Saint Basile, l’homme qui tint tête à Ivan le Terrible… sans la perdre

Andrei Ryabushkin
La cathédrale Saint-Basile est peut-être le symbole le plus connu de la Russie, mais peu de gens savent qui est l'homme en l’honneur duquel la elle a été nommée. Ce «fol-en-christ» médiéval était largement vénéré à Moscou pour sa piété. Il était aussi le seul homme qui pouvait critiquer et même tancer Ivan le Terrible et s'en tirer sans dommages...

Giles Fletcher, un ambassadeur anglais en Russie au XVIe siècle, a écrit qu’à Moscou, il avait vu « certains ermites (qu’on appelle hommes saints)… qui vont entièrement nus avec un seul tissu sur leur milieu, avec leurs cheveux longs pendant sauvagement sur les épaules, et beaucoup d'entre eux ont un collier de fer ou une chaîne au cou... même au plus dur de l'hiver. Ils sont considérés comme des prophètes, et des hommes de grande sainteté, ce qui leur donne une liberté de parler sans aucun contrôle... De sorte que s'il réprouve quelqu’un ouvertement, ils ne répondent à rien, mais disent que c'est pour racheter leurs péchés ».

Lire aussi : Ce qu’il faut savoir de la cathédrale Saint-Basile pour briller en société

Dans cet extrait, Fletcher décrit les « fols-en-Christ », des gens qui ont choisi la piété constante comme mode de vie et d'exprimer leur vision du monde. Basile-le-béni était l'un d’eux - probablement le plus éminent en Russie.

Contes et vérité entrelacés

Basile (Vassili) est né vers 1469 à Moscou dans une famille ordinaire et pauvre. Ses parents l'ont envoyé étudier pour être cordonnier. Un jour, un marchand est venu pour commander une paire de bottes « qui durerait longtemps ». Basile a pleuré et a expliqué au propriétaire du magasin que le commerçant ne pourrait même pas mettre les bottes car il mourrait bientôt, ce qui eut effectivement lieu deux jours plus tard. C'est alors que la clairvoyance de Basile s'est révélée.

Lire aussi : Ivan le Terrible: sept faits intéressants sur le premier tsar de toutes les Russies

À 16 ans, Basile quitta sa maison pour devenir un fol-en-Christ. Nu par tous les temps, il errait dans les rues de Moscou, priant constamment et faisant des choses apparemment stupides qui avaient pourtant un sens profond. Une biographie à moitié légendaire, écrite après sa disparition, raconte les escapades de Basile. Marchant à travers un marché, il brisait souvent des cruches de kvas (boisson légèrement fermentée à base de pain noir) ou renversait des plateaux de pain. Plus tard, il s'est avéré que le kvas était gâté et que le pain avait été mal cuit. En tant que tel, les commerçants ne s’offensaient pas. Au contraire, quand Basile leur prenait de la nourriture d'eux, ils considéraient que c'était une bénédiction.

Basile aurait prédit un incendie majeur à Moscou en 1547. Quelques jours avant les faits, il a été vu en train de prier sans réserve devant une église et pleurer. Les gens disaient qu'ils avaient entendu du bruit et vu des images de feu dévorant l'église. Après que le feu eut réellement lieu, Basil a attiré encore plus d'attention.

Lire aussi : La cathédrale Saint-Basile n'existerait plus si cet homme n'avait pas réussi à persuader Staline

Certaines légendes ont également attribué à Basile la capacité de marcher sur l'eau et de guérir les aveugles. On dit qu'il a rendu aveugle trois femmes qui s'étaient moquées de lui en raison de son apparence, puis les a guéries sur place après qu’elles l’aient supplié. Certaines actions qu'il est dit avoir répété plusieurs fois ont été de jeter des pierres sur les murs des maisons des gens pieux « pour chasser les démons » et pleurer près des maisons closes et des débits de boisson, en disant qu'il « priait désespérément les anges de sauver les pécheurs qui habitent ces lieux ».

La renommée de Basile à Moscou s'est rapidement diffusée. Même le tsar lui-même, le fameux Ivan le Terrible, aurait écouté les paroles de Basile. Une fois, le Saint fou a été invité au Kremlin le jour de la fête du tsar. Il a refusé trois fois de boire à la santé d'Ivan, en versant son verre par la fenêtre à la place – ce qui était une grave insulte. Quand le tsar, furieux, demanda pourquoi Basile l’offensait de telle manière, il répondit que le feu avait commencé à Novgorod et il s'enfuit ensuite du palais. Le tsar envoya un messager à Novgorod et découvrit qu’à l'heure exacte de la fête, un énorme incendie avait commencé, mais qu’un homme nu inconnu était apparu et avait commencé à éteindre le feu avec de l'eau de sa tasse.

Lire aussi : Opritchniki: la terrifiante milice d’Ivan le Terrible

Les contes et les rumeurs dépeignent souvent un Basile maudissant et tançant le tsar en public ou lui donnant de la viande crue et du sang, en disant « C'est votre nourriture et boisson » après un massacre qu’Ivan avait déclenché à Novgorod en 1570. Le seul problème ici est que Basile est mort vers 1557, des années avant le massacre de Novgorod.

Réel ou fictif?

Pour les historiens, il y a beaucoup de failles chronologiques et factuelles dans l'histoire de la vie de Basile. Il semble maintenant que dans son hagiographie les traits et histoires de plusieurs « fols-en-Christ » différents aient été rassemblés en un seul personnage. Ce qui est certainement vrai, c'est que Basile était respecté par le tsar et sa famille. Quand Basile était déjà très vieux et proche de la mort, Ivan est venu lui rendre visite avec sa femme, Anastasia, et ses fils, Ivan et Fiodor. Basil prédit que Fiodor serait le prochain tsar, ce qui finit par s'avérer correct.

Lire aussi : À la recherche de la bibliothèque disparue d’Ivan le Terrible

Quand Basile mourut, le tsar lui-même vint porter son cercueil, et le service funèbre était tenu par Macarius, le métropolite de Moscou. En 1588, sous le règne de Fiodor, il fut béatifié par Job, le premier patriarche de Moscou, et ses restes furent transférés à la cathédrale de Pokrov, qui porte depuis le nom de Saint Basile le Bienheureux.

Son sanctuaire devint un lieu de pèlerinage et de prière. Habituellement, les gens prient pour être guéris, en particulier des maladies liées à la vue - des globes oculaires argent ont été souvent placés près de son sanctuaire comme signes de gratitude pour la guérison miraculeuse que les prières à Saint Basile avaient apporté aux pèlerins. Le jour de la mémoire de Saint-Basile est le 15 août, et en ce jour le patriarche de Moscou tient un service annuel en son honneur dans la cathédrale.

Lire aussi : Voyage dans le temps: bienvenue le Moscou du Moyen âge!

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.