Souvenirs des visites d'Elizabeth Taylor en URSS

Elizabeth Taylor et Eddie Fisher sur la place Rouge

Elizabeth Taylor et Eddie Fisher sur la place Rouge

Legion Media
La star hollywoodienne s’est rendue dans le pays des Soviets plus d'une fois – elle y a même joué dans des films.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le peuple soviétique connaissait et aimait Elizabeth Taylor. De nombreux films dont elle tenait le premier rôle ont été projetés dans les cinémas de l'URSS. Rhapsodie a été l'un des premiers films américains au box-office d’URSS, et Cléopâtre a été regardé par près de 33 millions de téléspectateurs soviétiques, selon le site Internet Kinopoisk.

Elizabeth Taylor s’est rendue pour la première fois en URSS en 1957 - on en sait peu sur cette visite. L'actrice et son mari d'alors, Michael Todd, ont apporté des équipements dernier cri à la direction cinématographique soviétique afin de montrer les capacités du cinéma grand écran. Les responsables ont promis d'y réfléchir, mais bientôt Todd est décédé tragiquement et le projet n'a pas été mis en œuvre.

Elizabeth Taylor et son mari Eddie Fisher à leur arrivée à l'aéroport de Moscou, 1961

En 1961, Taylor est retournée en URSS et a assisté au deuxième Festival international du film de Moscou avec son nouveau mari, Eddie Fisher, fils d'émigrants russes. C'était l'une des premières visites officielles d'acteurs étrangers de premier plan, et, bien sûr, elle a fait sensation. L'attention de tous les médias était braquée sur les stars hollywoodiennes présentes à Moscou.

Elizabeth Taylor et Eddie Fisher au kremlin

Mais un scandale éclaté. Les acteurs ont été invités à une réception de gala au kremlin, et il s'est avéré que Taylor et l'actrice italienne Gina Lollobrigida y sont apparues dans les mêmes robes. Certes, les journalistes ont remarqué que Taylor portait une tenue Yves Saint Laurent, tandis que Lollobrigida n’en possédait qu’une copie.

Elizabeth Taylor et Gina Lollobrigida lors d'une réception au Grand Palais du kremlin lors du Festival international du film de Moscou, 1961

Les actrices se sont sorties de cette situation gênante avec dignité et un sourire hollywoodien. Gina aurait été la première à rompre le silence en disant à Elizabeth : « Belle robe ! »

>>> En images: ces célébrités étrangères ayant visité l’Union soviétique

Sur plusieurs images, on voit également Taylor avec l'une des actrices soviétiques les plus populaires des années 1960, Tatiana Samoïlova.

De gauche à droite : Elizabeth Taylor, Eddie Fisher, l'actrice soviétique Tatiana Samoïlova et le réalisateur soviétique Sergueï Ioutkevitch

Les actrices se sont rencontrées en 1958, lorsque Samoïlova est venue au Festival de Cannes pour le film Quand passent les cigognes, qui a alors remporté la Palme d'or.

Elizabeth Taylor, Tatiana Samoïlova et le caméraman soviétique Abram Kriеchevski

Au milieu des années 1970, Taylor se rend à nouveau en URSS pour jouer dans le premier film soviéto-américain L’Oiseau bleu. C’était un projet conjoint du studio Lenfilm et de la 20th Century Fox. Il a été réalisé par George Cukor.

Elizabeth Taylor et Patsy Kensit  dans le film L'Oiseau bleu

Le tournage a eu lieu dans toute URSS - à Moscou, Leningrad et ses environs, Yalta et Riga - et a duré environ neuf mois. Dans ce conte musical, la « reine d'Hollywood » joue, bien sûr, l'un des rôles principaux - la fée. Cependant, les acteurs américains avaient accaparé les rôles de premier plan, tandis que les acteurs soviétiques ne se voyaient attribuer que des rôles modestes et épisodiques.

Le tournage du film L'Oiseau bleu

Des légendes sur le comportement de la star pendant le tournage sont apparues. Selon l'une d’elles, les Américains auraient exigé d’accueillir l'actrice à son arrivée à Leningrad avec une cérémonie particulièrement solennelle - mettre une compagnie de la garde d'honneur directement sur l'aérodrome et organiser un feu d'artifice en son honneur. Les autorités locales ont refusé, mais elles ont néanmoins réalisé des réparations au studio Lenfilm et même, pour le plus grand plaisir des acteurs soviétiques, installé de nouvelles cuvettes de toilettes étrangères.

>>> Du Kremlin à Hollywood: ce photographe russe immortalisant les plus grands de ce monde

Selon une autre légende, la livraison en URSS de whisky Jack Daniels, le préféré de Taylor, a été organisée spécialement pour la star. Une campagne anti-alcool était en cours dans le pays, et il n'y avait pas d'alcool de haute qualité.

L'acteur Guennadi Venguerov a rappelé des détails intéressants sur le tournage. Son oncle, Efim Zarkh, était en charge de l’éclairage pour L’Oiseau bleu, et Taylor l'aurait spécialement remarqué. « En venant sur le plateau, la première chose que faisait Elizabeth était de saluer Efim Grigorievitch, qui ressemblait beaucoup à Richard Burton. » Après avoir travaillé sur le film, l'actrice a offert à Zarkh un immense portrait photo d’elle sur toile.

Elizabeth Taylor avec l'opérateur soviétique Efim Zarkh

Les acteurs soviétiques se voyaient vivement déconseiller de communiquer étroitement avec les étrangers. Le tournage était souvent suivi par des agents de sécurité. Et les acteurs dînaient même à différents endroits. Venguerov se souvient d'un autre cas révélateur : lors de l'un des premiers jours de tournage, lorsque le dîner a été annoncé, la partie russe du groupe, comme d'habitude, a pris des petits pains et du kéfir dans des boîtes. Pour les Américains, la nourriture provenait du restaurant du prestigieux hôtel Astoria. « Remarquant cela, Taylor a fait un énorme scandale : soit vous nourrissez tout le monde du restaurant, soit je ne jouerai pas ! Et justice a été rendue ».

L'actrice soviétique Lioudmila Tchoursina a rappelé qu'Elizabeth avait laissé une impression contradictoire. Pendant le tournage de L’Oiseau bleu, un croiseur américain est venu à Leningrad pour une visite amicale, et des acteurs et réalisateurs soviétiques célèbres ont été invités à bord du navire. Tout le groupe a attendu Taylor pendant longtemps, mais quand elle est finalement arrivée, elle était d’une humeur massacrante. La situation a empiré lorsqu’elle a appris que l’alcool était interdit à bord. L'actrice n'a accordé aucune attention à ses collègues soviétiques, ne communiquant qu'avec les marins et les acteurs américains. « Elle s'est réjouie en voyant de jeunes et beaux marins soviétiques. La femme s'est aussitôt manifestée en elle, elle s'est mise à sourire, a jeté des regards coquets ».

Sur la photo, Elizabeth Taylor et le commandant de la frégate américaine Leahy Alex Sinclair

Un autre témoin de cette soirée, le réalisateur Vitaly Melnikov, a déclaré qu'à la fin de la réception, la star, après s’être plainte de la maladresse et de l'inertie des services Lenfilm, a soudainement demandé de quel côté se trouvait le studio de cinéma. On lui a montré. Puis Taylor a demandé au commandant de tourner un missile en direction de Lenfilm. Pour un officier de marine, mettre un missile en service en plein centre-ville aurait pu déboucher sur un scandale international, mais après avoir contacté Washington, le capitaine a reçu le feu vert. « Au bout d'un moment, quelque chose a grondé, et le lance-missiles à l'avant du navire a commencé à se déployer lentement. Vous auriez dû voir les visages de nos fonctionnaires… et Taylor a applaudi ».

Dans cette publication découvrez dix films soviétiques à voir absolument.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies