Pourquoi des croix «celtiques» peuvent être aperçues en Russie?

Legion Media; Sarang (CC BY-SA 3.0)
Des croix avec un cercle, traditionnelles pour les Celtes, peuvent être trouvées dans des villes anciennes de Russie. Essayons de comprendre comment elles sont arrivées ici.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Dans l'une des plus anciennes villes de Russie, Veliki Novgorod, dans le Nord du pays, les plus anciennes églises en pierre ont été préservées. Certaines d'entre elles présentent une caractéristique étrange : les façades sont ornées de croix arborant un cercle – un phénomène inhabituel pour l'œil russe. La croix orthodoxe russe habituelle est en effet composée de quatre lignes – deux perpendiculaires (la croix elle-même) et deux supplémentaires. La nuance est que ces croix avec cercle sont courantes dans cette ville, très peu dans les régions voisines, et pas du tout dans les autres. Comment sont-elles apparues ici ?

Croix orthodoxe russe

Croix de Novgorod

Avant l'unification des terres russes en un seul État à la fin du XVe siècle, celles de Novgorod ont été pendant trois siècles une république indépendante dotée d'un pouvoir électoral, alors que dans la plupart des autres endroits de Russie, l'autorité princière était héréditaire. Cela explique le fait qu'aux XIVe-XVe siècles, à Novgorod, s'est formée une architecture religieuse propre, avec des symboles distincts. De plus, les armées de Tatars-Mongols qui ont ravagé de nombreuses villes de Russie centrale n'ont pas atteint Novgorod, et c'est donc ici que les plus anciennes églises portant ces symboles ont été préservées.

La croix à quatre extrémités, sur laquelle est superposé un cercle, est même appelée en Russie « croix de Novgorod ». En ville, vous pouvez également rencontrer des croix de chemin en cercle, elles se tiennent à l'écart, parfois même au bord des routes. Elles étaient souvent dédiées à des dates mémorables ou à des victoires militaires et pouvaient représenter des scènes de l'Évangile. Certaines mesuraient près de deux mètres de haut.

La croix de chemin Saint-Alexis, du XIVe siècle, est conservée dans le temple principal de la ville – la cathédrale Sainte-Sophie.

De nombreuses croix ont également été placées dans des niches sur les façades des églises. Celles-ci étaient installées en mémoire des morts.

Église de la Transfiguration sur la rue Iline, XIVe siècle

Lire aussi : Les onze églises les plus anciennes de Russie (photos)

Nombreux sont ceux qui pensent que ce « motif » rappelle la célèbre croix celtique, symbole courant au début du Moyen Âge des tribus celtes des îles britanniques et de France. Le cercle désigne le symbole païen du Soleil et une telle continuité était importante pour les Celtes qui venaient d'adopter le christianisme.

Croix de pierre du VIII siècle sur l’île d’Islay, en Écosse

Pour soutenir l'origine celtique des croix, différentes sources proposent les légendes les plus incroyables. L'une d'elles, par exemple, suppose une origine « celto-viking » de l'État russe. Selon la « théorie normande », officiellement reconnue par les historiens, au IXe siècle, les tribus russes ont appelé les Varègues (nom des Vikings en Europe de l’Est) pour les gouverner. Puis, le prince Riourik est arrivé à Veliki Novgorod, et deux de ses frères, Sineus et Truvor, à Belozersk et Izborsk. Selon la légende des Celto-Vikings, ces Vikings avaient des racines celtiques. Indirectement, cela est confirmé par la présence de quelques croix avec cercle à Izborsk (région moderne de Pskov).

Cependant, il n'est pas clair pourquoi la tradition des croix celtiques en Europe du Nord est connue dès la fin du VIIIe siècle, tandis que les « croix en cercle » de pierre russes ne sont apparues qu'aux XIVe-XVe siècles. En outre, la forme de la croix de Novgorod diffère de celle de la croix celtique. À Novgorod, les extrémités de la croix ressemblent davantage à des pales et dépassent moins du cercle.

Croix de Novgorod (à gauche) et celtique (à droite)

En outre, il existe des variétés de croix de Novgorod qui sont entièrement inscrites dans un cercle et ne ressemblent pas du tout aux croix celtiques.

Église Pierre et Paul des Kojevnikis, début du XVe siècle

Des croix similaires ont également été trouvées à Izborsk, dans la région de Pskov, et près du lac Ladoga, ainsi qu'en Europe – sur les anciens territoires de l'Ordre livonien. Or, les Ordres livonien et teutonique ont attaqué à plusieurs reprises les terres de Novgorod, ce qui a donné aux historiens des raisons de supposer que ces croix étaient une influence de la culture germanique, et non celtique.

Le fait que Novgorod commerçait avec l'Europe et était membre de la Ligue hanséatique (une importante union politique et économique de villes du Nord de l'Europe qui a existé jusqu'au milieu du XVIIe siècle) témoigne également de l'influence de la culture germanique.

Église Saint-Jean-le-Théologien sur la Vitka, XIVe siècle

Et pourtant, la plupart des chercheurs sont enclins à croire que ces croix n'ont rien en commun avec les Celtes, les Britanniques ou tout autres Européens de l'Ouest.

Pour la première fois, des historiens ont tenté d'étudier les croix inhabituelles de Novgorod à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Ils ont jugé que ces croix présentaient des similitudes avec la tradition de Byzance, d’où l'orthodoxie est arrivée en Russie. « La forme des croix décrites provient, nous devons le penser, des croix byzantines habituelles représentées dans un cercle, qui peut signifier, le plus probablement, un nimbe, ou peut-être la couronne d'épines », écrivait l'historien A. Spitsine en 1903. Cette théorie est soutenue par les historiens locaux modernes. 

Par ailleurs, la « mode » des croix rondes à Novgorod s'est éteinte au XVIe siècle : les historiens pensent que soit les guerres et les épidémies ont entraîné un manque de maîtres, soit le pouvoir renforcé de Moscou a décidé d'interdire à Novgorod d'utiliser ces symboles distinctifs régionaux.

Dans cet autre article, nous vous présentions les églises de Russie les plus inhabituelles.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies