Zagitova et Medvedeva, ces Russes qui ont élevé le patinage artistique à un niveau inédit

Reuters
De record en record. Evgenia Medvedeva et Alina Zagitova, ces athlètes olympiques de Russie, ont porté la barre du patinage artistique féminin si haut que leur rivalité aux JO de Pyeongchang est devenue une compétition à part entière.

L'épreuve de patinage artistique individuel dames a marqué un temps fort des Jeux olympiques de Pyeongchang, en Corée du Sud. Cette discipline connaît ces derniers temps ni plus, ni moins qu’une révolution grâce à la jeune étoile russe Evgenia Medvedeva, qui y a vertueusement insufflé des niveaux de complexité technique records. Or, sur la glace de la patinoire olympique, un autre talent russe, tout aussi majestueux, a lancé un défi à son génie. Il s’agit d’Alina Zagitova, 15 ans, qui en est à sa première saison chez les seniors.

Sur la photo, Alina Zagitova, Evgenia Medvedeva et la Canadienne Kaetlyn Osmond, ce trio qui a occipé les trois marches du podium.

Veni vidi vici

Dans le patinage artistique, l’épreuve individuelle est axée sur l'émotion. Ici, le résultat final peut réserver des surprises même pour les experts chevronnés. Très souvent, ceux qui semblent être d’incontestables favoris ne répondent pas aux attentes, surtout aux Jeux olympiques, où la volonté et la chance l’emportent parfois sur la technique.

Une partie des champions olympiques de ces dernières années semble venir de nulle part. Les Américaines Sarah Hughes (Salt Lake City, 2002) et Tara Lipinski (Nagano, 1998) et la Russe Adelina Sotnikova (Sotchi, 2014) prouvent que les outsiders peuvent facilement voler le vedette, détrônant les leaders. Les résultats des Jeux olympiques d’hiver 2018 ne font que le prouver. Qui aurait pu s'attendre il y a un an à ce qu’Alina Zagitova raflerait le trophée ?

Lire aussi : Qui est la toute nouvelle star du patinage en Russie?

La reine et la princesse

À la fin de l’année 2015, c’est Evgenia Medvedeva qui s’est hissée au sommet du panthéon des patineuses artistiques, se forgeant la réputation de star invincible à l’issue des deux saisons.

Evgenia Medvedeva

À peine arrivée dans le sport seniors, cette jeune Russe a établi de nouveaux records du monde du programme libre et en scores combinés, faisant véritablement sensation et devenant la meilleure ambassadrice sportive de son pays. C’est cette double-championne du monde et d’Europe de 18 ans qui a soutenu les athlètes russes devant la commission exécutive du Comité international olympique (CIO), réunie en décembre dernier à Lausanne, en Suisse, au sujet du scandale de dopage.

Sa propre participation au principal événement sportif était en danger. Mais, finalement, cette jeune star a retrouvé son nom sur la liste restreinte des Russes autorisés à prendre part aux JO en Corée, devenant ainsi le principal espoir de l’équipe des « athlètes olympiques de Russie ».

Toutefois, les perspectives olympiques de Medvedeva - qui a donné le la à la discipline pendant ces deux dernières années - se sont révélées moins radieuses qu’il n’était attendu. En octobre 2017, peu avant son 18e anniversaire, elle a subi une fracture au pied droit. Loin d’être en grande forme, elle s’est pourtant présentée en janvier aux Championnats d’Europe, qui se sont déroulés à Moscou, pour se voir devancée par sa compatriote de 15 ans, Alina Zagitova, connaissant ainsi sa première défaite depuis novembre 2015. Ce qui donne un goût particulier à cette rivalité, c’est que les deux sont formées par la même entraîneur, Eteri Tutberidze. Et bien que les deux starlettes aient assuré être amies, les journalistes se sont précipités pour savourer cette rivalité sur la glace entre les deux étoiles.

L'entraîneur Eteri Tutberidze

Lire aussi : Eteri Tutberze, la «dame de fer» et ses patineuses en or

Ce ne sont pas uniquement les problèmes de santé de Medvedeva qui ont propulsé Zagitova à la gloire. Dès son entrée dans le sport seniors, cette originaire d’Ijevsk (Oudmourtie) a affiché des résultats impeccables, remportant en décembre 2017 le Grand Prix à Nagoya, au Japon.

« Je l'ai vue à l'entraînement en début de saison et il était évident qu’elle était déjà très forte. Maintenant, elle approche du sommet de sa forme », explique l'entraîneur et chorégraphe Ilya Averbukh dans son commentaire à l'agence R-Sport.

La formule du succès

Evgenia Medvedeva et Alina Zagitova

La montée en puissance de Medvedeva a été marquée par des sauts remarquablement complexes, tels que le triple axel, qui l’a propulsée à des scores techniques historiques. En outre, elle engrange régulièrement des points supplémentaires en plaçant un bras au-dessus de sa tête lors de ses sauts. Cette technique est d’ailleurs d’ores et déjà devenue sa marque de fabrique.

Lire aussi : Evgenia Medvedeva, cette patineuse russe qui ne connaît pas la défaite

Toujours est-il que sa cadette Alina Zagitova est allée encore plus loin, appliquant des éléments d’une stupéfiante difficulté, comme les sauts du triple Lutz ou du triple boucle. Mais leur exécution n’est pas son seul atout, leur placement l’est également. En effet, Zagitova effectue ces sauts typiquement lors de la seconde partie de son programme afin d’obtenir un bonus de 10% pour chacun d’entre eux. Cette astuce a déjà provoqué des réactions diverses. Son homologue américaine Ashlee Wagner, l’a par exemple accusée d’exploiter le système de points, de tuer le temps dans sa première partie et de ruiner sa performance.

Alina Zagitova

Mais pour Evgeni Plushenko, double champion olympique, c’est tout le contraire : « Comment le patinage de Zagitova pourrait-il laisser quelqu’un indifférent ? Elle est en train d’ouvrir une nouvelle page dans l’histoire de notre sport. Personne ne s’approche de la complexité qu’elle présente », a-t-il déclaré au quotidien sportif russe Sport Express.

Lire aussi : Les «super-pouvoirs» des patineurs russes

Au-delà des préférences esthétiques, la chorégraphie de Zagitova est parsemée d’éléments à la valeur de base (nom donné à la valeur d’un mouvement dans le score final) inégalée, lui garantissant assurément la victoire en cas de sans faute. Même Medvedeva se retrouve dans l’obligation de prendre des risques pour vaincre un si solide enchainement.

Don Quichotte vs Anna Karenina

Evgenia Medvedeva

Aussi irréprochables au niveau technique l’une que l’autre, Medvedeva et Zagitova n’avaient d’autre obstacle à surmonter sur leur voie vers le piédestal de la gloire que les composantes des notes récompensant les qualités abstraites, telles la performance, la transition et la composition. Et c’est là que leur équipe d’entraînement les a soutenues avec un matériel chorégraphique solide. Les deux paraissaient matures en performant ce vendredi le programme libre, l’une sur la musique de Don Quichotte de Luswig Minkus et l’autre sur Anna Karenina de Dario Marianelli.

Alina Zagitova

L’image artistique n’a fait qu’accentuer davantage l’impression laissée par les prestations. Tatiana Tarassova, cette célèbre entraîneur russe connue pour avoir travaillé avec Mao Asada, Sacha Cohen et Alexeï Yagudin, n’a pas caché son émerveillement devant le choix de Medvedeva. « Elle était merveilleuse sur cette musique, sa performance était une sorte de murmure », a-t-elle avoué à la chaîne de télévision russe Match TV.

Revivez, en vidéo, les brillantes performances de ces deux talentueuses patineuses dans cette autre publication signée Russia Beyond.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies