Comment l'Arménie a-t-elle intégré l'Empire russe?

Arman Militosyan (CC BY-SA 4.0); Barbe Igor (CC BY-SA 3.0)
Au début du XIXe siècle, le tsar a aidé le peuple arménien à résister à l'agression de la Perse et de l'Empire ottoman en invitant les terres arméniennes à faire partie de la Russie.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Où est située l’Arménie ?

L'Arménie est située dans la région entre la mer Caspienne et la mer Noire, où depuis l'époque préchrétienne, les conditions se sont avérées difficiles : plusieurs groupes ethniques se sont battus pour ce territoire. Elle a des frontières avec la Turquie, la Géorgie, l'Azerbaïdjan et l'Iran.

Quel est l'âge de l'État arménien ?

Carte de l'Arménie aux IV-IIe siècles avant JC

L'Arménie est l'un des plus anciens États de la région, héréditairement lié à l'ancien État d'Ourartou. Le premier État indépendant, la Grande-Arménie, gouvernée par la dynastie des Orontides, a existé dès les IV-IIIe siècles avant JC et a été soumise par l'Empire romain au Ier siècle avant JC. Depuis lors, le territoire arménien a été divisé et conquis par divers ennemis – Perses, Arabes, Turcs et autres. L'Arménie a été le premier État à adopter le christianisme comme religion officielle, au IVe siècle après JC. Tout au long de l'histoire mouvementée du pays, les Arméniens ont migré vers diverses régions du Caucase et d'Europe.

Qu'est-il arrivé à l'Arménie à l'époque moderne ?

À partir du XVIe siècle, les terres arméniennes ont été le champ de bataille de la rivalité entre les États turc et perse. Au milieu du XVIe siècle, l'Arménie orientale est devenue une zone d'influence perse, tandis que l'Arménie occidentale a été contrôlée par les Turcs, mais seulement pendant un certain temps.

La Perse a fait de l'Arménie un État satellite à l'intérieur de ses frontières, tandis que les Turcs ont conquis « leur » partie des terres arméniennes. Au XVIIe siècle, un grand nombre d'Arméniens natifs vivant dans la partie « perse » ont par ailleurs été déplacés de force vers les territoires intérieurs de la Perse. À la fin du XVIIIe siècle, les Arméniens ont commencé à se soulever contre la domination perse. C'est alors que l'Empire russe est entré dans l'équation.

Lire aussi : Comment Staline a tenté de mettre la main sur une partie de l’Iran

Comment l'Arménie a-t-elle rejoint l'Empire russe ?

Israël Ori

Nader Chah (1688-1747), l'un des dirigeants les plus influents de la Perse, a conquis les territoires géorgiens de Karthli (Ibérie) et le royaume de Kakhéti. Après la mort de Nader Chah, ces territoires ont été unis sous le nom de Royaume de Kartl-Kakhétie. En 1783, en vertu du traité de Gueorguievsk, un protectorat de l'Empire russe sur la Kartl-Kakhétie a été établi. Ce traité a montré aux Arméniens qu’ils pouvaient eux aussi rejoindre l'Empire russe pour se protéger de nouvelles conquêtes perses.

Plus tôt encore, en 1701, le célèbre homme politique arménien Israël Ori (1658-1711) s'était rendu à Moscou pour demander à Pierre le Grand d'aider les terres arméniennes à obtenir leur indépendance, mais, bien que Pierre ait accepté de le faire, Ori n'a pas pu accomplir sa mission – il est mort en 1711 dans des circonstances mystérieuses. Néanmoins, lorsqu'en 1801 le royaume de Kartl-Kakhétie a été intégré à la Russie suite à la décision d'Alexandre Ier, certains territoires ethniquement arméniens qui en faisaient partie sont également devenus russes.

La Russie avait de son côté besoin de cette mesure pour s'opposer à la politique agressive de l'État persan, qui voulait contrôler la région du Caucase. Emaciés par les invasions persanes constantes, les Arméniens avaient quant à eux désespérément besoin de rejoindre l'Empire russe, un État chrétien qui ne voulait pas que le peuple arménien change ses croyances et traditions religieuses. Dans le même temps, les Arméniens qui vivaient dans les parties occidentales de la région, appartenant officiellement à l'Empire ottoman, subissaient un harcèlement constant de la part du gouvernement turc.

La guerre russo-persane de 1804-1813 a éclaté à la suite de la fusion de la Russie et du Royaume de Kartl-Kakheti – la Perse (Iran) voulait que ce dernier revienne dans sa sphère d'influence. La Russie a remporté cette guerre de manière décisive. En vertu du traité du Golestan (1813), le territoire du Daghestan, la Géorgie orientale, la majeure partie du territoire de l'actuelle République d'Azerbaïdjan et des parties de l'Arménie du Nord ont ainsi été arrachés à l'État perse et ont rejoint l'Empire russe.

Province d'Arménie dans l'Empire russe (a existé jusqu'en 1849)

Bientôt, cependant, une nouvelle guerre russo-persane, celle de 1826-1828, a éclaté, se terminant à nouveau par la victoire de l'Empire russe. Conformément au traité de Turkmantchaï entre l'Iran et la Russie, l'Arménie orientale, le khanat d'Erevan et le khanat de Nakhitchevan ont rejoint l’État des tsars. En 1828, la Province d’Arménie a été créée en tant que partie de l'Empire russe, et la réinstallation des Arméniens d'Iran et de l'Empire ottoman sur leurs terres natales a commencé à l'initiative de la Russie. Cela a marqué le début de la renaissance culturelle de l'Arménie.

Plus tard, la province arménienne est devenue une partie d'une plus grande Province du Caucase russe ayant son centre à Tbilissi. Cette région, conçue par la Russie, comprenait les États géorgien, arménien et azerbaïdjanais, ainsi que d'autres territoires du Caucase. Bien qu’offrant une protection contre les conquêtes iraniennes et turques, la Russie insistait toujours pour que le russe soit étudié dans les écoles locales. De plus, la région était gouvernée par des administrateurs russes, principalement des militaires. Cela a alimenté de nouvelles protestations du peuple arménien, désormais contre la domination russe – bien que la paix relative dans la région ait été maintenue jusqu'à la fin du XIXe siècle.

Dans cet autre article, nous vous présentons en images la vie dans les républiques caucasiennes d’URSS.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies