Pourquoi la population russe est-elle numériquement modeste et en déclin?

Natalya Nosova
Le climat rigoureux et les conséquences chroniques de la Seconde Guerre mondiale ont entraîné des problèmes démographiques pour ce pays pourtant vaste, qui ne risquent pas de disparaître dans un avenir proche.

Lorsque vous regardez la carte politique de la Terre, vous pouvez facilement être impressionné par l’énorme superficie de la Russie - le plus grand pays du monde… qui s’étend sur 17 millions de kilomètres carrés. Mais si vous regardez une carte montrant la répartition de la population dans le monde entier, la Russie est tout de suite moins impressionnante.

Avec ses 146 millions d'habitants, la Russie se classe en effet seulement au huitième rang mondial en termes de population – c’est certes honorable, mais peu pour un pays aussi gigantesque. Le Bangladesh, 118 fois plus petit, dépasse la Russie de 18 millions d'habitants avec 164 millions d'habitants. Et cela ne fonctionne pas seulement avec les pays les plus pauvres : le Japon est 45 fois plus petit que la Russie, mais ne cède en population à la Russie que de 20 millions de personnes. Pourquoi en est-il ainsi ?

Lire aussi : Pourquoi la Russie est-elle si grande?

Trop froid

La première raison est assez évidente : de nombreuses régions russes sont trop froides pour supporter l’habitat humain. La majeure partie de la population est concentrée dans la partie européenne du pays, qui couvre à peine 23% de l'ensemble du territoire, ou vit dans le sud de la région asiatique.

Quant aux vastes territoires forestiers de la Sibérie septentrionale, ils restent presque vierges : on n’y trouve que des ours, la taïga et les riches ressources minérales enfouies au fond du pergélisol. Vladimir Kolossov, président de l'Union géographique internationale, a déclaré à Russia Beyond : « La densité [dans la région asiatique de la Russie] ne dépasse pas deux personnes par kilomètre carré ».

Bien sûr, il y a toujours des exceptions : Norilsk, par exemple, une ville de 170 000 habitants située dans le cercle polaire arctique (à 1 120 kilomètres à l'est de Moscou), qui a été construite dans les années 1930 pour répondre aux besoins du complexe minier et métallurgique.

Lire aussi : Royaume du froid: la vie dans les villes russes construites sur le pergélisol

Mais en général, les régions du nord et de l’est du pays ne sont pas habitées, ce qui contribue au faible niveau de population de la Russie. Néanmoins, les conditions naturelles n’expliquent pas entièrement le déclin de la population en Russie. Les raisons historiques jouent ici un rôle.

Écho de la guerre

Les années 2013-2015 ont été les premières de l'histoire de la Russie post-soviétique à connaître une croissance naturelle de la population - d'environ 0,2 à 0,3%. Auparavant, depuis 1991, la population était en déclin. En 2017, les chiffres ont à nouveau diminué : de 0,9%, note l’agence TASS, et cette tendance est probablement là pour durer. « La population russe va continuer à décroître », estime le démographe Sergueï Zakharov.

Pourquoi ? La raison est la Seconde Guerre mondiale - aussi lointain que cet événement traumatisant puisse paraître. Entre 1941 et 1945, l'Union soviétique a perdu entre 25 et 30 millions de personnes, selon différentes sources - l'évaluation officielle est de 26,6 millions - et ce « trou » démographique se répète à chaque génération (environ tous les 25 ans) : les personnes décédées au début des années 1940 n’ont pas eu de bébés, ce qui a entraîné une nouvelle chute démographique à la fin des années 1960, puis dans les années 1990 - et maintenant, la Russie fait face à son troisième « écho » de guerre.

Lire aussi : La Russie est-elle européenne ou asiatique?

« C’est après la Seconde Guerre mondiale que la Russie est devenue un pays à faible taux de natalité, et ce n’est pas par hasard si elle est devenue l’un des premiers pays où le taux de natalité est tombé en deçà du niveau de remplacement des générations, dès les années 1960 », explique Anatoli Vichnievski, directeur de l'Institut démographique à la Haute école d'économie de Moscou. La situation économique et sociale dans les années 1990 en Russie n'a fait qu'aggraver la situation, avec un très faible nombre de jeunes susceptibles de devenir parents 20 à 25 ans plus tard. Le déclin démographique actuel semble donc parti pour durer un certain temps.

Tendance mondiale

Mais même lorsque la Russie se remettra du prochain « écho de la guerre » et adoptera une tendance à la natalité positive, cela ne signifiera pas pour autant que sa population commencera à augmenter, explique Vichnievski. Pour qu’une famille se « reproduise » elle-même, un couple de parents doit avoir au moins deux enfants.

« À l’heure actuelle, il n’existe aucun pays développé au monde, qu’il soit européen ou américain, où une famille a en moyenne deux enfants », explique l’expert. Les raisons sont multiples : éducation et santé coûteuses, changement de comportement des jeunes dans les pays développés, etc.

Lire aussi : Quelles langues sont parlées en Russie (à part le russe)?

« Il est impossible de forcer les gens à avoir plus d'enfants. Une famille sait de combien d'enfants elle a besoin, déclare Vichnievski. Nous devons accepter le fait que la croissance démographique dans les pays développés a déjà cessé ».

Dans ce contexte, l'expérience de la Russie n'est rien d'autre qu'une partie intégrante de la tendance mondiale.

Cet article fait partie de la série « Pourquoi la Russie ? », dans laquelle RBTH répond aux questions populaires sur la Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies