Lorsque la poste russe vient à la rescousse du premier Français à avoir conquis l'espace

Kirill Kallinikov/Sputnik
Cette histoire pourrait faire l’objet d’un court métrage palpitant: un spationaute français se faisant dérober de précieux documents, qui finissent dans un centre de tri postal russe, le tout s’achevant sur une heureuse fin. Il s’agit pourtant d’un fait divers bien réel, arrivé il y a peu au premier Français à s’être rendu dans l’espace.

Une enveloppe pas comme les autres

Quelle n’a pas été la surprise des employés du centre de tri de la Poste de Russie situé à Vnoukovo, près de Moscou, en découvrant récemment différents documents appartenant à Jean-Loup Jacques Marie Chrétien, le premier spationaute français à avoir effectué un vol dans l’espace.

« Au sein de l’une des cargaisons en provenance de France, les employés du centre de tri de la Poste de Russie ont trouvé, en plus des lettres, un tas de documents personnels et une ancienne enveloppe usée avec une étiquette en français », peut-on en effet lire dans le communiqué du service de presse de la compagnie postale russe.

Lire aussi : Astronaute français: «Je me sens un peu chez moi en Russie»

Parmi ces papiers se trouvaient le passeport de Jean-Loup Chrétien, mais également son certificat de Héros de l’Union soviétique signé de la main de Léonid Brejnev en personne, son certificat de pilote ainsi que son livret militaire.

« Lorsque nous avons vu les documents et compris à qui ils appartenaient, nous n’avons pas pu en croire nos yeux ! Nous avons aussitôt informé la direction de cette trouvaille et avons demandé des informations à propos du propriétaire. Chaque jour, par notre centre passe un million de courriers postaux. Derrière chacun d’entre eux il y a une personne et son histoire. Et c’est un sentiment absolument incroyable que de réaliser que tu as participé au destin d’un homme s’avérant être une légende », confie Natalia Filina, chef d’équipe du centre, citée dans le communiqué.

Lire aussi : Guerre 39-45: fin heureuse pour une lettre à un prisonnier français découverte à Kaliningrad

Des voleurs pris de remords

Grâce à l’aide du Musée mémorial de la cosmonautique de Moscou et par le biais de Centre national français d'études spatiales (CNES), les différents documents ont pu être remis à leur propriétaire, qui en a été tout autant surpris.

Jean-Loup Chrétien

Il a en effet expliqué que sa valise, dans laquelle se trouvaient ces papiers, avait été dérobée à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle à son retour d’un voyage en Chine. Or, toutes ces années, il avait conservé ces documents dans une enveloppe émise en 1982 en l’honneur de la coopération franco-soviétique dans le secteur aérospatial et des trois membres de l’équipage de la mission Soyouz T-6, dont il avait fait partie aux côtés de Vladimir Djanibekov et Alexandre Ivantchenkov.

Lire aussi : Le dossier secret du premier cosmonaute, Iouri Gagarine, déclassifié et mis en ligne

On peut donc supposer qu’après avoir appris l’identité du propriétaire de leur butin, les malfaiteurs ont décidé de renvoyer les documents en déposant tout simplement l’enveloppe dans une boîte aux lettres. Les employés de la Poste française auraient ainsi remarqué les inscriptions en russe et auraient naturellement expédié le courrier, non fermé, à Moscou, après y avoir apposé une étiquette indiquant l’impossibilité de trouver le destinataire en raison de l’absence d’adresse.

« Visiblement les documents sont arrivés en Russie parce que je suis Russe dans l’âme », a commenté Jean-Loup Chrétien lors de la remise officielle de ses documents, au sein d’une enveloppe « Les Conquérants du cosmos », dédiée à la Journée de la cosmonautique, fêtée le 12 avril. Ses anciens collègues Djanibekov et Ivantchenkov ont d’ailleurs assisté à la cérémonie.

Lire aussi : La mission spatiale franco-russe PVH fête ses trente ans au Musée de l’air et de l’espace du Bourget

Jean-Loup Jacques Marie Chrétien est le premier Français à avoir effectué un vol vers le cosmos, dans le cadre du programme spatial soviétique Intercosmos. Suite à sa participation à l’expédition vers la station orbitale Saliout-7, en 1982, lors de la mission Soyouz T-6, il a reçu le titre de Héros de l’Union soviétique. En 1988, il a également pris part au vol habité Soyouz TM-7 vers la station spatiale Mir.

En signe de reconnaissance, le spationaute français a en outre offert ces documents, dont il réalisé une copie, au Musée mémorial de la cosmonautique de Moscou.

Revivez la conquête spatiale soviétique par le biais de cette autre publication, où nous retraçons son historique jusqu’au premier vol humain de 1961.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies