«Satisfaction»: un flashmob organisé en soutien aux cadets russes ayant tourné une vidéo osée

Capture décran/YouTube
En Russie, des parodies de la chanson « Satisfaction » de Benny Benassi ont ces dernier jours envahi la toile. Sur les réseaux sociaux on trouve d’ores et déjà des vidéos impliquant des journalistes, des marins, des militaires, des ouvriers du BTP, des sauveteurs, et même des personnages des jeux vidéo GTA et Lineage II. Retour sur une affaire ayant suscité des vives réactions.

La vidéo parodique de Satisfaction, du DJ italien Benny Benassi, réalisée par des étudiants de l’un des plus prestigieux instituts d’aviation de Russie, l’Institut d'aviation civile d'Oulianovsk, a été publiée en ligne le 16 janvier et est rapidement devenue virale. Néanmoins, les ennuis n’ont pas tardé à poindre le bout de leur nez, et la question de l’expulsion de ces étudiants a été soulevée. En guise de soutien, environ une dizaine d’autres parodies ont depuis été mises en ligne, notamment par des journalistes d’une ville sibérienne affichant -37° et des fans de GTA et Lineage II.

La direction de l’institut a déclaré que la vidéo de ces étudiants en sous-vêtements et en casquettes d’uniforme était « répugnante », qu’elle entachait la réputation de l’établissement et qu’elle était comparable aux actions des Pussy Riot en 2012.

« Certains écrivent que ces garçons ne faisaient que plaisanter, mais ils n’avaient qu’à le faire chez eux, personne ne l’aurait remarqué. Ils portaient quand même la casquette de l’aviation civile. […] Je suis depuis plusieurs décennies dans l’aviation civile, et jamais cette activité n’a été bafouée de la sorte. C’est triste, mais il est impossible de pardonner cela », a annoncé Sergueï Krasnov, recteur de l’institut.

Toutefois, suite à une discussion quant à l’expulsion éventuelle des auteurs de la vidéo, le parquet local a assuré ne pas trouver de justification à cela, mais qu’il serait possible de sanctionner le personnel de l’institut qui n’a pas mis au point de processus d’éducation adéquat.

En parallèle, sur les réseaux sociaux, certains internautes ont qualifié la parodie d’ignominie, tandis que d’autres y voient une simple plaisanterie amusante. Les principaux concernés ont quant à eux commencé à présenter leurs excuses.

Lire aussi : Où en est le féminisme en Russie, plus d’un siècle après son apparition?

Ils ont ainsi confié à la rédaction du site d’information Meduza, qu’ils espéraient initialement « faire un peu de buzz », « la direction n’a simplement pas apprécié, alors que nous avons fait de notre mieux ». L’un des étudiants, ayant préféré préserver son anonymat, a ainsi assuré au média vouloir s’excuser, malgré le fait qu’il trouve dommage que l’humour n’ait pas été compris : « Cela, bien entendu, ne se reproduira plus ».

Plus tard, la chaîne-Telegram Mash a publié une photographie accompagnée d’une explication de l’un des étudiants. Il y affirme que personne ne comptait mettre cela en ligne, mais qu’un étudiant de quatrième année, du nom de Dmitri, l’a tout de même fait. Le cadet explique sa participation dans cette vidéo de la façon suivante : « Je ne comprenais alors pas encore que la vie d’adulte, autonome, avait déjà commencé. C’était une décision irréfléchie et puérile, que je regrette très fortement ».

Un flashmob « Satisfaction Challenge » en leur soutien

Depuis, d’autres établissements et instituts aux quatre coins du pays ont commencé à publier leurs propres vidéos parodiques sur les réseaux sociaux en soutien aux étudiants de l’Institut d’Oulianovsk. Les premiers à l’avoir fait suite au scandale sont ceux du Lycée technique agricole de Riazanovo, dans la région d’Oulianovsk.

A ensuite suivi la parodie d’étudiants en uniformes et en t-shirts du ministère des Situations d’urgence de Russie.

Une version féminine a également été publiée par les étudiantes de ce même Lycée technique agricole de Riazanovo, munies de casseroles et de fers à repasser.

Lire aussi : Un hashtag met sur la place publique le débat sur la violence sexuelle

On trouve par ailleurs des vidéos d’étudiantes en médecine de Dimitrovgrad (dans la région d’Oulianovsk, à 952 kilomètres à l’est de Moscou), d’étudiants d’un collège des métiers du bâtiment, d’une école militaire navale, ou encore de l’École militaire Souvorov de Moscou.

Même des amateurs des jeux vidéo GTA et Lineage II se sont joints au flashmob.

Des journalistes de Nijnevartovsk (3 000 kilomètres à l’est de Moscou) se sont quant à eux filmés en habits d’hiver, puisque la température extérieure y était à ce moment-là de -37°.

Il est à noter que malgré une forte polémique autour de la vidéo initiale, les commentaires rédigés sous celles publiées en soutien sont dans leur grande majorité positifs. En voici quelques exemples :

« L’union fait la force, qui est le prochain ? Enflammez tout. Super flashmob »

« Bravo ! Si les étudiants de tous les établissements pouvaient montrer aux gâteux, qu’ils vivent au XXIe siècle, et non pas au Moyen-Âge et qu’ils ont le sens de l’humour ! »

« Parfait J ! C’est super les gars ! Merci pour votre soutien aux aviateurs ! »

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies