De Pierre le Grand à Gorbatchev: les résidences des dirigeants russes et soviétiques en images

Legion Media; Esper Ukhtomsky
Les dirigeants du pays ont toujours vécu avec style. En effet, si les palais impériaux ont atteint l’apogée de leur luxe à la fin du XVIIIe siècle, même les leaders soviétiques semblaient avoir du mal à résister à de telles fantaisies.

Le palais d’Été de Pierre le Grand, Saint-Pétersbourg

Date de construction : 1710-1714

Résidence de : Pierre le Grand

Avant que Saint-Pétersbourg ne s’étende et ne deviennent la mégalopole qu’elle est aujourd’hui, il existait une cabane en rondins de bois le long de la Neva. Pierre le Grand était familier des logements modestes et lorsqu’il a déménagé de cette cabane en 1712, ce nouveau « palais » d’Été ne disposait donc que d’un étage et de dimensions tout à fait raisonnables.

Le palais Catherine, Tsarskoïé Selo

Date de construction : 1717-1724, reconstruit en 1752-1756

Résidence de : les impératrices Catherine Ire, Élisabeth Ire, Catherine II

Le palais se dressant aujourd’hui dans la ville de Pouchkine (autrefois appelée Tsarskoïé Selo, à 30 kilomètres au sud de Saint-Pétersbourg), a été érigé sous l’impératrice Élisabeth Ire, fille de Pierre le Grand, pour la seconde femme de ce dernier, Catherine Ire. Cet édifice de 325 mètres de long abrite certains des plus extravagants et luxueux éléments architecturaux jamais imaginés : une salle de bal aux murs recouverts de dorures, une galerie des portraits de 100m², une salle de dessin tapissée de soie chinoise, une immense chapelle, des statues dorées, et bien plus encore.

Lire aussi : Le Moscou des oligarques: où vivent les hommes les plus riches de Russie?

Catherine II a ensuite délaissé le penchant d’֤Élisabeth pour la flamboyance du rococo au profit du néoclassicisme et du néo-grec.

Maintenant, cela ressemble plus à ça.

Le palais d’Hiver, Saint-Pétersbourg

Date de construction : 1757-1762

Résidence de : officiellement, tous les tsars russes suivants

Ce palais a été conçu par l’architecte italien Francesco Bartolomeo Rastrelli, qui a entamé sa reconstruction (plusieurs palais ayant précédé celui-ci) avec l’aval de l’impératrice Élisabeth Ire. Le style rococo, aux tons verts et blancs, aux colonnes ioniques et aux élégants parapets, était tellement apprécié, que lorsque la majeure partie de l’édifice a été détruite en 1837 dans un incendie, Nicolas Ier a ordonné l’exacte reconstruction de ses extérieurs.

Le palais de Tsaritsyno, Moscou

Date de construction : 1786-1796

Résidence de : Catherine II

Le premier palais à avoir été bâti sur ce domaine, achevé pour Catherine II après neuf années de chantier, a été détruit en 1785 car l’impératrice jugeait ses pièces trop sombres. A donc ensuite été entreprise la construction d’une nouvelle version, projet qui a ultérieurement été abandonné par Paul Ier. Les travaux ont par conséquent pris fin en 2007 seulement.

La résidence de Catherine II à Moscou est aujourd’hui située au cœur d’un parc idyllique, dans la banlieue sud de la capitale.

Le palais Alexandre, Tsarskoïé Selo

Date de construction : 1792-1796

Résidence de : Alexandre Ier, Nicolas Ier, Alexandre III, Nicolas II

Se trouvant à Tsarskoïé Selo, à quelques pas seulement du palais Catherine, cette demeure a été la résidence estivale des Romanov au cours du XIXe siècle (ainsi que la résidence permanente de Nicolas II et de sa famille).

Le château Saint-Michel, Saint-Pétersbourg

Date de construction : 1797-1801

Résidence de : Paul Ier

Le château Saint-Michel est la résidence de dirigeant russe ayant connu le plus malheureux des destins. Le fils de Catherine II a en effet passé 15 ans avant son accession au trône à concevoir ce domaine spectaculaire. Or, lorsque le château a finalement été achevé en 1810, le tsar Paul n’y a vécu que 40 jours, avant d’être assassiné lors d’un coup d’État.

Le palais de Livadia, Crimée

Date de construction : 1861, reconstruit en 1909-1911

Résidence de : Alexandre II, Alexandre III, Nicolas II

Demeure de campagne absurdement onéreuse de Nicolas II, bâtie à l’emplacement d’une ancienne villa, ce palais a été le témoin du goût de la famille Romanov pour le luxe, ce qui n’a évidemment pas aidé les derniers représentants de cette illustre lignée à connaître une fin heureuse. Fait intéressant, cet édifice a été le point de rencontre lors de la conférence de Yalta, en février 1945.

Le palais du Sénat, Kremlin de Moscou

Date de construction : 1776-1787

Résidence de : Vladimir Lénine

Au cours de la guerre civile, Lénine a vécu et travaillé dans un appartement méconnu, au deuxième étage du palais du Sénat. Les quartiers du leader bolchévique ont été conservés en guise de mémorial jusqu’en 1994.

Le Manoir de Gorki Leninskié, région de Moscou

Date de construction : début du XIXe siècle

Résidence de : Vladimir Lénine

Ce noble manoir du XIXe siècle a accueilli le chef de la révolution lorsque son état de santé s’est détérioré, en mai 1923, maladie qui conduira plus tard à son décès. S’étant habitué à ces luxueux intérieurs néoclassiques, Lénine aurait demandé à ses assistants de ne rien changer au mobilier qui s’y trouvait.

La datcha de Kountsevo, Moscou

Date de construction : 1933-1934

Résidence de : Joseph Staline

Ayant décidé de s’éloigner de la bruyante capitale, le secrétaire général du Parti a, en 1933, ordonné la construction d’une résidence personnelle de sept pièces à l’ouest de la ville. C’est là que Staline a passé les deux dernières décennies de sa vie, et a notamment accueilli Mao Zedong et Winston Churchill dans son bureau. En réalité, Staline aurait rarement quitté ce dernier, et ce, en dépit du fait que la demeure était entourée de divers jardins, vergers et installations sportives.

Le 32, rue Kossyguine, Moscou

Date de construction : 1955

Résidence de : Nikita Khrouchtchev

Avant de devenir secrétaire général, Khrouchtchev n’a pas perdu de temps suite à la mort de Staline pour s’assurer un logement à la hauteur de ses envies. Le nouveau manoir sur la rue Kossyguine surplombait la Colline Lénine (aujourd’hui appelé Monts des Moineaux). Il a été conçu en marbre ainsi qu’en bois précieux, et était protégé par un portail en acier.

Le 26, perspective Koutouzov, Moscou

Date de construction : fin des années 1950

Résidence de : Léonid Brejnev, Iouri Andropov

Pour une plus grande efficacité, l’appartement de Brejnev, un 54m², se trouvait juste un étage en dessous de celui du directeur du KGB et futur secrétaire général, Iouri Andropov. En 2003, ce logement a fait couler beaucoup d’encre dans la presse nationale, lorsqu’il a été mis en vente pour la coquette somme de 535 000 euros (deux fois sa valeur estimée).

La datcha de Zavidovo, région de Tver

Date de construction : début des années 1960

Résidence de : Léonid Brejnev

La datcha que Brejnev préférait et visitait le plus souvent était située au sein du parc national de Zavidovo, à quelque 130 kilomètres au nord-ouest de la capitale. Initialement construite pour la chasse, cette résidence d’un étage dispose de sols en marbre, d’un cinéma privé, d’une salle de billard, et de douze luxueuses chambres pour les amis et collègues politiciens.

Le 10, ruelle Granatny, Moscou

Date de construction : 1978

Résidence de : Léonid Brejnev, Mikhaïl Gorbatchev

Cet immeuble spacieux dans le très prisé quartier moscovite des Étangs du Patriarche a tout d’abord servi de pied-à-terre en centre-ville pour Leonid Brejnev, puis brièvement pour Gorbatchev, en 1984-1985. Si vous regardez attentivement, le cinquième étage se distingue par ses fenêtres sensiblement plus longues que les autres, reflétant la hauteur sous plafond supplémentaire accordée aux secrétaires généraux.

Le 10, rue Kossyguine, Moscou

Date de construction : 1986

Résidence de : Mikhaïl Gorbatchev

Non loin de l’ancienne résidence de Khrouchtchev se dresse ce manoir de trois étages et de quatorze pièces. Ayant autrefois logé Gorbatchev, il a par la suite été acheté par le compositeur Igor Kroutoï pour près de 13 millions d’euros.

La datcha de Zaria, Foros (Crimée)

Date de construction : 1986-1988

Résidence de : Mikhaïl Gorbatchev

Malgré sa féroce campagne contre les privilèges du Parti, le dernier leader soviétique n’a eu aucun scrupule à s’octroyer une résidence de vacances de deux étages sur le littoral de la mer Noire, pour un coût de plus de 17 millions d’euros. En 1992, une inspection menée par le journal Pravda a révélé que le domaine comportait une plage privée, un solarium sur le toit, des sols en marbre, un cinéma, une piste de danse, des courts de tennis, ainsi qu’un verger de pêchers autoalimenté en eau.

À noter que cette demeure a été le lieu de son assignation à domicile durant le coup d’État raté orchestré par le KGB et les plus radicaux membres du Parti Communiste en août 1991.

Dans cet autre article, nous vous présentons le palais Massandra, résidence d’Alexandre III et de Staline, inspiré des châteaux de la Loire.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies