Que faire à Magadan, ville perdue dans l'Extrême-Orient russe?

Alexander Krylov/RIA Novosti
Bien qu'il ne s'agisse pas d'une destination touristique traditionnelle, loin de là, la capitale de la région de la Kolyma, dans l’Extrême-Orient, a beaucoup à offrir aux voyageurs, de la nature incroyable de ses alentours aux musées et monuments à l'intérieur de la ville.

« La vie ici est différente de celle des autres Russes sur le continent », disent souvent les habitants de Magadan. Si cette phrase vous surprend parce que leur ville (6 000 kilomètres à l'est de Moscou) n'est en aucun cas une île, et que vous leur demandez pourquoi se référer aux autres parties de la Russie comme « le continent », ils riront simplement.

Leur région d'origine, la Kolyma, s’étendant entre le bassin du même nom et la côte nord de la froide mer d'Okhotsk, ressemble en fait à une île coupée du monde : aucun train ne s'y rend, et la grande ville la plus proche est Iakoutsk, à l'ouest. Le seul moyen fiable d'accéder à cet endroit éloigné est l’avion - soit à partir de Moscou, soit des villes de la Sibérie et de l'Extrême-Orient (Vladivostok, Khabarovsk, Irkoutsk, etc.).

« Nous vivons sur la planète Kolyma, et c'est très spécial », proclament fièrement les citoyens de Magadan. Et ils ont raison - bien qu’éloignée de presque toutes les grandes villes de Russie (ils sont même à 2 000 kilomètres au nord-ouest de Vladivostok), Magadan héberge certains trésors que tout voyageur qui se rend sur la « Planète Kolyma » sera ravi de découvrir.

Saint-Pétersbourg de l’Extrême-Orient

« Magadan est un petit Leningrad [ancien nom de Saint-Pétersbourg] », écrivait Farley Mowat, un écrivain canadien qui a exploré la Kolyma soviétique à la fin des années 1960.

Et ces villes ont certaines choses en commun - en plus d’être situées à la même latitude.

Les autorités qui ont construit Magadan ont également accordé une grande attention à l'architecture. Bâtis dans les années 1930, les bâtiments du centre historique ont été conçus dans le style Empire stalinien, qui comprend des éléments de style baroque.

En parcourant le centre de Magadan, les visiteurs peuvent imaginer à quoi elle ressemblait au XXe siècle, alors que les prisonniers du goulag et les ouvriers luttaient contre le climat impitoyable pour faire sortir la ville du pergélisol.

Symboles de répression

Au cours du règne de Staline, la Kolyma était une terre de répression. Des centaines de milliers de personnes y ont été déportées pour travailler dans des camps de travail d’où ils extrayaient de l'or, de l'étain et de l'uranium en mourant de froid, de faim et sous les balles de gardes. Entre 120 000 et 130 000 personnes ont péri ici.

De ce fait, un monument aux victimes du goulag a été construit dans les années 1990 près de Magadan. Le « Masque du chagrin » en béton de 15 mètres de haut est perché sur une colline proche de la ville. Représentant un visage qui pleure, avec des larmes composées de visages de plus en plus petits, le « Masque » symbolise le chagrin éternel et rappelle à ses spectateurs la violence intolérable dont la Kolyma a été le théâtre pendant l'ère soviétique. L'impression qu’il laisse est difficile à oublier.

Le Masque du chagrin est très éloigné du centre-ville, mais il est facile de prendre un bus ou un voyage en voiture, par exemple au musée local.

Les musées font revivre le passé

En parlant du musée, il mérite vraiment le détour. Le Musée régional d'histoire locale de Magadan (55, avenue Karl Marx) présente des collections consacrées à l'histoire des goulags (à nouveau), à l'histoire naturelle de la région et, probablement plus intéressant, à la vie et à l'histoire des populations indigènes de l’Extrême-Orient - les Evenks, les Tchouktches, les Esquimaux et autres. Ici, vous pouvez observer comment ces tribus vivaient, bien avant que les Russes n’arrivent dans les régions éloignées de l'Extrême-Orient.

Il y a d'autres musées intéressants à Magadan, à savoir le Musée commémoratif Vadim Kozine (1 allée Chkolny). Kozine était un célèbre chanteur soviétique des années 1930 qui est tombé en disgrâce et a été envoyé à la Kolyma en tant que prisonnier. Il y est resté après sa libération et a vécu une longue vie, avant de mourir de mourir dans les années 1990. Son appartement est probablement l'un des endroits les plus « soviétiques » au monde, avec des bibliothèques géantes et des images de chatons sans fin.

Entre mer et collines

Magadan possède des endroits superbes, mais pour admirer les vues les plus spectaculaires, il vous faudra quitter la ville. Ne vous inquiétez pas, ce n'est pas très loin. Si vous désirez voir la mer, vous pouvez suivre la rue Portovaya ou Nagaevskaya depuis le centre-ville et, et après 5 à 10 minutes de marche, vous atteindrez la baie de Nagaïev. La mer est généralement trop froide pour nager, même en été, mais les résidents locaux aiment passer les chaudes journées ici, en profitant de la brise et du soleil.

Pour ceux qui en veulent encore plus, il existe une autre option: prendre un taxi près de la gare routière (sur la rue Proletarskaya) et faire un tour au Cap Niouklia. Ici, vous trouverez un paysage incroyablement pittoresque - une longue étendue de sable fin s'étendant le long de la mer d'Okhotsk. Ici, vous pouvez vraiment sentir que vous êtes sur une « île », loin de toutes les routes, avec seulement l'eau infinie devant vous.

La ville est entourée de collines verdoyantes et certaines d'entre elles méritent d'être explorées, en particulier celles où se trouve la soi-disant « couronne de pierre ». Une formation rocheuse naturelle unique, dont le pic ressemble à une couronne, peut être vue de la baie de Nagaïev. La distance depuis la ville est d'environ huit kilomètres, c'est donc une bonne excursion pour ceux qui aiment la randonnée. Après avoir marché pendant quelques heures, les visiteurs seront récompensés par un panorama imprenable sur Magadan et la baie.

Bien sûr, la saison durant laquelle vous choisissez de visiter Magadan importe beaucoup. Si vous n'aimez pas les températures extrêmement basses (environ moins 30 degrés Celsius en hiver), le meilleur moment pour visiter la ville est l'été ou le début de l'automne.

« Notre automne est incroyablement beau, explique Vera Smirnova, directrice du Complexe de Musées de Magadan. Les collines vertes deviennent jaunes et rouges; elles semblent parsemées de feu et d’or. Cela peut être comparé à la beauté des cerisiers en fleurs au Japon ».

Lire aussi :

Makhatchkala, la ville aux 14 langues

Kolodozero, un village bien réel tout droit sorti d’un conte russe

Journal d’une 3ème classe: de Moscou à Vladivostok en train

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.