Quelles bizarreries attendent les travailleurs étrangers en Russie?

Alena Repkina
Quand on travaille avec des Russes, on ne s’ennuie jamais. Ils sont généralement en retard aux réunions, ne commencent jamais leur journée avant 10h, apportent des bonbons et des gâteaux au bureau, et foncent tête baissée dans la moindre de leurs tâches. En somme, ils sont un peu étranges.

Beaucoup d’étrangers viennent en Russie dans le but de développer leur carrière. S’ils ont la chance de dénicher un emploi, ils se rendent généralement vite compte que travailler ici réserve de nombreuses surprises. Russia Beyond a interrogé quelques-uns d’entre eux afin de découvrir ce qui les avait le plus désarçonnés au bureau.

Un emploi du temps flexible

Si vous préparez votre planning, faites attention : à 8h, la plupart des bureaux en Russie sont probablement encore fermés. « Une fois, durant un voyage professionnel, j’ai organisé mes rendez-vous de façon à rendre visite à tous mes clients, confie l’Allemande Ute Heller. J’ai décidé de rendre visite aux deux derniers au début de la dernière journée de mon séjour, mais je ne savais pas que les bureaux en Russie n’ouvrent souvent pas avant 10h ! ».

En retard? Pas de soucis!

Si vous avez une réunion professionnelle ou une conférence avec des Russes, préparez-vous à patienter un peu. « Une réunion prévue avec un client russe à 15h ? Elle aura lieu probablement 15 minutes plus tard », assure Cecila Mussi, venue d’Italie. Les meetings sont régulièrement retardés, notamment en raison des embouteillages. Mais pour ceux qui résident et travaillent en ville, cela peut parfois être une bonne chose. « J’ai appris à organiser mes réunions à proximité de cafés et de restaurants, de façon à ce que, si une personne avec qui j’ai rendez-vous est en retard, je puisse me prendre un café ou quelque chose à manger », ajoute Heller.

N’oubliez pas les fuseaux horaires

La Russie est le plus vaste pays au monde et comprend 11 fuseaux horaires. Si vous collaborez avec des clients de Vladivostok par exemple, il est préférable de réaliser vos appels longue distance et vos conférences vidéos tôt le matin ou même tard le soir. « Il y a quelques années je travaillais avec un partenaire recherchant de nouveaux clients pour développer son projet. Ça a été un choc lorsque nous avons compris que nous devions commencer à travailler à 6h parce que les bureaux à Vladivostok ouvraient plus tôt », raconte le Français Louis Fayet.

Lire aussi : De Kamtchatka à Kaliningrad: la vie dans un pays avec 11 fuseaux horaires

Ne mâchez pas vos mots

« Dans l’environnement professionnel, les Russes ont tendance à être très directs. S’ils pensent quelque chose, ils le disent devant vous », affirme l’Italienne Sara Donadini. « En général ils tiennent leur parole et peuvent se montrer encore plus ponctuels que les Italiens », s’amuse-t-elle.

Ne venez jamais les mains vides

En Russie il est de coutume de venir aux réunions en ayant apporté des cadeaux, des bonbons, biscuits ou chocolats. « Travailler avec des Russes est incroyable car quand vous avez une réunion avec eux ils vous proposent toujours du thé et des chocolats », se réjouit Donadini.

Effort et dévouement

Les Russes se jettent corps et âme dans chacune de leurs tâches, qu’il soit question d’apprendre une nouvelle langue ou de s’initier à une discipline artistique. « Ils s’appliquent de manière intensive et ont un respect et un intérêt considérables pour tout ce qui concerne le processus d’apprentissage », indique Giggio Giovanni, un Brésilien établi à Moscou depuis une dizaine d’années.

Moscou, la ville de tous les possibles

Une chose sur laquelle tous s’accordent : la capitale russe propose une multitude d’opportunités pour les travailleurs indépendants. « Il y a tellement de clients potentiels qui ont du temps et de l’argent à investir », conclut Giovanni.

Lire aussi :

Trois moyens de venir vivre en Russie en évitant le casse-tête de la bureaucratie

Trouver un emploi en Russie: sept questions à se poser

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer