En images: la cathédrale Basile-le-Bienheureux il y a 100 ans et aujourd’hui

Photographie de presse/Musée historique d'État
L'église la plus reconnaissable de Moscou a été construite il y a plus de 400 ans et a été modifiée à plusieurs reprises au cours de cette période. Nous avons décidé de jeter un coup d'œil aux photos des années 1920 et de les comparer à celles d'aujourd'hui.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

La cathédrale Saint-Basile a été construite entre 1555 et 1561, elle aura donc 460 ans en 2021.

L'ordre de l'ériger a été donné par Ivan le Terrible afin de commémorer la conquête du Khanat de Kazan et son incorporation au Tsarat de Moscou. Cela s'est produit le lendemain d'une importante fête orthodoxe – l'Intercession de la Vierge Marie. Le temple lui a donc été dédié.

Connue dans le monde entier sous le nom de cathédrale Basile-le-Bienheureux, elle porte en réalité le nom officiel de cathédrale de l'Intercession-de-la-Vierge-sur-le-Fossé.

Une chapelle absidiale dédiée au fol-en-Christ Basile a en fait été ajoutée à la cathédrale à une date ultérieure. C'était la seule chauffée et les offices y étaient célébrés tous les jours, c'est pourquoi son nom a été attaché à l'ensemble de la cathédrale.

Au total, l’on compte 11 absidioles, ce qui en soi signifie 11 églises séparées, avec leur propre iconostase. La cathédrale compte également 11 coupoles : neuf couronnent les chapelles absidiales, une est située au-dessus de celle de Saint-Basile, et une autre au-dessus du clocher.

Selon la version la plus répandue, les architectes de la cathédrale étaient des certains Barma et Postnik, qui, selon la légende, auraient ensuite été rendus aveugles sur ordre d’Ivan le Terrible, afin qu'ils ne puissent rien construire de plus beau.

Le temple a brûlé à maintes reprises, et aux XVIIe-XVIIIe siècles, il a changé plusieurs fois d'apparence. Il a été reconstruit, tandis que son parvis, son porche et ses chapelles absidiales ont été ajoutés. Même le toit de l’édifice a été modifié, de sorte que d’anciennes gravures représentent, par exemple, la cathédrale avec un haut toit en chatior, qui a depuis disparu.

Pendant la campagne antireligieuse de l'URSS, la cathédrale a miraculeusement survécu. Bien que les autorités soviétiques aient prévu de la démolir également, les architectes et historiens les plus éminents ont en effet défendu sa préservation, et il a été décidé de transformer ce lieu en un musée historique et architectural.

Lire aussi : Construisait-on des églises sous l’URSS?

Cependant, pour que le peuple soviétique n'oublie pas que la cathédrale avait perdu ses fonctions, toute l'exposition qui s’y trouvait lui rappelait que la religion était un mal. Ainsi, à l'époque soviétique, une citation de Karl Marx ornait la porte : « L'abolition de la religion en tant que bonheur illusoire du peuple est l'exigence que formule son bonheur réel ».

Au sous-sol de la cathédrale, à l'époque soviétique, une exposition était d’ailleurs consacrée aux déclarations de Karl Marx, Friedrich Engels, Vladimir Lénine et Joseph Staline sur la religion. On y trouve aujourd'hui une icône de Notre-Dame du Signe datant du XVIIIe siècle, une copie de celle qui ornait autrefois la façade du bâtiment.

En URSS, l'église a été grandement restaurée et il était prévu de lui redonner son aspect historique. La couche de peinture a donc été enlevée, exposant les éléments de décoration en briques et en pierre blanche. Toutefois, de nombreuses peintures anciennes ont de cette manière été perdues.

Aujourd'hui, les services sont célébrés dans la cathédrale, mais celle-ci apparaît également comme une branche du Musée historique d’État et des excursions y sont régulièrement organisées. L'un des principaux symboles de Moscou, elle est également inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO.

L'exposition « Le temps des changements. La cathédrale de l’Intercession dans les années 1920-1930 » est accessible au Musée historique jusqu’au 24 janvier 2022.

Dans cet autre article, nous vous narrions la fascinante histoire de l’apparition de la place Rouge.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies