BOТCH rVF 260602 et Viagra: les 9 pires prénoms jamais attribués en Russie

Natalya Nosova
Tout d’abord, il faut savoir que des enfants en Nouvelle-Zélande ont été appelés « Number 16 Bus Shelter » (Abri-bus numéro 16) ou encore « Mafia No Fear » (Aucune Peur de la Mafia). Puis, la Russie est rentrée dans le jeu des prénoms bizarres et bien sûr, elle ne nous a pas déçus !

En 2017, en Russie, une loi interdisant les prénoms comprenant des chiffres, des mots grossiers, des signes de ponctuation ou des noms de professions, a été votée. Si cela avait été décidé plus tôt, cela aurait peut-être pu sauver certains de ces malchanceux enfants, auxquels nous ne pouvons qu’adresser notre compassion…

Пофистал (Pofistal)

Pour commencer, penchons-nous sur le cas d’un prénom communiste. Celui-ci est l’abréviation de « Pobeditel fachizma Iosif Stalin », qui signifie « Joseph Staline, vainqueur du fascisme ». Comme c’est mignon ! 

Lire aussi : Douze mots russes sonnant français mais ayant une signification parfaitement différente

Selon un site internet russe d’analyse des noms, les personnes portant ce prénom « ont les qualités qui leur permettent d’occuper une place de leader en société : détermination, ingéniosité, réactivité ». Ça me rappelle quelque chose…

БОЧ рВФ 260602 (BOТCH rVF 260602)

Un enfant infortuné de Moscou s’est vu donner ce nom en 2002 par ses parents, tous deux artistes. Le « prénom » est une abréviation de « Biologuitcheski Obiekt Tchelovek roda Voroninikh-Florovikh, 26.02.2002 » soit « Objet humain biologique né des Voronine-Florov le 26.02.2002 ». Respirez, ça va aller.

La vie de l’enfant a été l’objet de nombreuses spéculations dans les médias russes, lui qui s’est vu refusé un passeport intérieur russe par l’État jusqu’en 2016. À 16 ans, il s’en sort apparemment aujourd’hui en se faisant simplement appeler « Botch ».

Владлен (Vladlen)

L’un des prénoms les plus attribués de la liste, « Vladlen » est un mélange de « Vladimir » et de « Lénine ». Ironiquement, la personne la plus célèbre portant ce nom est Vladlen Loguinov, l’un des biographes les plus connus de Lénine.

Ким (Kim)

Kim ? Où est le problème ? Cela ressemble plus à un prénom coréen que russe, mais ce n’est pas une mauvaise chose, si ? Bien sûr que non, sauf lorsqu’il s’agit de l’abréviation de « Kommounistitcheski Internatsional Molodioji », c’est-à-dire de « Internationale communiste de la jeunesse » (section du fameux Komintern). Au moins, j’imagine qu’il est possible de cacher le véritable sens de ce prénom si on le souhaite. 

Электрификация (Elektrifikatsiya)

Bon, dernier prénom d’origine soviétique. Après tout, les prénoms communistes ont déjà eu leur heure de gloire. Cependant, appeler son enfant par l’équivalent russe d’« électrification » mérite certainement d’être mentionné ici. D’une certaine manière, c’est un prénom poétique puisque pour certains parents russes, l’électrification de l’URSS a été un phénomène tellement exaltant, qu’ils n’ont pas hésité à choisir son nom pour leur enfant. En principe donc, pourquoi pas. Jusqu’à ce que vous ne vous répétiez le prénom : « Elektrifikatsiya, » pas super, n’est-ce pas ?

Виагра (Viagra)

Aussi cruel qu’il puisse paraitre, ce prénom a été donné par des parents vivant à Korolev, près de Moscou, et leurs intentions étaient en réalité tout à fait louables. Apparemment, c’est un hommage à l’aide qu’a procuré ce célèbre médicament pour la conception du bébé, mais également au groupe de dance pop russo-ukrainien VIA Gra. Mais cela ne rend pas vraiment ce prénom plus convenable…

Люцифер (Lucifer)

La Russie compte elle aussi des satanistes. Deux d’entre eux, Natalia et Konstantin Menchtchikov, sont connus pour avoir appelé leur enfant comme le Diable lui-même, malgré l’implication des réseaux sociaux russes pour les en dissuader. Tenaces, ils ont tenu leurs positions quant à leur bébé Lucifer, affirmant, qu’opposé à Dieu, « qui fait des gens des marionnettes, Lucifer encouragera l’expression de la personnalité ». On ne doute pas qu'il sera en effet certainement unique en son genre…

Хризантема (Khrizantema)

Pour continuer avec les prénoms gothiques, voici « Chrysanthème ». Pourquoi ? Parce que le chrysanthème est une fleur symbolisant traditionnellement la mort, évidemment. Ils sont fous, ces gothiques russes !

Даздраперма (Dazdraperma)

Bon, juste un dernier prénom communiste (désolé).

Ce prénom grotesque est la forme abrégée de « Da zdravstvouïet pervoïé maïa », c’est-à-dire « Vive le 1er Mai » (Fête du Travail). Mais il faut reconnaitre qu’il y a au moins une certaine musicalité dans ce drôle de prénom, même si ce ne sont pas les jeux de mots qui manquent.

Dans ce second article percez les mystères des prénoms russes et découvrez d’autres exemples alambiqués.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies