Qu'est-ce que le goulag?

Archives; Antonu (CC BY-SA 3.0); Russia Beyond
Pour décrire le système concentrationnaire soviétique, Alexandre Soljenitsyne, qui a survécu à huit ans d’incarcération, a écrit un livre massif intitulé L’Archipel du goulag après avoir recueilli des centaines de mémoires d’autres personnes qui ont réussi à survivre aux camps de travail. Nous tenterons ici de vous donner une brève explication de cette terrible page de l'histoire soviétique.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

« Goulag » : qu'est-ce que ça veut dire ?

Groupes de détenus accompagnés d'un employé de l'OGPU

Les Soviétiques utilisaient en général le mot лагеря (lageria ; « camps ») pour désigner le système concentrationnaire, car le mot « goulag » signifie en fait le système de gestion des camps de travail. « GOuLag» est l’orthographe correcte de l’acronyme de Главное управление лагерей (Glavnoïe Oupravlenié Laguereï ; « Direction principale des camps »). Mais cette abréviation est devenue un nom fréquemment utilisé pour désigner les camps eux-mêmes, probablement après la publication et la vulgarisation de ce nom par Soljenitsyne.

La structure a été formée dans les années 1930 en tant que département du ministère appelé « Commissariat du peuple aux affaires intérieures », ou NKVD, une autre abréviation terrifiante à l’époque soviétique. Mais les premiers camps sont apparus avant même la création du « goulag ».

Quand ce système a-t-il fonctionné et pendant combien de temps ?

Les premiers camps sont apparus en Russie après la Révolution de 1917. Les bolcheviks ont décidé de se débarrasser de leurs ennemis et de les rassembler en un seul endroit. Les lieux les plus « convenables » à ces fins étaient les monastères. Entourés de grands murs et possédant de nombreuses petites pièces, c’étaient des prisons idéales.

>>> En images: La «Route des os», vestige de l’une des plus terribles pages d’URSS

Le monastère des îles Solovki fut parmi les premiers à être transformé en camp. Situé sur l’archipel Solovki, dans la mer Blanche, au nord de la Russie, il était situé loin de toute civilisation et il était impossible de s’enfuir.

Lorsque Staline a renforcé son pouvoir au début des années 1930, il a mis en œuvre le principe consistant à « corriger » les gens par le travail, de sorte que les camps de prisonniers se sont transformés en camps de travaux forcés. C’est alors qu’un ancien entrepreneur - lui-même ancien prisonnier de Solovki -, Naftali Frenkel, a proposé un système visant à utiliser efficacement les prisonniers comme force de travail gratuite. Il a fallu agrandir les camps et faire travailler beaucoup plus de prisonniers.

Les camps ont fonctionné jusqu'en 1956, survivant à Staline pendant trois ans. Après sa mort, une amnistie massive a eu lieu, mais de nombreuses personnes sont restées dans les camps.

Combien de camps du goulag y avait-il en URSS ?

La structure monstrueuse du goulag a compris environ 30 000 lieux de détention tout au long de son histoire. Lorsque certains d'entre eux ont fermé leurs portes, d'autres sont immédiatement apparus dans d'autres endroits du pays. Les camps avaient des objectifs économiques et industriels différents. Chaque direction était dirigée par un bureau distinct (il y en avait environ 50) avec un système de gestion complexe regroupant plusieurs camps sous une seule et même direction.

Des prisonniers soviétiques lors de la construction du canal reliant les mers Blanche et Baltique

Par exemple, le premier grand projet de construction achevé par les détenus du goulag était le canal de la mer Blanche. La construction était dirigée par le département du camp Belomorsko-Baltiski. De nombreux camps ont ensuite commencé à apparaître en Extrême-Orient. Les tristement célèbres camps de la Kolyma étaient responsables de la construction d'infrastructures, de l'extraction de minerai et même de tests de matières radioactives dangereuses.

>>> Les trois plus grands soulèvements du Goulag

D'autres camps opéraient dans les domaines des travaux de construction, de l'exploitation forestière, de la pêche, du textile, de l'agriculture, de la fabrication de chaussures et bien d'autres. Les camps ont continué à fonctionner pendant la Seconde Guerre mondiale, approvisionnant l'Armée rouge.

En savoir plus sur les huit camps les plus terribles du goulag ici.

Combien de personnes ont été envoyées au goulag ?

Selon les statistiques du Musée d'histoire du goulag, plus de 20 millions de prisonniers ont été détenues dans les camps des années 1920 aux années 1950. Au total, plus d'un million de personnes y sont mortes. Le plus grand nombre de prisonniers a été enregistré en 1941 - environ 1,5 million de personnes, alors qu'il y en avait plus de 1,7 million en 1952 et 1953.

Selon différentes sources, ces personnes représentaient 10% de l'ensemble de l'économie soviétique. Par exemple, 70% de toute l'étain en URSS était extrait par des prisonniers du goulag. Des villes sibériennes et d'Extrême-Orient comme Vorkouta, Magadan, Komsomolsk-sur-Amour ont été fondées sur les lieux d'anciens camps du goulag par les prisonniers. Après avoir été libérés, nombre d'entre eux sont restés sur place.

Le village d’ouvriers de Vorkouta

Ni la renommée, ni les médailles, ni un statut spécial ne pouvaient garantir une protection contre le goulag. Parmi les prisonniers se trouvaient des écrivains, des commandants de l’armée, des dirigeants du parti communiste, des scientifiques et des ingénieurs célèbres (voici une liste de ceux que vous connaissez peut-être). Il y avait même des centres de recherche spéciaux dans les prisons, où ces derniers continuaient à développer des projets couronnés de succès (en savoir plus sur eux ici). Dans le même temps, la plupart des dirigeants du goulag ont fini par être prisonniers de leur propre structure.

Pourquoi envoyait-on des gens au goulag ?

Un chef d'un des camps du goulag

Après la Révolution, les bolcheviks ont arrêté des membres de partis politiques opposés à leurs idées, des gens d’origine noble, des scientifiques, des représentants de l'intelligentsia, des prêtres, des officiers, des paysans riches et bien d'autres.

>>> En prise avec les faits: la vérité sur l’horreur des purges staliniennes

Au cours de la grande purge de Staline, ce dernier s’est débarrassé de toutes sortes d ’« ennemis publics », des anciens paysans riches (koulaks) et de ceux qui pourraient potentiellement avoir des liens avec eux. À la fin des années 1920, le Code pénal soviétique a adopté l'article 58, qui incluait beaucoup de points : trahison, propagande antisoviétique, espionnage, etc. Plus de 3 millions de personnes ont été condamnées en vertu de cet article. Cliquez ici pour en savoir plus sur l’ampleur des répressions de Staline. 

Même une blague inconsidérée pouvait coûter la liberté aux gens (en voici quelques-unes). Evguenia Guinzbourg a passé vingt ans dans des camps et dans son livre Le Ciel de la Kolyma, elle se souvient d'une détenue, la Moscovite Anna, 28 ans, qui a été arrêtée et emmenée en prison directement depuis son lit. Au début, elle n’a pas compris la raison de son arrestation. « Alors, pourquoi je suis là, qu'en pensez-vous ? Des blagues ! [J'ai raconté à quelqu'un] deux blagues [politiques]. Et ils veulent m'emprisonner pendant sept ans, trois ans et demi pour chacune », a écrit Guinzbourg citant Anna.

De plus, les parents et les enfants des personnes incarcérées étaient souvent arrêtés également. Certains enfants de prisonniers ont également été envoyés au goulag, tandis que les enfants qui y sont nés ont été séparés de leurs parents. Beaucoup de ces personnes ont fait face à des destins sinistres. Découvrez pourquoi les autorités soviétiques ont envoyé des enfants au goulag et ce qui leur est arrivé. 

Cependant, les prisonniers « politiques » n’étaient pas les seuls à être envoyés au goulag. Des criminels de droit commun étaient également condamnés à des peines d'emprisonnement dans des camps de travail et les professeurs partageaient fréquemment des casernes avec des meurtriers, des voleurs et d'autres délinquants qui avaient leurs propres règles inhumaines de survie en prison, ce qui à son tour rendait la vie des autres encore plus terrible.

>>> Comment le bourreau en chef de Staline a à lui seul exécuté 15.000 personnes

Pourquoi le goulag était-il si horrible ?

« Nous étions tous épuisés de la nourriture des casernes. Chaque fois qu'ils apportaient la soupe dans de grandes cuves en zinc suspendues à des barres, cela nous donnait tous envie de pleurer. Nous étions prêts à pleurer de peur que la soupe ne soit mince. Et quand un miracle se produisait et que la soupe était épaisse, nous ne pouvions pas le croire et la mangions aussi lentement que possible. Mais même avec une soupe épaisse dans un estomac chaud, il restait une douleur lancinante ; nous avions faim depuis trop longtemps. Toutes les émotions humaines - amour, amitié, envie, souci du prochain, compassion, désir de gloire, honnêteté - nous avaient abandonnés avec la chair, qui avait fondu de nos corps pendant ces longs "jeûnes" ». Ce n’est qu’une des citations terrifiantes des Récits de la Kolyma de Varlam Chalamov, qu’il a écrits à partir de sa propre expérience.

Il existe plusieurs autres livres sur les répressions du goulag et de Staline, mais la plupart d’entre eux ont été interdits en URSS jusqu’à la perestroïka ou même jusqu’aux années 1990. Nous avons rassemblé ici quelques-uns des titres les plus importants. La toute première histoire touchant le sujet a été publiée en 1962 et c’était Une journée d’Ivan Denissovitch d’Alexandre Soljenitsyne.

Prisonniers politiques

Le pays tout entier s'est alors rendu compte que les gens vivaient un enfer dans les camps. Le seul objectif était de survivre. La mauvaise alimentation, comme l'a décrit Chalamov, était accompagnée d'un froid extrême, car les camps étaient fréquemment situés dans le nord et les gens travaillaient à l'extérieur avec de seuls vêtements légers. Les détenus devaient mener à bien un plan quotidien quasiment impossible à réaliser et s’ils ne le faisaient pas, ils pouvaient être privés de ration alimentaire. En outre, les casernes du camp étaient souvent pleines de poux, tandis que le manque d'hygiène et de traitements médicaux provoquait des maladies, des épidémies et des décès.

>>> Et si les victimes des purges staliniennes vivaient parmi nous aujourd’hui?

Il était facile de perdre son humanité dans de telles conditions. Certaines personnes ont essayé de ne pas devenir folles en écrivant des lettres à leurs familles. Certains pères, par exemple, ont même essayé d'éduquer leurs enfants à travers des lettres. Cependant, de nombreuses personnes n'étaient pas autorisées à recevoir de réponses. De nombreuses familles ne savaient pas où les membres de leur famille étaient détenus et même s'ils étaient vivants ou non.

Que signifie « goulag » dans la Russie moderne ?

Le goulag est devenu une partie de la culture populaire, non seulement en Russie, mais partout dans le monde. « Envoyez-le au goulag » est une insulte populaire sur Internet. Le jeu vidéo Call of Duty Modern Warfare 2 a une mission intitulée « Goulag » qui se déroule dans un fort ressemblant à un vrai camp soviétique. Selon le scénario, il a été fondé au XVIIIe siècle au Kamtchatka et à l'époque de l'URSS et de la troisième guerre mondiale (qui se passe dans le jeu), des prisonniers y étaient détenus. Puis il est attaqué par les Américains désireux de sauver l’un des leurs...

Cependant, c’est toujours un sujet extrêmement sensible pour de beaucoup de Russes. De nombreuses familles en Russie ont des parents qui ont passé des décennies dans des camps ou même qui y sont morts. Les gens continuent donc à fouiller l’histoire, à enquêter sur le passé de leur propre famille, car la plupart des documents du goulag ont été classés jusque dans les années 1980.

Les écrivains russes contemporains continuent également d'explorer le sujet. Parmi les romans récents les plus importants sur le goulag figurent L’Archipel des Solovki de Zakhar Prilepine et L’Aviateur d’Evgueni Vodolazkine. Des films sur le goulag, à la fois des longs métrages et des documentaires, continuent de paraître.

Il existe en Russie plusieurs institutions qui s’occupent de faire des recherches sur l'histoire du goulag, à archiver son passé et à le présenter aux jeunes générations afin que cette page profondément traumatisante et sombre de l'histoire ne soit jamais oubliée.

Pourquoi Staline a-t-il déporté de force des peuples au sein de l'URSS ? Trouvez la réponse en cliquant sur ce lien.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies