L’Histoire en images: comment une victime des purges, trois chiens et un pilote ont conquis l’espace

AFP
L’épique conquête de l’espace a commencé avec un génie injustement réprimé et a culminé avec une héroïque mission spatiale ayant vu le premier homme s’envoler pour l’espace, sans oublier la brillante mais parfois tragique contribution de fidèles quadrupèdes.

Sergueï Korolev

Ce jeune concepteur d’avions, qui plus tard mena triomphalement l’humanité dans l’espace, fut arrêté pour des accusations montées de toutes pièces. Alors qu’il avait 31 ans, Sergueï Korolev fut en effet condamné à plusieurs années de travail forcé dans les mines d’or.

Andreï Tupolev

Heureusement, la future star de l’industrie spatiale soviétique rencontra Andreï Tupolev, légendaire ingénieur et concepteur d’avions également placés sous les verrous durant les purges staliniennes, mais qui sera ultérieurement nommé concepteur général de l’industrie de l’aviation d’URSS.

Sergueï Korolev

Durant le reste de sa peine, le jeune ingénieur travailla dans des bureaux secrets de conception et obtint des résultats remarquables. Joseph Staline apprécia certainement les accomplissements de Korolev puisqu’ils étaient applicables dans la sphère militaire, et ordonna donc sa libération en juillet 1944, sans pour autant le réhabiliter officiellement.

Lire aussi : Sergueï Korolev, l’homme qui a ouvert les portes de l’espace à l’humanité

Voici un missile balistique V-2, que les Allemands conçurent vers la fin de la Seconde Guerre mondiale. En août 1946, le gouvernement soviétique nomma Sergueï Korolev au poste de concepteur en chef du Bureau spécial de conception №1 fraîchement établi. Il reçut alors pour mission d’imaginer un missile similaire mais plus puissant et de plus longue portée.

Ce missile fut le succès révolutionnaire de Korolev. Alors que le travail était toujours en cours, il demanda au gouvernement soviétique s’il soutenait l’idée d’envoyer le premier satellite terrestre artificiel en orbite. La réponse fut positive.

Spoutnik-1 devint ainsi le premier satellite artificiel de la Terre. Les Soviétiques effectuèrent avec réussite son lancement le 4 octobre 1957. Cette incroyable prouesse propulsa aussitôt l’URSS au rang de puissance dominante dans le domaine de l’exploration spatiale.

Lire aussi : Iouri Gagarine: un demi-siècle que l’étoile s’est éteinte

Le monument à la gloire de Sergueï Korolev sur l'avenue moscovite de l’Allée des Cosmonautes

De nombreux monuments à la gloire de Korolev commencèrent à apparaître seulement quelques années plus tard. À l’époque du lancement de 1957, le nom de Korolev n’avait pourtant absolument pas été publié.

Ici Spoutnik-2, navette ayant envoyé le premier être vivant dans l’espace. Il s’agissait d’un chien.

Nommé Laïka, cet animal devint lui aussi un héros national. Une légende avance que le gouvernement soviétique privilégia les chiens aux chats ou aux singes car l’image d’un chien héros était bien plus convenable.

Lire aussi : Cinq découvertes russes récentes qui ont bouleversé la science

Laïka avait été sélectionnée dans un refuge. C’était une chienne docile et calme, précisément ce que recherchaient les ingénieurs. Les humains n’avaient cependant pas envisagé de la ramener sur Terre. Laïka succomba donc quelques heures après être entrée en orbite à cause de la surchauffe, ce qui a suscité un tollé en URSS et à l’étranger.

Ces deux chiens sont les célèbres Belka et Strelka. Suite à l’expérience de Laïka, les ingénieurs soviétiques eurent besoin de prouver qu’un être vivant pouvait revenir avec succès sur Terre depuis l’espace. Le 19 août 1960, une navette transportant ces deux quadrupèdes fut par conséquent lancée. Les chiens, nerveux durant le décollage, se calmèrent à l’arrivée et à la stabilisation de l’engin en orbite. Ils respirèrent et mangèrent de manière habituelle, et purent ainsi regagner le sol terrestre sains et saufs.

Belka et Strelka rendirent alors possible le lancement du premier homme dans l’espace. Les Soviétiques avaient cependant préparé ce plan audacieux bien en avance. Cette photo montre le groupe de cosmonautes soviétiques entrainé pour le premier vol spatial humain de l’histoire. Le groupe de futurs cosmonautes est justement accompagné par Korolev.

 Iouri Gagarine avec sa femme, Valentina

Une commission spéciale gouvernementale sélectionna, parmi six candidats, Iouri Gagarine, un pilote militaire de 27 ans, pour mener la première mission habitée dans l’espace.

Lire aussi : Pourquoi les Soviétiques n’ont-ils pas marché sur la Lune?

Korolev et son équipe furent dans l’obligation de se dépêcher puisqu’une rumeur courrait, selon laquelle les Américains comptaient également envoyer un homme dans l’espace plus tôt que prévu, et les Soviétiques ne pouvaient évidemment pas permettre que cela se produise. Cette navette est connue sous le nom de Vostok-1 et fut conçue relativement à la hâte. Certains systèmes n’étaient donc que peu fiables. Pourtant, Korolev, le concepteur en chef, et Gagarine prirent le risque.

Le 12 avril 1961, le cosmonaute soviétique Iouri Gagarine est devenu le premier homme en orbite dans l’espace à bord du Vostok 1.

Le monde entier retint son souffle le 12 avril 1961, alors que Vostok-1 avec Gagarine à son bord décollait du cosmodrome de Baïkonour. Le premier homme dans l’espace passa 1h48 dans le cosmos et fit un retour réussi sur Terre, malgré une série d’incidents durant l’atterrissage.

À son retour, Gagarine devint instantanément une célébrité internationale et un héros d’une envergure incroyable. Son sourire charismatique devint le symbole du triomphe et de l’accomplissement de l’humanité. En 1961, la voie vers l’espace était ouverte.

La conquête spatiale a certainement été le point culminant de la Guerre froide. Découvrez donc dans cet autre article les armes imaginées par les Soviétiques dans l’éventualité d’un conflit dans le cosmos.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer