En image: à quoi ressemblaient les robes de mariées des Romanov?

gov.cap.ru
La dernière impératrice a rompu une tradition séculaire de la lignée Romanov et ses contemporains y ont vu le signe d’une tragédie imminente.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Dès leur enfance, pour les filles de la famille impériale russe était choisi un « parti » parmi les grands ducs et les princes en Russie et à l'étranger, leurs mariages étant une question d'importance d’État. La cérémonie était préparée dans les moindres détails, et l’apparence de la mariée était l'un des éléments les plus importants de cette journée.

La grande-duchesse Élisabeth de Saxe-Altenbourg en robe de mariée, avec la couronne et la tiare de mariage, le 27 avril 1884

Les canons les plus stricts devaient être suivis par les fiancées du « premier cercle » de la famille, c'est-à-dire celles qui, à l'avenir, pouvaient prétendre au trône. Une épreuve difficile n'était pas seulement le rite lui-même, où toute maladresse était considérée comme un mauvais présage, mais aussi la robe de mariée.

Photographie de mariage du prince géorgien Constantin Bagration de Moukhrani et de la princesse Tatiana Constantinovna

Les règles du « dress code » nuptial ont été réglementées par l'empereur Nicolas Ier en 1834, et elles concernaient même les invités de la cérémonie. Les robes de mariage devaient être de même conception, mais il était permis de changer la coupe, la broderie et les ornements selon la mode et les goûts personnels.

Mariage de la princesse Elisabeth de Hesse-Darmstadt et du grand-duc Serge Alexandrovitch à la cathédrale du palais d'Hiver le 3 juin 1884

La robe de mariée était en brocart d'argent, décorée de pierres précieuses et de broderies volumineuses. Elle avait une longue traîne et une cape en hermine. Il était parfaitement impossible de l'enfiler seule, sans l'aide des dames de la cour.

Lors du mariage à l'église, la jeune fille devait porter une couronne nuptiale et, par-dessus, une tiare en diamant. Elle portait également des boucles d'oreilles et un collier de cérémonie.

Diadème créé environ en 1810

Lire aussi : Les plus fastueux mariages impériaux de Russie au travers de sublimes images

Dans le Fonds des Diamants, à Moscou, est aujourd'hui entreposé le seul diadème de mariage des Romanov restant en Russie, avec lequel l'impératrice Maria Fiodorovna, épouse de Paul Ier, puis d'autres jeunes femmes de la famille impériale se sont mariées.

La grande-duchesse Hélène Vladimirovna et le prince Nicolas de Grèce et du Danemark lors de leur mariage à Tsarskoïé Selo, dans la salle des portraits du palais Catherine

Il se présente sous la forme d'un kokochnik, avec un énorme diamant rose au centre. Au total, la tiare contient 175 gros diamants indiens et plus de 1 200 petits diamants de taille ronde. La rangée centrale est sertie de grands diamants en forme de gouttelettes qui pendent librement.

Robe de mariée d'Alexandre Fiodorovna, et Alexandra elle-même

Les bijoux des fiancées pouvaient être à la fois des décorations familiales et des commandes spéciales. Ainsi, la grande duchesse Hélène, petite-fille de l'empereur Alexandre II et cousine de Nicolas II, a épousé le prince Nicolas de Grèce en portant un kokochnik en diamant conçu par Cartier et une décoration de corsage en forme de nœud et en diamant.

La grande-duchesse Marie Pavlovna et Guillaume de Suède et de Norvège, duc de Södermanland. Photographie de mariage

Au total, cette tenue pesait 25-30 kilos, et rester simplement debout toute la journée ainsi vêtue n'était pas une tâche facile, mais il fallait ici encore se mouvoir ! Parfois, l’on en venait donc à porter les mariées épuisées.

Mariage de Nicolas II et d'Alexandra Fiodorovna

Selon la tradition, toutes les robes de mariée de la maison Romanov étaient données à l'Église pour la charité. Toutes les jeunes mariées l'ont fait, sauf une : Alexandra Fiodorovna, la dernière impératrice de Russie, épouse de Nicolas II. Elle a décidé de garder sa tenue, ce qui a permis à sa robe de survivre jusqu'à ce jour (elle peut être vue au sein de l’exposition de l'Ermitage, à Saint-Pétersbourg). Néanmoins, beaucoup de son entourage n'ont pas approuvé ce geste et ont jugé que le déni de la tradition apporterait le malheur à la famille, ce qui ne tardera pas à se réaliser, les Romanov ayant été assassinés par les bolcheviks en 1918.

Dans cet autre article, découvrez les photographies colorisées des costumes portés lors du dernier bal des Romanov.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies