«Prison à baleines» russe: les orques et belugas seront transférés dans un centre d’entretien

Domaine public

Les orques et les belugas retenus captifs dans un site de la baie de Sredniaïa (région du Primorié, Extrême-Orient russe), qui a déjà été baptisé « prison à baleines », seront transférés dans le Centre d’entretien de grands animaux marins qui sera aménagé dans l’une des baies de l’île Rousski, près de Vladivostok, rapportent ce mardi des agences d’information du pays.

La décision ad hoc a été adoptée lors du conseil qui a réuni jeudi dernier le vice-premier ministre Alexeï Gordieïev et les représentants d’une série d’institutions, dont le ministère de l’Écologie et des Ressources naturelles, le Parquet général, le Comité d’enquête, etc. Cette réunion a débouché sur la résolution de mettre en œuvre des mesures visant à la réadaptation des mammifères en question, et ce, pour les remettre ensuite dans leur milieu naturel. Cette dernière étape ne se fera cependant qu’« en cas d’absence de risques pour leur vie ».

>>> Krochik, le phoque russe qui a choisi de vivre en compagnie des humains

En vue d’appliquer ce projet, des scientifiques et des écologues seront engagés.

Or, a fait noter le vice-ministre, afin de garantir le salut des animaux, le transfert ne sera possible qu’après la fonte des glaces hivernales et l’arrivée de températures positives.

Pour rappel, 12 orques et 90 belugas ont été capturés en 2018 dans la mer d’Okhotsk puis placés dans des enclos de la baie de Sredniaïa en vue de leur prochaine vente à des oceanariums. Après que l’opinion publique et des militants pour les droits des animaux ont tiré la sonnette d’alarme, l’affaire a attiré l’attention des autorités tandis que deux procédures pénales – pour pêche illicite et maltraitance des animaux - ont été engagées.

Dans cette autre publication nous vous présentons les cinq meilleurs endroits pour pratiquer la plongée sous-marine en Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies