C’est quoi, être Russe? Petit manuel d’utilisation

AP
Pour les étrangers qui se demandent ce qu'il faut pour être Russe, consultez notre guide sur la façon d'imiter le comportement russe typique et d'éviter les faux-pas.

Un jour, j'ai lu un livre au titre intrigant : Comment peut-on être Anglais? par George Mikes. Pendant des jours, j'ai réfléchi - et si le livre avait été écrit au sujet des Russes? Et s'il s'agissait d'un manuel sur Comment être Russe? Alors, après de longues réflexions, voici mon guide sur ce que vous devez faire pour être un Russe parfait.

La politique

Nous détestons nos politiciens probablement autant que vous, mais nous ne l'admettrons jamais.

Sur l'âme russe

Seuls les Russes l'ont, mais si vous lisez notre littérature, vous pourriez en comprendre l’essence.

Aimer vivre en toute tristesse

Nous pleurons et rions en même temps. Nous pleurons autant aux mariages qu’aux enterrements. Nous avons les yeux humides quand nous écoutons l'hymne national. Et nous sanglotons pendant que nous tenons solennellement une main contre notre poitrine en regardant le discours du Nouvel An préenregistré de Poutine, en nous sentant particulièrement fiers d'être Russes.

Être irrationnel

Nous rions là où d'autres personnes pleureraient normalement. Les Européens ne trouveraient pas motif à rire s'ils avaient été licenciés par leur patron, ou s'ils tombent et se sont cassé la jambe sur une route particulièrement mauvaise, ou s'ils étaient tombés et s'étaient cassé la jambe sur une route particulièrement mauvaise, ou si leur voiture ne démarrait pas en raison de températures descendues à -50°Ce ne sont pas vraiment les moments les plus appropriés pour être exalter et faire savoir à tout le monde savoir que vous êtes de bonne humeur.Cependant, être russe impliquera que vous abordiez les difficultés mineures de la vie avec un optimisme fervent.

Conserver une conscience de classe

Commandez toujours un vin cher et n'admettez jamais au serveur votre ignorance sur la différence entre le Chianti et le Chardonnay. Prétendre être un expert en vin tout en reniflant votre verre avec un dédain total fera certainement croire aux autres que vous avez des racines nobles.

Voyager comme un Russe

Voyager ne signifie plus voir le monde. Il s'agit de donner au monde une chance de vous voir, de préférence dans des tenues coûteuses et sur des yachts de luxe. Pour vraiment vous distinguer en tant que Russe, laissez un pourboire équivalent à un salaire, puis sortez lentement du restaurant. Attendez-vous à ce que le serveur pousse un cri d'excitation et demande à devenir votre employé personnel.

Sur l'art de la conversation

Rien ne plaît davantage à un Russe que de recevoir des louanges. Nous n'aimons pas nous rappeler nos défaites et nos erreurs passées. Nous appelons fièrement cela « l'expérience ». La seule personne qui est autorisée à être critique à propos des mauvaises routes, des idiots et des autres éternels problèmes russes, c’est un Russe. Ceux qui sont assez imprudents pour se permettre de critiquer doivent être des espions

S’occuper de ses propres affaires

Tout – je dis bien tout – ce que vous croyiez être profond et privé est en fait un sujet de discussion en public.

Ne pas sourire

Les Russes ne sourient pas. Les étrangers qui le font sont considérés comme des simples d’esprit.

Boire du thé

Faites attention quand un Russe vous invite à prendre une tasse de thé. Cela risque de se transformer en une longue conversation et rappelez-vous qu'une longue discussion se transforme inévitablement en proposition à « croquer un morceau », et « croquer un morceau » devient un déjeuner qui dure jusqu'à la fin du dîner. Les Russes qui vous ont invité vous tortureront avec leur délicieuse nourriture jusqu'à ce qu'ils se soient assurés que vous ne pourrez plus vous déplacer. Ce n'est qu'après avoir testé votre estomac qu'ils entameront une conversation longue et sincère sur la mission spéciale de la Russie dans le monde et vous dire ce qui ne va pas à l'Ouest.

Ne pas se plaindre

Dans un pays qui a traversé la Seconde Guerre mondiale et la Perestroïka, se plaindre de nuances insignifiantes comme les retraites ridiculement basses, les embouteillages de 16 heures à Moscou ou des heures d’attente pour des soins médicaux d'urgence sont un luxe. Nous respirons profondément en répétant l'ancien mantra - « Ça a été pire par le passé ».

Au volant

Si vous êtes un Italien qui essaie de conduire à Moscou, réfléchissez-y à deux fois avant de venir. Croyez-moi, personne n’appréciera votre tempérament méridional. Si vous venez d'Allemagne, n’oubliez pas d’apporter du Valium.

Les droits sur ces publications sont la stricte propriété du journal Rossiyskaya Gazeta.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer