Ces choses à faire et à ne pas faire avec la bureaucratie russe

Sputnik
En Russie, la paperasse peut être très encombrante, et avoir affaire à des procédures depuis le bas de l'échelle s'avère souvent laborieux. Alors lisez ces précieux conseils, et bonne chance!

Par « bureaucratie russe », on entend un large panel d'institutions, pas uniquement le gouvernement fédéral, mais aussi les gouvernements régionaux, les membres de la sphère judiciaire ainsi que les forces de police. Saviez-vous par exemple que chaque immeuble russe possède ses propres autorités ? (Les personnes en charge du logement et des parties communes). Si votre évier est cassé ou si votre chasse d'eau tombe en panne, vous devrez en référer à ces personnes. Mais soyez prêts : ils adopteront sûrement une attitude atrocement bureaucratique. Alors voilà comment gérer l'attitude « paperassière », aussi appelée « syndrome du gardien ».

Le syndrome du gardien

Malheureusement, en Russie, les fonctionnaires ne se perçoivent pas comme tels, mais plus comme les maîtres de la sphère dans laquelle ils évoluent. Cette notion vient du XVIe siècle, lorsqu'il existait peu de fonctionnaires, mais qu'ils étaient très puissants. À cette époque, pour obtenir quelque chose de l'État (comme une protection ou des privilèges commerciaux), il fallait soudoyer des agents. Ceux-ci n'ayant pas de salaire mensuel fixe, ils vivaient essentiellement des pots-de-vin (nous avons même consacré un article spécial à l'histoire de la corruption en Russie ).

Lire aussi : Comment obtenir la citoyenneté russe?

À partir de cette période s'est développée l'idée de quémander aux autorités étatiques de faire quelque chose pour la population, comme si ce n'était pas ce pourquoi elles existaient ! Or, que cela vous plaise ou non les Russes s'y conforment toujours.

Un gardien ou un portier est initialement une personne possédant une très petite influence, c'est pourquoi il aime exercer tout son pouvoir sur vous au moment où vous avez besoin de ses services. Donc si votre évier doit être réparé, l'agent municipal de votre quartier peut vous faire attendre jusqu'au week-end pour faire venir un plombier, juste pour le plaisir. Pour quelqu'un qui ne serait pas très compétent en russe, discuter de choses qui ont attrait à la loi peut devenir tâche impossible. Donc pour faire avancer les choses, soyez persévérant. Parlez avec respect aux agents, expliquez à plusieurs reprises votre problème et continuez de demander poliment leur aide. Ne leur criez jamais dessus, ne les contredisez jamais, et surtout, ne les menacez jamais de recourir à la police ou à des agents du gouvernement. Souvenez-vous que tout bureaucrate russe a pour objectif de tenir les gens éloignés de son bureau, c'est pourquoi si vous refusez de partir ou êtes impoli, il y a de grandes chances que votre problème ne soit jamais résolu. Et non, ne tentez pas de les soudoyer, voici pourquoi.

Lire aussi : Que faire si vous êtes arrêté par la police en Russie?

Ne soudoyez pas, écrivez des rapports

Actuellement, l'État russe est en guerre contre la corruption et les pots-de-vin. De nombreux hauts-placés, dont des gouverneurs de régions et des fonctionnaires fédéraux sont sous le coup d'enquêtes à propos de leurs revenus. Il y a quelques années, une loi a été votée interdisant aux fonctionnaires d’accepter des cadeaux d'une valeur de plus de 3 000 roubles (environ 40 euros). En interne, la plupart des gouverneurs et des autorités municipales interdisent en fait entièrement et strictement les présents, encore plus les pots-de-vin. Voici donc notre conseil : oubliez la corruption. La seule manière efficace d'influencer des bureaucrates lents est d'écrire un rapport destiné à leur hiérarchie, et cela est maintenant possible sur Internet. Demandez simplement à un ami local de vous y aider.

Conservez tous vos documents

« J’ai été impressionné du nombre de documents qu'il faut conserver et être prêt à fournir aux autorités ici en Russie », témoigne à Russia Beyond Lucia, une Italienne qui vit et travaille dans le pays. Évidemment, tout Russe, en plus de son passeport, possède un numéro personnel pour les impôts, une carte médicale d'assurance, une carte de caisse de retraite, un journal de bord de travail, un certificat de naissance, et le nombre de documents augmente de manière exponentielle...

Lire aussi : Trois moyens de venir vivre en Russie en évitant le casse-tête de la bureaucratie

La plupart des Russes savent par conséquent qu'il faut garder tous ces documents en ordre et en lieu sûr. En effet, personne ne veut avoir à traverser l'épreuve de refaire sa carte de caisse de retraite. Assurez-vous que votre carte d'identité, votre carte de migration et vos autres papiers restent où vous les avez mis. Et si vous êtes paranoïaque, faites des copies de ces documents, plastifiez-les et emportez-les avec vous en laissant les originaux chez vous, de nombreux Russes font cela pour leur passeport.

Apprenez à respecter les horaires d'ouverture de l'institution que vous sollicitez

Les services d'État russes ont récemment commencé à migrer vers des plateformes en ligne, la plupart des Russes peuvent par exemple désormais payer leurs impôts sur Internet. Parfois, il faut malgré tout se rendre en personne au bureau afin de signer des documents.

Ici, il est important de se souvenir que les fonctionnaires russes ne travaillent pas dans la soirée – habituellement une journée de travail se termine à 17 ou 18h, et qu'il y a une pause déjeuner (traditionnellement différente selon l'institution). Ainsi, pour vous épargner des heures d'attente ou trouver porte close, prenez le temps de consulter les horaires d'ouverture de l'institution que vous sollicitez. Malgré tout, vous serez rarement seul, il y aura une file d'attente, la dernière étape à franchir avant de faire enfin face au bureaucrate. Et ces files sont légèrement différentes de celles que l'on peut connaître en dehors de la Russie.

Lire aussi : Comment vous fondre à la perfection dans l'environnement professionnel de Russie?

« La première fois que l'on fait la queue en Russie, c'est très étrange. Les gens derrière vous sont si proches, on dirait qu'ils veulent monter sur votre dos », remarque Peggy, une Allemande vivant à Moscou. Il se trouve que c'est une tradition tenace. Durant l'Union soviétique, lorsque les biens étaient rationnés, les Russes ont appris à faire la queue pendant des heures, parfois des jours pour obtenir le livre, la vaisselle ou la denrée alimentaire désirés.

Pour en savoir plus sur ce dernier point, voici la petite histoire de la file d’attente en Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies