (« Il gouverne le pays dans le coma »). Ce que beaucoup n'ont pas réalisé, c'est que Brejnev était malade bien avant que ses symptômes ne commencent à apparaître.

« Métaphoriquement parlant, s'il avait travaillé comme facteur, et non comme politicien, il aurait vécu plus longtemps », note l'historien Viktor Denninghaus. Selon lui, Brejnev a subi sa première crise cardiaque en 1951, plus d'une décennie avant de diriger le parti communiste. Des années de travail acharné, le tabagisme et une tension nerveuse constante ont également joué leur rôle. À partir de la fin des années 1970, il ne pouvait plus dormir sans pilules, ce qui a également endommagé son cœur.

Lire aussi : «Cher Leonid Ilitch»: Brejnev, superstar des blagues soviétiques

La santé de Brejnev se serait peut-être améliorée s'il avait pris sa retraite, mais il n'a pas envisagé cette option. « Il n'a pas eu assez de courage pour prendre sa retraite et a dû rester jusqu’à la fin », écrit l’historien Andreï Savine. Brejnev s'est éteint dans son sommeil en novembre 1982, à l’âge de 82 ans, d’une nouvelle crise cardiaque.

Romanov, Lénine, Poutine : d’où viennent les noms des dirigeants du pays ? Trouvez la réponse dans notre  article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer