Ces situations de la vie en Russie qu’un étranger aura du mal comprendre

Bob May/Flickr
Parfois, les Russes peuvent paraître un peu fous. C'est peut-être le cas. Mais les étrangers ne semblent parfois eux non plus pas très normaux vus d’ici... Parlons un peu de ce qui est considéré comme la norme en Russie et peut vexer ou susciter de la rancune chez les autres.

Lorsque Laura Hancock a quitté temporairement les États-Unis pour la Russie, tout autour d'elle lui semblait extrêmement déprimant : « C’est comme si le chien collectif de la ville était mort ». Mais quand est venu le moment de rentrer à Détroit, une idée tournait en boucle dans sa tête : « Bon Dieu, pourquoi êtes-vous si heureux ? Ne savez-vous pas que la vie est une simple escale sur la route de l’entropie ? »

C’est la Russie qui l’avait transformée. Au fil du temps, Laura a commencé à regarder le monde à travers un regard russe. Les Russes eux-mêmes le disent à propos de leur froideur : ici, les seuls qui sourient aux étrangers sont ceux qui ont suivi une formation de vente ou un training de drague.

Lire aussi : Comment les Russes ont changé ma vie: témoignage de la Française Aurélia

Il y a au moins trois autres situations qui peuvent constituer un test, un échec ou se terminer sur une grosse gêne.

Conflits entre voisins

« Un voisin habite au-dessus de chez moi. Avant il dormait toute la journée et la nuit, il sortait sur son balcon pour fumer de la marijuana. Je n'ai rien contre, mais la porte de son balcon était tellement vieille et grinçante que je me réveillais à chaque fois », se rappelle Veronica, qui a quitté la Russie pour s'installer à Miami. Le soir, elle imaginait comment aller chez ce voisin un jour et longuement lui expliquer tout ce qui bouillait en elle pendant ses nuits sans sommeil.

Mais elle n'a pas osé aller chez lui, et a demandé à son mari de le faire, qui lui répondu : « Comprends bien, tu vis en Amérique. Ici, tous les problèmes se résolvent par la voie légale. Ce n'est pas la Russie. Ici, tu ne peux pas simplement aller chez un voisin, lui casser la gueule et lui faire réparer sa porte. Nous devons tout régler sous forme de plainte ».

Lire aussi : Six habitudes étranges des Russes qui désarçonnent les étrangers

En Russie, si des problèmes surgissent avec les voisins, on essaiera toujours de résoudre le conflit personnellement. Parfois, les gens se mettent d’accord tout de suite (ce qui fait gagner du temps), mais parfois cela se termine par une dispute verbale ou même des guerres d’appartements. Mais ce qui peut être dit avec certitude c'est que le tribunal et les plaintes dans diverses instances seront la dernière étape : les Russes se méfient des lois et de la police.

Pourtant, parfois, cela dérape complètement.

« La grand-mère de l'appartement voisin a sonné à ma porte à 6 heures du matin et a demandé : pourquoi y a-t-il un cendrier dans la cage d'escalier et tellement de fumée ? La veille, nous avions fait la fête et les invités avaient fumé. La grand-mère avait raison, on ne peut pas fumer dans la cage d'escalier. Mais venir à 6 heures du matin... Sérieusement ? », s’étonne Erica, une étudiante venue de France.

Lire aussi : Les plus amusantes blagues russes au sujet des étrangers

Violation des distances

Les Russes ne savent pas comment garder leurs distances et, le plus souvent, ne comprennent pas ce que signifient les mots « espace personnel ». Une distance confortable entre les personnes quand elles parlent ne représente qu'un ou deux pas. Un ami proche et un vendeur que vous rencontrez pour la première fois de votre vie peuvent se tenir à cette distance de vous. Ceci est considéré comme la norme en Russie, et vous devez vous y habituer.

« Je me suis également habitué aux normes sociales russes au cours de ma vie ici. Les Nord-Américains préfèrent se tenir presqu’à l'autre bout de la pièce. Je l'ai remarqué il y a quelques années, alors que je discutais avec un Américain qui se trouvait à une distance confortable pour lui. Je ne m’en rendais pas compte, mais à chaque fois je me rapprochais inconsciemment pour être à une distance normale », déclare Kevin, un programmeur américain. Après quelques minutes, il a senti qu'il mettait simplement mal à l’aise son interlocuteur.

Attitude envers la vie privée

Les Russes peuvent sembler être des gens qui préfèrent cacher leur vie derrière une clôture de trois mètres. « Nous pensons que si on ne dit rien à personne, nos projets vont réussir et nous nous soucions de notre vie privée sans arrêt. Par exemple, quand nous allons chez un psychothérapeute. À l'ouest, consulter un médecin de ce type est considéré comme un signe d’aisance. En Russie, c'est un signe de folie », a déclaré Lioutsina.

Lire aussi : Être en couple avec un ou une Russe: des étrangers se livrent sur leur expérience

Mais les Russes se soucient-ils vraiment de leur vie privée ? « Non, je ne pense pas. La protection de la vie privée n’est pas un concept russe, déclare Mikhaïl Vladimirski. Mes enfants obstruent la caméra de leur ordinateur avec du scotch, mais pas parce que leur vie est super secrète et qu'ils se font du souci pour ça. C’est juste pour faire comme Zuckerberg. Si nous avons des fuites de données, comme le scandale avec Facebook, ça ne provoquera pas une hystérie de masse. Même la vidéo d’un homme ressemblant au procureur général de la Fédération de Russie dans un sauna avec des prostituées n’a pas soulevé de grande vague à l’époque. Donc, très probablement, nous sommes juste politiquement passifs ».

Dans cet autre article, découvrez les bizarreries auxquelles vous êtes susceptible d’être confronté lors de vos voyages en Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies