Sept astuces pour commencer à enseigner votre langue en Russie

Getty Images
Pour de nombreux expatriés, trouver un poste de professeur de langues figure parmi les meilleures options. Mais comment peut-on s’y mettre et qu’est-il nécessaire de garder à l’esprit?

1. Postulez pour une bourse du gouvernement

Si vous êtes étudiant et que vous apprenez le russe, vous avez la possibilité de postuler pour une bourse du gouvernement qui vous permettra de continuer vos cours de russe tout en vous essayant au rôle de professeur de votre langue maternelle. Cela vous aidera à financer votre séjour ainsi qu’à bénéficier d’une première expérience, comme ce fut le cas pour Francesca Loche, une Italienne de Cagliari vivant à Moscou depuis maintenant huit ans. Elle a d’abord visité la Russie en tant qu’étudiante en linguistique et a finalement décidé d’y emménager après avoir obtenu son diplôme de l’université italienne.

« Dès que je suis revenue, j’ai commencé à enseigner, mais je n’avais ni diplôme ni expérience. On m’a dit que les locuteurs natifs étaient demandés et que c’était un bon moyen pour avoir un revenu supplémentaire, j’ai donc décidé d’essayer. Au début j’ai donné des cours privés, puis j’ai enseigné dans les écoles, et avec le temps, j’ai eu assez d’expérience pour postuler en tant qu’enseignante à l’École des hautes études en sciences économiques », raconte Francesca.

Lire aussi : Des expats parlent aux Russes dans une seule et même langue

Gagner de l’expérience lors d’un échange universitaire a aussi aidé un autre expatrié, Shingo Ohata, 33 ans, qui a ouvert sa propre école de langue japonaise en Russie. Né à Tokyo, il a pu rester quelque temps dans ce pays grâce à cette bourse gouvernementale.

« Lorsque j’étais à Moscou pour mon échange, j’enseignais le japonais dans quelques écoles de langue et c’était mon activité principale à l’époque, raconte-t-il. En étudiant à Moscou, j’ai assisté à plusieurs cours avec des Russes, donc je les ai aidés à apprendre le japonais. J’ai étudié la linguistique et cela m’a beaucoup aidé à enseigner ».

2. Trouvez un boulot en ligne

Si vous êtes un professionnel diplômé à la recherche d’un emploi en Russie, le moyen le plus simple est de le trouver sur Internet, nous apprend Virginia Robinson qui, bien qu’originaire de l’Alabama aux États-Unis, travaille à Moscou depuis 2014. Elle enseigne désormais la science et l’histoire dans une école élémentaire, mais tout a commencé avec une candidature en ligne qui lui a assuré un contrat de 10 mois avec la société d’éducation internationale EF.

Lire aussi : Comment vous fondre à la perfection dans l'environnement professionnel de Russie?

« J’ai travaillé en tant que réceptionniste après avoir quitté mon travail d’enseignante dans le public, j’ai donc eu beaucoup de temps pour chercher de nouvelles opportunités et une annonce pour un poste d’enseignant d’anglais LV2 est apparu. Lorsque j’étais étudiante j’étais tombée amoureuse de l’œuvre de Dostoïevski, et je rêvais d’apprendre le russe, alors j’ai décidé de tenter ma chance. Ce fut incroyablement facile d’obtenir un poste de professeur d’anglais – il suffit de postuler une fois, de passer un entretien sur Skype, et voilà votre invitation ! »

Lire aussi : Pourquoi les expatriés restent-ils en Russie?

3. Apprenez un peu de russe et les bases de la pédagogie

« Un bon conseil est d’apprendre quelque bases de russe avant de venir. Cela vous sera d’une grande aide », note Luis Yanguas Santos, professeur d’espagnol à l’Institut Cervantes de Moscou depuis 2009. Et c’est un point sur lequel de nombreux professeurs expatriés s’accordent, et ce, même si vous vous présentez comme un professeur ne parlant que sa langue maternelle. Cela vous sera non seulement d’un précieux secours dans votre vie quotidienne, mais aussi au travail, puisque vous serez capable d’expliquer avec plus de précision les spécificités de votre langue à vos étudiants russes.

Si vous avez un passé professionnel dans l’enseignement, la traduction ou la linguistique, c’est un gros avantage, pense Francesca. « Être locuteur natif et enseignant sont deux choses différentes. Vous ne pensez jamais aux difficultés de votre propre langue car cela vous parait naturel. Mais des connaissances en russe aident car elles permettent d’anticiper les erreurs typiques que des étudiants russes feront. Pour ma part, j’avais une expérience dans la traduction russe-italien, et cela m’a aidé à expliquer les aspects grammaticaux difficiles en comparant les deux langues », nous confie-t-elle.

« Ma matière principale en master était la linguistique cognitive et comparative, ce qui m’a aidé à comprendre la théorie de l’enseignement, avance de son côté Shingo. Le plus dur a été de diriger les classes, d’être capable de s’adapter aux besoins et intérêts de chaque étudiant en particulier. Il faut à chaque fois utiliser un moyen différent pour expliquer une certaine chose à différentes personnes pour que chacune la comprenne clairement ».

Lire aussi : Attention, deadline: comment les Russes font-ils face aux délais?

4. Trouver des étudiants n’est pas un problème

La Russie est un très bon endroit pour les profs d’anglais, assure Virginia. Selon son expérience, la loi de l’offre et de la demande est sur ce coup de votre côté : « Il y a considérablement plus de personnes cherchant un professeur natif que de locuteurs natifs ici ; et du fait de leur rareté et qu’ils sont demandés, ils peuvent demander un prix fort pour leurs cours. Je dirais que le taux normal pour des professeurs autonomes se situe entre 2 000 et 4 000 roubles (de 30 à 60 euros) par heure, voire plus pour des leçons spécialisées ou bien si vous vous rendez chez l’étudiant ».

Elle explique aussi qu’une fois installé en tant que professeur, les étudiants viendront vous trouver d’eux-mêmes, ce qui vous donnera l’opportunité de choisir votre volume de travail.

Les autres langues, telles que l’espagnol ou l’italien, sont aussi très populaires en ce moment. Comme l’explique Francesca, « certains Russes vont en vacances en Italie chaque année, d’autres font du commerce là-bas, tandis que d’autres veulent y étudier, ou y vivre ». Cela s’applique aussi à l’espagnol, ce qui conduit à une forte demande. Cependant, selon Luis, du fait de la chute du rouble en 2014, les Russes sont devenus plus hésitants à dépenser de grandes sommes dans des projets à long terme. Ils préfèrent donc désormais des leçons individuelles dans des cafés ou chez eux.

Lire aussi : Quelles bizarreries attendent les travailleurs étrangers en Russie?

5. Soyez au courant des différences culturelles

Naturellement, en enseignant dans un pays étranger, vous remarquerez certaines choses susceptibles de vous frapper. Pour Francesca, ce fut par exemple difficile de s’adapter au fait que les étudiants russes préfèrent d’un professeur qu’il soit strict et exigeant, tandis que pour Luis, en comparaison avec la Turquie (où il a travaillé auparavant), les étudiants russes sont plus réticents à prendre la parole s’ils ne sont pas sûrs de leurs réponses.

Pour ce qui est des enfants russes, ils ont tendance à travailler très dur et à être souvent fatigués, remarque Virginia. D’un autre côté, « ils sont plus habitués à mémoriser que les étudiants occidentaux. Si vous leur donnez de courts poèmes à apprendre, ils les apprendront. Si vous leur donnez du vocabulaire à apprendre par cœur, ils le feront, dit-elle. Du fait de leur socialisation, il est souvent permis aux garçons d’être immatures et paresseux, d’une manière qui n’est pas autorisée aux filles. Les parents ont tendance à être plus obsédés par leurs enfants qu’aux États-Unis, mais c’est peut-être aussi dû à la classe sociale des gens avec qui je travaille ».

6. Soyez prêts à être à la pointe de l’échange culturel

Pour Shingo, enseigner votre langue maternelle à l’étranger contribue avant tout à l’échange culturel. « Il faut comprendre que la personne en face est en première ligne de l’échange culturel, car durant les leçons avec des étudiants russes, on doit expliquer de nombreuses choses sur son propre pays », explique-t-il. Répondre aux questions des étudiants russes va définir leur façon de percevoir votre pays, et un bon ou un mauvais professeur pourra soit renforcer soit affaiblir l’intérêt des étudiants envers celui-ci.

Lire aussi : Comment les Russes ont changé ma vie: témoignage du Français Erwann Pensec

7. Assurez-vous de ne jamais vous ennuyer

Pour ceux qui ne sont pas encore passés par là, il est vital d’être certain de vouloir enseigner en Russie. Comme le dit justement Luis, « venir dans un endroit que vous n’avez jamais visité auparavant est un risque que tout le monde n’est pas prêt à prendre ».

Ainsi, il peut être utile de visiter le pays en tant que touriste et de voir si emménager en Russie pour quelque temps est véritablement ce dont vous avez envie. « J’ai vu de nombreux expatriés venir puis repartir, confie Virginia. Certains adorent et d’autres détestent. Le meilleur indicateur de votre adaptation en Russie est votre préférence pour le confort ou pour l’ennui. Réfléchissez à quel point le confort est important pour vous. À présent, réfléchissez à quel point vous détestez vous ennuyer. Si vous aimez le confort plus que vous ne détestez l’ennui, alors la Russie n’est pas pour vous. Mais si vous abhorrez l’ennui et qu’un peu de chaos et de déraison ne vous incommodent pas, vous adorerez. Ce n’est pas un endroit facile à vivre, mais ce n’est jamais ennuyeux ».

Vous l’aurez compris, pour mettre toutes les chances de votre côté, mieux vaut maîtriser les bases de la langue russe. Pourquoi ne pas commencer à l’apprendre grâce à des applications mobiles ? Nous vous présentons ici les meilleures !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

This website uses cookies. Click here to find out more.

Accept cookies