Les «super-pouvoirs» des patineurs russes

Viktoria Sinitsina and Nikita Katsalapov.

Viktoria Sinitsina and Nikita Katsalapov.

Donat Sorokin / TASS
​L’élite du patinage artistique mondial est sur le pied de guerre. Le Grand Prix ISU bat son plein. Quels sont les chances des sportifs russes aujourd’hui ?

Sportifs russes, Viktoria Sinitsina et Nikita Katsalapov. Crédit : Donat Sorokin / TASSSportifs russes, Viktoria Sinitsina et Nikita Katsalapov. Crédit : Donat Sorokin / TASS

« Tout est compliqué » : c’est sans doute l’expression qui décrit le mieux la situation actuelle dans le patinage artistique russe. Car tout va bien uniquement chez les femmes : la Russie peut se vanter d’avoir cinq jeunes filles de niveau mondial. Chez les hommes, c’est le contraire, car il ne reste pratiquement plus de sportifs capables de lutter pour les médailles en championnat du monde.

Côté patinage en couple, le tableau n’est guère encourageant. Tatiana Volosozhar et Maxime Trankov, doubles champions olympiques, sont sur le point d’achever leur carrière. Le couple attend un enfant. Ksénia Stolbova et Fiodor Klimov se relaient dans le domaine des blessures. Actuellement, c’est le « tour » de la partenaire.

Quant à la danse sur glace, après que le couple Elena Ilinykh et Nikita Katsalapov a vécu, grand espoir de l’actuel cycle olympique, il ne reste plus personne. Mais souvent les pronostics secs s’évaporent tels des fantômes face à la lumière d’un nouveau talent. D’ailleurs, les sportifs que nous connaissons peuvent eux aussi nous réserver quelques surprises. D’autant plus que chacun possède son super-pouvoir.

1. Evgenia Medvedeva, championne du monde et d’Europe en 2016

Evgenia Medvedeva. Crédit : Nina Zotina / RIA NovostiEvgenia Medvedeva. Crédit : Nina Zotina / RIA Novosti

Super-pouvoir : musicalité, stabilité dans l’exécution d’éléments compliqués.n

L’actuelle championne du monde et d’Europe est le leader incontestable de la sélection russe. A la récente étape du Grand Prix au Canada, l’élève d’Eteri Toutberidze a présenté un patinage proche de la perfection, tant du point de vue technique qu’esthétique. Les nouveaux programmes mis en scène pour elle par Ilia Averboukh vont à la jeune fille « comme un gant ».

2. Elizaveta Tuktamysheva, championne du monde en 2015

Elizaveta Tuktamysheva. Crédit : Nina Zotina / RIA NovostiElizaveta Tuktamysheva. Crédit : Nina Zotina / RIA Novosti

Super-pouvoir : ensemble de sauts.n

Outsider de la saison passée, la jeune fille semble retrouver sa forme. Il est vrai que l’élève du célèbre Alexeï Michine a fait beaucoup d’erreurs lors de l’épreuve Skate Canada. Mais c’était plutôt par volonté de trop peaufiner sa technique que par manque de préparation. « Nous avons l’art de perdre à cause de futilités », résume Alexeï Michine. Il se peut toutefois que la jeune fille manque d’adaptation au « terrain ».

C’est un fait : plus Elizaveta Tuktamysheva sort sur la glace, plus elle est forte. Comme pendant la saison où elle est devenue championne, elle a l’intention de se produire à un nombre maximal de tournois.

3. Anna Pogorilaya, médaille de bronze aux Championnats du monde de 2016

Anna Pogorilaya. Crédit : Sergei Fadeichev / TASSAnna Pogorilaya. Crédit : Sergei Fadeichev / TASS

Super-pouvoir : enchaînement de sauts compliqués, esprit combatif.n

La jeune fille de 18 ans surmonte avec succès les problèmes des changements liés à l’âge : sa technique n’en a pas été perturbée. Il est vrai qu’au Trophée Finlandia, elle a commis plusieurs erreurs et n’est arrivée que troisième, derrière la Canadienne Kaetlyn Osmond et la légendaire Japonaise Mao Asada. Toutefois, elle s’est rattrapée en remportant l’étape russe du Grand Prix.

4. Mikhail Kolyada, vice-champion de Russie en 2016

Mikhail Kolyada. Crédit : Vladimir Pesnya / RIA NovostiMikhail Kolyada. Crédit : Vladimir Pesnya / RIA Novosti

Super-pouvoir : bonne formation au niveau des sauts, nerfs d’acier.n

Ce jeune patineur de 21 ans, qui s’est classé 4ème aux Championnats du monde de 2016, est aujourd’hui le grand espoir de la Russie. Outre des sauts stables, Mikhaïl s’est fait remarquer par son charme et son goût : ses programmes ne passent jamais inaperçus.

5. Maxim Kovtun, primé aux Championnats d’Europe en 2015 et 2016

Maxim Kovtun. Crédit : APMaxim Kovtun. Crédit : AP

Super-pouvoir : large gamme de quadruples sauts.n

A la veille des Jeux olympiques d’hiver de 2014, les entraîneurs et les fonctionnaires ont décidé de faire de ce jeune homme de 21 ans un champion, mais Maxim Kovtun a cédé à la pression et a entièrement perdu sa stabilité. Excellent dans les sauts, il n’est pas parvenu à réunir tous les sauts dans deux programmes de suite.

6–7. Evgenia Tarasova – Vladimir Morozov, médaillés de bronze aux Championnats d’Europe en 2015 et 2016

Evgenia Tarasova et Vladimir Morozov. Crédit : Nina Zotina / RIA NovostiEvgenia Tarasova et Vladimir Morozov. Crédit : Nina Zotina / RIA Novosti

Super-pouvoir : quadruple twist.n

Les juniors Evgenia Tarasova et Vladimir Morozov ont grandi et laissent une impression étrange. A en juger d’après leurs représentations lors de la saison actuelle, les entraîneurs ont inculqué à leurs élèves la froideur de l’esthétique « nord-américaine » (« du pur sport et aucun art »). Ce qui serait sans doute justifié si les patineurs réalisaient tous les éléments annoncés. Mais ce n’est pas le cas : dans leur programme libre à Skate America, ils se sont permis un nombre d’erreurs impardonnable pour leur statut.  

8–9. Yuko Kawaguchi – Alexander Smirnov, doubles champions d'Europe en 2010 et 2015

Yuko Kawaguchi et Alexander Smirnov. Crédit : Getty ImagesYuko Kawaguchi et Alexander Smirnov. Crédit : Getty Images

Super-pouvoir : quadruple salchow lancé.n

Les vétérans restent encore dans le rang, mais dans une condition loin d’être idéale. Yuko Kawaguchi a pris six mois pour se remettre d’une rupture du tendon d'Achille, tandis qu’Alexandre s’est consacré à entraîner les autres au détriment de soi-même.

Lors de l’épreuve Skate Canada, le couple a été comme toujours lyrique, mais leurs sauts n’ont pas convaincu les arbitres. Or tout le monde connaît l’esprit combatif de la « Japonaise russe ». Et si lors des principales compétitions de la saison, il sera nécessaire de se surpasser et d’exécuter deux quadruples salchow lancés dans le programme libre, Yuko Kawaguchi le fera, n’en doutez pas !

Lire aussi :

À la rencontre de la footballeuse russe de la « liste de Messi »

Karen Khatchanov, le nouvel espoir du tennis russe

Quatre choses à savoir sur le retour de Maria Sharapova

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.