Sergey Sirotkin, le nouvel espoir russe de la F1

Imago/Global Look Press
En rejoignant l’écurie Williams en janvier, Sergey Sirotkin devient le troisième pilote russe seulement à rivaliser au plus haut niveau de la Formule 1. Certains estiment que sa carrière dans la Formule 1 a toutes les chances de prendre un tour plus favorable que celle de ses prédécesseurs - et voici pourquoi.

Deux mois avant que l’écurie Williams Martini Racing ne déclare officiellement que Sergey Sirotkin, 22 ans, courrait pour elle lors de la saison 2018, en partenariat avec le Canadien Lance Stroll, la majorité des analystes de course automobile, même en Russie, considéraient le Moscovite comme un outsider.

Williams était en quête d’un remplaçant suite au départ à la retraite de Felipe Massa, et presque tout le monde pensait que l'équipe inviterait le Polonais Robert Kubica, un pilote expérimenté de 33 ans revenu dans le monde de la course après un terrible accident en 2011.

« Les chances de Sergey sont minces ; il a commencé à travailler pour rejoindre Williams trop tard et, contrairement à Kubica, il n'a pas d'expérience de Formule 1 derrière lui », a écrit Artem Roubankov dans Sports.ru.

Lire aussi : À quoi ressemble donc l’uniforme olympique «neutre» de la Russie?

La victoire de l’outsider

Néanmoins, Roubankov pensait que les chances de Sirotkin contre Kubica existaient s'il arrivait à démontrer des résultats exceptionnels pendant les essais. Et c'est exactement ce que Sirotkin a fait, affichant un meilleur chrono que Kubica lors des tests de pneus Pirelli d'Abu Dhabi. De la sorte, il est devenu pilote officiel de Williams pour 2018, reléguant Kubica à la réserve.

« Sergey a impressionné l'équipe avec son rythme de conduite et son talent, son feedback technique et son éthique de travail, tant à l'usine que sur la piste », a déclaré Paddy Lowe, directeur technique de Williams.

Lance Stroll, désormais partenaire de Sirotkin sur la piste, a également chaleureusement accueilli son nouveau collègue russe : « Je connais Sergey et je suis sûr que nous allons très rapidement former une relation de travail étroite ».

Lire aussi : Monstres du Moto-ball: un sport extrême dans lequel la Russie excelle

Alors, comment un Russe qui n'avait jamais couru en Formule 1 est-il arrivé à un tel niveau ?

Un Russe en pousse un autre

Comme pour beaucoup de pilotes de course, la carrière de Sirotkin a commencé avec le karting quand il avait à peine 12 ans. De 2010 à 2013, il a participé à différents tournois de Formule de classe inférieure, intégrant le plus haut niveau en 2013 avec l'équipe suisse Sauber. Il a travaillé avec Sauber, puis avec les équipes Renault, mais seulement en tant que pilote de test ou de réserve. Ainsi, son apparition au grand prix d'Australie, prévue pour mars 2018, sera sa première en tant que pilote officiel, et ce grâce à Williams.

Alors que Sirotkin fait ses débuts dans le monde de la F1, le précédent pilote russe dans ce tournoi, Daniil Kvyat, fait un pas en arrière. Seulement un an plus vieux que Sirotkin, Kvyat courait pour Red Bull et Toro Rosso depuis 2015, mais a achevé son contrat avec Red Bull et travaillera en tant que pilote de développement pour Ferrari, ce qui signifie qu’il n’apparaîtra pas sur les pistes la saison prochaine. Par conséquent, Sirotkin remplace Kvyat en tant que principal pilote russe dans le monde de la F1.

Lire aussi : Mondial 2018: les stades russes dans lesquels les Bleus joueront au 1er tour

Défis à relever

Le chemin de Sirotkin ne sera pas facile. Kvyat avait réalisé un joli départ durant sa première saison, mais a ensuite fait face à plusieurs revers qui ont conduit à une pause dans sa carrière en Formule 1. Compte tenu de plusieurs facteurs, il n’est pas évident de dire si Sirotkin aura plus de succès.

Roubankov de Sports.ru énumère les problèmes possibles que Sirotkin pourrait rencontrer : un début difficile résultant du fait qu’en tant que pilote de réserve pour Renault, il n’est pas presque pas sorti sur la piste en 2017. En outre, en tant que N°2 après Stroll dans l’écurie Williams, la pression du public sera grande. Sirotkin a cependant quelques atouts qui peuvent l'aider à surmonter ces obstacles.

Les points forts

Comme le souligne Alexeï Dospekhov du quotidien Kommersant, Sirotkin est un pilote très expérimenté. Rivaliser et remporter pendant plusieurs années des tournois tels que la Formule 3, Auto GP, etFormula Renault 3,5 signifie que le Russe n'est pas un novice et peut faire face à la pression.

Lire aussi : À la rencontre de la footballeuse russe de la «liste de Messi»

En outre, Sirotkin devrait jouir de meilleures conditions de travail chez Williams que Kvyat à Toro Rosso. Selon Roubankov, «leurs bolides sont plus rapides et plus fiables», de sorte Sirotkin ne sera pas confronté à des problèmes techniques constants comme ce fut le cas pour Kvyat.

En outre, en tant qu'ingénieur doté d’un diplôme universitaire (il a terminé l'Université de Moscou de construction automobile et de routes), il a déjà impressionné les ingénieurs de Williams avec son feedback pendant des essais. Si les choses se déroulent bien, le jeune conducteur russe pourrait devenir un élément indispensable de sa nouvelle équipe.

Savez-vous qui est la toute nouvelle star du patinage en Russie ? Pour en savoir plus, n'hésitez pas à vous diriger vers notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies