Se marier dans la Russie prérévolutionnaire: dix traditions étonnantes

russiainphoto.ru
Les mariages dans la Russie prérévolutionnaire étaient très costumés et parfois influencés par la mode européenne (en particulier française). Le mariage traditionnel dépendait du bon vouloir des parents, c’est pourquoi, comme vous pouvez l’imaginer, les mariages ne faisaient pas que des heureux…

Crédit : Ivan Livov/МАММ/russiainphoto.ruCrédit : Ivan Livov/МАММ/russiainphoto.ru

De manière générale, le fiancé était plus âgé que la fiancée. L’âge idéal pour le mariage se situait entre 18 et 22 ans pour les femmes et 25 et 30 ans pour les hommes. // Moscou, 1890–1905

Crédit : russiainphoto.ruCrédit : russiainphoto.ru

Se marier avec une femme plus âgée était considéré comme une grande disgrâce à la fin du XIXe siècle et au début du XXe. // Lieu inconnu, 1900

Crédit : russiainphoto.ruCrédit : russiainphoto.ru

Le style et le faste des cérémonies de mariage dépendaient de la richesse de la famille. À la campagne, les mariages étaient d’ordinaire modestes. // Shuya, 1915

Crédit : Кунсткамера/russiainphoto.ruCrédit : Кунсткамера/russiainphoto.ru

Une des coutumes était appelée « le train du mariage », expression désignant la procession organisée par le fiancé et ses proches qui suivait la future épouse. // Train du mariage : Des jeunes à la sortie de l’église. Province de Toula, 1902

Crédit : russiainphoto.ruCrédit : russiainphoto.ru

Chaque nationalité de l’Empire russe a ses propres traditions et cérémonies de mariage. Les jeunes Cosaques, par exemple, parlaient d’abord de mariage avec leurs parents. Si la fiancée potentielle leur convenait, ceux-ci donnaient leur assentiment et organisaient une rencontre. // Andrew et Fekla, jeunes mariés de 21 ans. Région du Kouban, 1910

Crédit : russiainphoto.ruCrédit : russiainphoto.ru

Les mariages dans l’Extrême-Orient russe pouvaient sembler très bizarres aux yeux de ceux qui n’étaient pas au fait des traditions régionales. En Yakoutie (à 4.880 km de Moscou), on portait des costumes traditionnels pour le mariage, lequel était célébré par un shaman. // Cérémonie de mariage : Le fiancé, la fiancée et le shaman (à droite), 1885–1899

Crédit : Kunstkamera/russiainphoto.ruCrédit : Kunstkamera/russiainphoto.ru

Le mariage, le nombre de convives, la nourriture et les présents dépendaient de la richesse de la famille. Il y avait presqu’à coup sûr des chevaux, du koumiss (boisson légèrement alcoolisée à base de lait de jument) et de la viande, beaucoup de viande. // Une jeune mariée issue d’une famille aisée, 1885–1899

Crédit : Kunstkamera/russiainphoto.ruCrédit : Kunstkamera/russiainphoto.ru

La femme sur la photo est une Kazakhe. Selon la tradition, la cérémonie de mariage se déroule en plusieurs étapes : le Kudalyk (la rencontre), les préparatifs, Toi (le mariage) et pour terminer les rites post-mariage. Les costumes des Kazakhs étaient également très colorés. // Une femme en costume de mariage avec une coiffure appelée « saukele », 1899

Crédit : Kunstkamera/russiainphoto.ruCrédit : Kunstkamera/russiainphoto.ru

Les costumes de mariage traditionnels biélorusses ont beaucoup en commun avec les costumes des autres nations slaves. Selon la coutume, une rencontre entremetteuse était organisée, puis la future mariée était présentée, on trouvait un accord pour la dot et on organisait ensuite un enterrement de vie de jeune fille. La cérémonie de mariage venait à la fin. //  Une femme vêtue d’un costume de future mariée sur le point d’être choisie, 1902

Lire aussi : 

Les Russes et le mariage, une histoire d’amour?

Couples mixtes: trois histoires d’amour entre France et Russie

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.