«Visages de l’Est»: la vie dans l’espace post-soviétique à travers l’objectif d’un Allemand (photos)

Philipp Lausberg
L’amour de cet Allemand pour la Russie a enthousiasmé les Russes eux-mêmes. Quand il ne travaille pas, Philipp Lausberg entreprend des voyages dans la région post-soviétique pour photographier de vraies personnes et enregistrer leurs histoires. Alors que sa page «Faces of the East» continue de gagner en popularité, découvrez quelques-uns de ses meilleurs clichés, encore inédits.

Philipp Lausberg est originaire de Munich, diplômé en histoire et politique d'Oxford et est actuellement chercheur à l'Université d'Anvers. Il voyage entre l'Allemagne et la Russie pour faire des stages et des petits boulots lui permettant de revenir voir ses amis. Et - comme il le dit - parce que Moscou l’envoûte, et qu’il adorerait vivre ici à nouveau si l’occasion se présentait.

Avec son projet Facebook « Faces of the East », il fait un travail remarquable en combinant des photos avec des histoires, racontant les choses telles qu’elles sont et offrant à son public un aperçu sans fioriture de la vie réelle de ses sujets.

Les légendes sous les photos ne sont qu’un pâle aperçu de ce que vous trouverez sur la page Facebook.

« J'ai toujours été fasciné par la Russie et les autres pays de l'ex-Union soviétique. J'ai appris le russe, j'ai travaillé et vécu à Moscou et je reviens sans cesse dans la région pour rendre visite à des amis et voyager ».

Cette troupe de danseurs portant des vêtements caucasiens classiques présente des spectacles dans de vieux sanatoriums de style soviétique dans les villes thermales russes de Piatigorsk et de Kislovodsk. Ces deux villes étaient prisées des tsars russes, de l'aristocratie et des artistes. De nos jours, ces villes exhalent le charme morbide d’une époque révolue.

« Une chose qui m'a toujours frappé dans la région est l'abondance de personnages particuliers avec des histoires uniques. Beaucoup d’entre elles sont étranges, sombres, absurdes, drôles ou tristes, et toujours profondes. En bref, on touche à tout le spectre de l'expérience humaine, de l'obscurité à l'éclat, d'une manière intense et non filtrée que l'on rencontre rarement en Occident ».

« Kalach » est musicien, poète et bûcheron chargé de couper du bois pour Gazprom en Sibérie occidentale. Il a également été soldat sous contrat pendant trois ans. Je l'ai rencontré sur un bateau sur l'Ob. Il se dit patriote russe et est un partisan des forces monarchistes dans la guerre civile russe (1917-1921).

« J'aime particulièrement explorer la manière dont les développements politiques, sociaux et économiques façonnent et sont façonnés par les gens, et comment les histoires de vie individuelles s'inscrivent dans des développements actuels et historiques plus vastes, qui ont été si turbulents dans l'espace post-soviétique ».

Viktoria est venue seule à Vladikavkaz de Tcheliabinsk, dans l'Oural, lors d'un voyage en train de quatre jours à Beslan (Ossétie du Nord), où, en septembre 2004, plus de 1 100 écoliers ont été pris en otage dans l’école où l’on voit Viktoria. Plus de 330 personnes ont été tuées par des terroristes tchétchènes.

« En effet, les histoires de vie y sont souvent façonnées par les expériences du communisme, de la terreur, des déportations, des guerres, mais aussi par de grandes réalisations technologiques, l’art et la coopération pacifique et le mélange de tant de peuples différents avec leurs propres cultures et histoires. Il n’y a probablement pas d’autre endroit au monde aussi riche en histoires uniques et souvent folles »

Aboubaker, de Grozny, se souvient des deux guerres tchétchènes, notamment comment il a séjourné dans des caves caché avec sa famille. Un de ses cousins ​​est mort en jouant avec une munition non explosée. Un autre membre de la famille a été tué lors d’un bombardement. Selon lui, « les gens ne pensent ni ne parlent de la guerre, tout le monde essaie de l’oublier ».

« Alors que j’ai toujours été fasciné par ce genre d'histoires, lors d'un voyage en Asie centrale en 2016, j'ai également commencé à faire des portraits de personnes. Quand je suis arrivé à Almaty, au Kazakhstan, pour rendre visite à un ami, j'étais fasciné par le visage unique de ses habitants… Vous pouvez rencontrer des gens comme un gars aux traits asiatiques et aux yeux bleus, dont le grand-père allemand et la grand-mère coréenne ont été déportés de leur pays d'origine dans la steppe kazakhe pendant le règne de Staline, alors qu'il aurait en même temps un grand-père ukrainien venu travailler comme spécialiste des fusées à Baïkonour et une grand-mère kalmouke qui serait venue en tant que membre enthousiaste du Komsomol pour développer les "terres vierges" du Kazakhstan ».

Roman et Macha vivent dans un petit appartement du centre de Slaviansk, dans l'est de l'Ukraine. Ils travaillent tous les deux pour l’ONG « People in Need », qui soutient la population civile du Donbass. Roman a quitté son domicile à Donetsk en 2014. L'ONG a depuis été interdite dans les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk.

« J'ai plaisanté avec mes amis en disant que les peuples d'Asie centrale - ou même de tout le monde post-soviétique - poussaient à être un hipster d’un autre niveau. Tandis qu'ailleurs, les gens se contentent de se distinguer principalement par leurs vêtements ou leurs accessoires pour devenir individualistes et uniques, les centre-asiatiques se démarquent simplement par leurs visages et leurs histoires exceptionnels ».

Zara et son arrière-petite-fille Jessica vivent dans le minuscule hameau de Mairamikau, dans les gorges du Karmadon, dans la région russe d'Ossétie Nord-Alanie. Zara a vécu ici toute sa vie et est très heureuse. On dit que le Caucase est la région du monde ayant la plus forte concentration de centenaires.

« J'ai donc commencé à collecter ces portraits et à les publier avec des histoires sur ma page Facebook. C’est devenu un peu mon passe-temps permanent. J'ai maintenant plusieurs centaines de portraits avec des histoires, principalement de Russie et d'Asie centrale, mais aussi d'Ukraine, d'Arménie, de Géorgie, de Biélorussie et de la diaspora russophone en Europe, ainsi que du Moyen-Orient et de l'Afrique ».

Voici la jeune artiste Oustina Iakovleva dans son atelier du centre-ville de Moscou.

« De nombreux amis m'ont demandé de rendre les portraits et les histoires accessibles à un public plus large. C'est pourquoi j'ai récemment créé une page Facebook intitulée "Face of the East" sur laquelle je publie régulièrement de nouvelles histoires ».

Kanykeï, 8 ans, se tient devant la yourte de sa famille dans les montagnes de Jeti Oguz, au Kirghizistan. Ses parents et ses grands-parents vivent dans des appartements de l'ère soviétique depuis des décennies, mais depuis plusieurs années, ils passent la période allant de mai à septembre dans les montagnes, comme leurs ancêtres avant la collectivisation soviétique.

« Actuellement, je publie principalement des photos d'un voyage en Russie lors de la Coupe du monde l'été dernier qui m'a conduit de Moscou à Nijni-Novgorod, puis le long de la Volga en passant par la Tchouvachie, le Tatarstan, Oulianovsk, Samara, Saratov et Volgograd, puis par la Kalmoukie vers le nord, et les Villes thermales du Caucase, la Kabardino-Balkarie et enfin à travers la Tchétchénie jusqu'au Daghestan ».

Danilo et Olga, un couple marié. Danilo est venu étudier à Volgograd il y a 8 ans. Son père a travaillé pour l'ambassade de Guinée-Bissau à Moscou et a étudié en Union soviétique. Danilo a longuement parlé de ce qu’est être un homme noir en Russie. Pour en savoir plus, rendez-vous sur « Visages de l'Est ».

« L'immense richesse culturelle de la région post-soviétique et ses identités souvent multicouches sont non seulement fascinantes, mais aussi largement inconnues en Occident. C’est la raison pour laquelle j’essaie également de transmettre des impressions personnelles d’une région qui est encore largement connue pour ses stéréotypes négatifs et simplistes et pour sa focalisation étroite sur sa politique de puissance ».

Fereza et Irad se promenaient près du kremlin de Kazan le jour de leur mariage. La structure emblématique, qui comprend la mosquée bleue ainsi qu'une église orthodoxe, est l'un des endroits les plus populaires pour les photographes.

« J’ai aussi été inspiré par Svetlana Alexievitch, lauréate du prix Nobel de Biélorussie, qui a écrit des ouvrages comme La Fin de l’homme rouge, dans lesquels elle a publié des interviews de personnes de l'ex-URSS décrivant leur vie incroyable et souvent tragique ».

Gen Pen Tso est un moine bouddhiste du Tibet qui vit depuis 2006 en Kalmoukie, dans le sud de la Russie, et travaille dans l'un des temples locaux. Il parle maintenant couramment le russe et le kalmouk. Il est également propriétaire de son propre sanctuaire de village et a sa paroisse dans la région de Volgograd.

Phillip a beaucoup, beaucoup plus à nous montrer, et sa page « Faces of the East » n’est qu’un petit échantillon de ce qui viendra dans un avenir proche. Si les dizaines de photos que nous avons vues vous ont mis l’eau à la bouche, votre voyage s’annonce beaucoup plus intime. Restez connecté !

Dacha est à un festival organisé par Gazprom pour ses ouvriers sur le fleuve Ob près du village de Peregrebnoïe. Comme il faisait un peu froid, Dacha a revêtu ses vêtements de travail, qu'elle porte habituellement dans le champ gazier près de chez elle, à 300 km plus au nord. La photo a été prise à minuit !

Assurez-vous de visiter la page Facebook de Philipp « Faces of the East », qu’il met à jour de temps en temps avec de nouvelles histoires-photos de la vie post-soviétique.

Albina est une artiste de Makhatchkala. Elle est venue seule pour visiter l'ancien village abandonné de Gamsoutl. Eloigné dans les montagnes du Daghestan, il a été surnommé le Machu Picchu du Daghestan. Albina est venue ici pour trouver l’inspiration. Ses parents sont Avar et Dargin, deux des plus de 30 peuples du Daghestan.

Dans cette autre publication, découvrez trois photographes étrangers qui capturent la Russie sous un angle inédit

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies