En images: Izborsk, cette forteresse médiévale ayant sauvé la Russie

Legion Media
Aujourd'hui, c'est un petit village de la région de Pskov, qui était autrefois une ville stratégique importante de la Rus’ et qui a repoussé à plusieurs reprises les attaques de divers ennemis et envahisseurs.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

L'État russe est pratiquement né à partir de la ville d'Izborsk, à la frontière occidentale de la Russie. Selon la légende, en 862, des princes slaves dispersés auraient fait appel aux Varègues (nom donné par les Slaves aux Vikings) pour les gouverner.

Trois d’entre eux seraient alors arrivés en Russie : Riourik, qui a commencé à diriger la puissante République de Novgorod, et ses jeunes frères : Sineus a pris Belozersk, tandis que Truvor s’est rendu à Izborsk. Cependant, ce dernier est mort quelques années plus tard (sa tombe présumée a subsisté jusqu'à ce jour).

À partir du XIIIe siècle, la cité a régulièrement été attaquée par des ordres chevaleresques, avec lesquels la Russie était en guerre, si bien qu'en 1330 une puissante forteresse y a été construite.

Au cours du siècle, elle a ainsi résisté à huit sièges sérieux des Livoniens, le plus long ayant duré 18 jours. Les Livoniens surnommaient d’ailleurs Izborsk « la ville de fer » – les murailles de la citadelle n'avaient pu être endommagées, même par des béliers.

Seuls quelques assaillants ont réussi à capturer la forteresse – l'un d'eux était, par exemple, le roi polono-lituanien Étienne Báthory, au XVIe siècle.

Lorsque Pierre le Grand a fondé Saint-Pétersbourg, en 1703, Izborsk, comme Pskov, a toutefois perdu de son importance et est devenue une ville provinciale de second rang.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville et la forteresse ont ensuite été occupées par les troupes allemandes.

Aujourd'hui, la forteresse est un lieu populaire auprès des touristes et des pèlerins orthodoxes. Tout près de là, se trouvent les Clefs slovènes, des sources naturelles considérées comme sacrées.

Elles jaillissent directement depuis le flanc de la colline et se déversent dans un lac, où se reposent des cygnes. Les croyants récoltent ici de l'eau sacrée.

Dans la forteresse, l’on peut en outre admirer la cathédrale Saint-Nicolas du XIVe siècle, et à proximité, près de la tombe de Truvor, l'église Saint-Nicolas du XVIIe siècle.

Non loin, ce trouve Pskov, capitale régionale et joyau historique à ne pas manquer non plus. Nous vous y emmenons dans cet autre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies