Jean-Michel Cousteau en visite cette semaine à la «prison à baleines» de l’Extrême-Orient russe

Vitaly Anikov/Sputnik

Jean-Michel Cousteau, fils du célèbre océanographe, devrait se rendre cette semaine en Russie afin de visiter la tant décriée « prison à baleines », où se trouvent en captivité 12 orques et 90 bélougas, avance l’agence RIA Novosti, informée par Dmitri Lissitsyne, directeur de l’organisation publique Ekologuitcheskaïa vakhta (Faction écologique).

« Le programme est le suivant : le 3 avril ils doivent atterrir à Moscou, le 4 rencontrer les représentants du ministère russe des Ressources naturelles, et ensuite s’envoler le soir pour Vladivostok. Le 5, atterrissage à Vladivostok, rencontre avec l’administration de la région et départ pour la "prison à baleines" », a-t-il ainsi précisé.

Plus tôt, il avait été annoncé que le ministère en question avait convié le chercheur français à venir en aide aux bélougas et orques retenus dans la baie de Sredniaïa, dans le Primorié (région de Vladivostok). Une invitation doublée de celle d’Oleg Kojemiaki, gouverneur de cette région de l’Extrême-Orient russe.

>>> Krochik, le phoque russe qui a choisi de vivre en compagnie des humains

Pour rappel, c’est en octobre dernier, suite aux révélations de Greenpeace, que l’existence de ce site retenant illégalement des mammifères marins avait été portée au grand jour, entrainant des réactions d’indignation à travers le monde. Le parquet de protection de la nature de Vladivostok avait par la suite pu déceler des infractions commises par les différentes structures assurant la gestion de l’installation, alors accusées de capture illégale et de mauvais traitement envers des animaux. Il a ensuite été décidé de transférer les « détenus » vers un centre de réadaptation à la vie sauvage, mais plusieurs spécialistes se sont exprimés quant aux difficultés et dangers pour la santé des animaux qu’impliquait une telle entreprise.

Dans cet autre article, découvrez le témoignage d’une équipe russe proposant aux amateurs de plongée de côtoyer les baleines de par le monde.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies