Kolyma, «terre promise» du Far East devenue royaume du goulag

Nikolaï Nikitine/TASS
Située dans l’Extrême-Orient de la Russie, la région de la Kolyma a tout ce dont on pourrait rêver: des rivières en eaux profondes et pures, des forêts infinies et des richesses minérales à profusion. Cependant, la réputation de la Kolyma est encore ternie par son sombre passé - à l'époque de Staline, elle accueillait environ 80 camps du tristement célèbre goulag.

Cette région de l'Extrême-Orient de la Russie a été pendant des décennies associée aux camps. Malheureusement, les criminels n’étaient pas les seuls à y être envoyés. Dans les années 1930, lorsque les répressions de Staline étaient à leur apogée, de nombreuses personnes innocentes furent envoyées à la Kolyma suite à de fausses accusations et durent y subir l’épreuve abominable des camps de travail.

Fièvre de l’or

La Kolyma est une région reculée, même selon les normes russes (6 000 km à l'est de Moscou). Jusqu'à la fin du XIXe siècle, ces terres étaient peu peuplées : seules de petites nations indigènes comme les Tchouktches et les Evenks y vivaient.

Cela a changé lorsque des scientifiques et des voyageurs ont suggéré que ces terres pourraient avoir de la valeur. L'un des spécialistes, Edouard Anert, a lors de la guerre civile russe évalué à 3 800 tonnes les ressources en or de la Kolyma. L'hypothèse était audacieuse, mais le temps prouva qu’Anert avait vu juste – la Kolyma était extrêmement riche en or.

Après son expédition dans la Kolyma en 1928, Youri Bilibine (géologue soviétique) a affirmé que le sous-sol de la région contenait plus d'or que tout le reste du territoire de l'URSS.

Les turbulences liées aux révolutions et à la guerre civile avaient pris fin, de sorte que l'État soviétique put prendre pleinement possession de son or dans l’est du pays. C'est alors que les camps du goulag ont commencé à voir le jour dans la Kolyma.

Empire de Dalstroï

Techniquement, ce n'était pas le Goulag (acronyme signifiant « Administration principale des camps de travail correctionnel ») qui régissait les camps de travail de la Kolyma. Afin de rendre l'extraction de l'or en Extrême-Orient aussi efficace que possible, Joseph Staline a créé en 1931 une structure distincte appelée Dalstroï (Concession pour la construction du Grand nord).

C'était une société contrôlée par l'État soumise directement au Comité central du Parti et qui était responsable de l'ensemble de la Kolyma. Leur mission était d’extraire l'or, l'étain, le tungstène et, dans le même temps, de construire des villes et villages, en développant les infrastructures de cette zone éloignée.

Dès le début, les autorités ont utilisé le travail des prisonniers, car il était difficile de convaincre les gens libres d’aller dans la Kolyma, région extrêmement froide où il n'y avait ni infrastructures, ni bonnes conditions de travail. Le premier groupe de prisonniers est arrivé en novembre 1932 et aucune des 11 000 personnes n'a survécu à l'hiver : même les gardiens et les chiens mouraient. Ce n’est qu’en 1934 que Dalstroï créa des conditions plus ou moins humaines.

La vie des prisonniers

Varlam Chalamov.

Les autorités ont obtenu ce qu'elles voulaient : l'industrie minière aurifère de la Kolyma, mise en place en 1932 seulement, prospérait d'année en année, atteignant son apogée en 1940 (80 tonnes par an). Cela s'est produit au prix d'un travail extensif : le nombre de prisonniers de Dalstroï a également augmenté. En 1940, plus de 190 000 prisonniers « gagnaient la confiance de la société » par un travail éreintant. Des criminels et des prisonniers politiques travaillaient à la Kolyma, et le sort de ces derniers était encore plus difficile.

« Le camp n'a jamais rien donné à personne, et il n’aurait jamais pu. Tout le monde, prisonniers et civils, est corrompu par le camp », a écrit Varlam Chalamov, écrivain soviétique qui a passé 14 ans de sa vie dans les camps de la Kolyma.

Dans ses Récits de la Kolyma, Chalamov, conte de manière prosaïque la vie horrifiante dans le camp avec ses hommes à bout de souffle, affamés et indifférents forcés à accomplir un travail brutal, parfois à -30 degrés Celsius. Pour Chalamov, les camps sont devenus la preuve de la nature presque animale – et peut-être pire – des hommes.

La fin des camps

L'histoire des camps de la Kolyma a pris fin après la mort de Staline en 1953. À cette époque, l'or et les ressources de la région étaient en majeure partie extraits, de sorte que la nécessité d'envoyer des milliers de personnes avait disparu. Cela a coïncidé avec un changement dans la ligne du parti : les répressions ne furent plus jamais aussi massives.

Dalstroï a été démantelé en 1957, et les tristement célèbres camps de travail fermés. Le temps est passé et, peu à peu, la région de Magadan est devenue un territoire ordinaire de Russie, même si elle a derrière elle un passé douloureux.

Lorsqu'on leur demande s’ils ont beaucoup de prisons aujourd'hui, les gens de Magadan sourient et disent : « Autant que dans les autres régions. Et il n'y a plus de camps ».

Lire aussi :

En prise avec les faits: la vérité sur l’horreur des purges staliniennes

Ces œuvres d’art nées dans les goulags

Les îles Solovki : À la croisée des mémoires

Publication de lettres de prisonniers du Goulag pour les enfants russes

Femmes prisonnières du goulag, ou la souffrance sublimée

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.