Comment le premier roi de Belgique est devenu général dans l’armée russe à 12 ans

Domaine public
Cette histoire nous rappelle combien les dynasties européennes étaient étroitement liées à la famille impériale russe.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Léopold Georges Chrétien Frédéric de Saxe-Cobourg-Saalfeld, qui deviendra plus tard le roi Léopold Ier de Belgique, a été sous-colonel dans la garde impériale russe à l'âge de 8 ans seulement et général à 12 ans. Comment cela a-t-il pu être possible ? Tout a commencé par une coïncidence, à savoir une maladie qu'un général russe a contractée. Faisons la lumière sur cet épisode historique méconnu.

Un mariage décent

Léopold Ier

Léopold est venu en Russie avec sa sœur aînée, Julienne, qui avait été choisie pour devenir l'épouse du grand-duc Constantin Pavlovitch de Russie.

Catherine II était très préoccupée par le sort de ses petits-fils, Alexandre (1777-1825) et Constantin (1779-1831), les fils de son propre fils Paul (1754-1801) (plus tard, Paul Ier de Russie). Pour Alexandre, l'aîné, elle a engagé les meilleurs tuteurs. L'un d'entre eux était Andreas Eberhard von Budberg (1750-1812), qui a occupé ce poste de 1784 à 1795. Budberg a également servi de marieur pour les petits-enfants de Catherine.

En 1795, Budberg s'est justement lancé dans un voyage en Europe, afin de trouver une épouse pour Constantin (Alexandre avait déjà été marié en 1793 à Louise Augusta de Bade (1779-1826)). Quelque part au cours de son voyage, Budberg est néanmoins tombé malade et a dû s'arrêter dans la ville de Cobourg, capitale du duché de Saxe-Cobourg-Saalfeld. Par l'intermédiaire d’un ami, un éminent médecin local, Budberg a alors appris l'existence des filles de François, duc de Saxe-Cobourg-Saalfeld, Julienne, Sophie et Antoinette. Budberg a par conséquent écrit à Catherine qu'il avait trouvé des princesses allemandes très éduquées, douces et belles pour Constantin, âgé de 15 ans, et que l'une d'entre elles pourrait devenir sa future épouse.

Constantin Pavlovitch

Après avoir recueilli quelques informations, Catherine a approuvé le choix de Budberg. Les princesses appartenaient à la maison de Wettin, une famille respectée de ducs de Thuringe. (Leur père, François, est d’ailleurs finalement devenu le grand-père de la reine Victoria d'Angleterre).

Catherine a ainsi invité les princesses avec leur mère, Augusta Reuss d'Ebersdorf, à Saint-Pétersbourg. Constantin devait faire son choix, bien qu'il ne voulait, à son âge, probablement pas se marier. Son choix s’est alors arrêté sur Julienne, qui a en conséquence été baptisée dans la foi orthodoxe russe et a adopté le nom d'Anna Fiodorovna. Le 15 février 1796, elle est officiellement devenue l'épouse de Constantin. Avec elle, son frère cadet Léopold est arrivé en Russie et est entré dans la garde impériale russe.

Lire aussi : Ce mystérieux soldat qui aurait servi 80 ans dans l’armée impériale russe

Un enfant général

Julienne de Saxe-Cobourg-Saalfeld

Il n'y a pas d'informations claires sur la date exacte d'entrée en service de Léopold en Russie, mais en 1799, à l'âge de 8 ans, il a été inscrit comme sous-colonel dans le régiment de la garde impériale Izmaïlovski. Il est donc probablement entré en service plus tôt, au grade de major ou de capitaine, et a ensuite été dûment promu au grade de sous-colonel. En 1801, il a été transféré au régiment de cavalerie de la garde impériale en tant que colonel, et en 1803, à 12 ans, il est devenu général de division. Dans le cadre de son service russe, Léopold a appris à parler couramment le russe. Le futur roi de Belgique était par ailleurs présent dans la suite de l'empereur Alexandre Ier à Austerlitz en 1805.

L'année suivante, en 1806, Léopold et son père se sont retrouvés dans son duché de Saxe-Cobourg, où ils ont tous deux été capturés par le général français Jean-Pierre Augereau, qui a également confisqué les trésors de Saxe-Cobourg – la dynastie a alors été soumise par Napoléon. Léopold, en tant que membre de famille royale, n'a pas été retenu prisonnier – il a continué son service russe et a participé aux guerres contre Napoléon, mais en 1809, ce dernier lui a demandé de quitter le service russe.

«L’empereur Napoléon Ier dans son cabinet de travail en 1807»

Après cela, Léopold a passé un certain temps à Paris à la cour de Napoléon. C'est ainsi que se déroulaient les relations internationales aux XVIIIe et XIXe siècles : entre les personnes d'origine et de statut royal, certaines règles de comportement étaient appliquées, ce qui permettait à ces personnes de se déplacer entre les États en guerre et de les servir à leur gré. Si Napoléon avait osé emprisonner pour de bon Léopold, la réputation de Bonaparte en aurait profondément souffert. Léopold a même été un jour salué par Napoléon comme « le plus beau jeune homme qu'il ait jamais vu », mais Léopold a manifestement été humilié par Bonaparte – il avait perdu son héritage et son duché. En 1813, après que Napoléon a perdu la guerre contre la Russie, Léopold est revenu dans l'armée russe et a reçu l'Ordre de Saint-Georges de 4e rang « pour ses prouesses militaires dans les batailles contre les Français », ce qui prouve indéniablement que Léopold a pris part à une véritable action militaire, car cette distinction dans l'armée russe n’était décernée qu'aux officiers qui avaient personnellement participé aux combats.

Lire aussi : À quoi ressemblait l’éducation des futurs tsars?

Le triomphe

Arrivée des troupes russes à Paris

Léopold était dans l'armée russe pendant la campagne européenne de 1813-1814 en tant que lieutenant général. En mars 1814, alors que l'armée russe entrait dans Paris, Léopold a écrit : « Je ne peux me souvenir d'un moment plus beau de ma vie que d'entrer en vainqueur dans la ville où j'ai passé du temps si misérablement », en référence à sa présence à la cour de Napoléon. Léopold a brillé à la cour restaurée des Bourbons, accepté dans les maisons des plus hauts fonctionnaires et militaires de France. Cependant, c’est avec ce triomphe, que s’achève l'histoire de son service pour la Russie.

Pourtant, ses amis impériaux russes ont fait encore quelque chose pour lui. La grande duchesse Catherine Pavlovna, sœur de l'empereur Alexandre, a en effet présenté Léopold à la princesse Charlotte Augusta de Galles (1796-1817), qui est ainsi devenue sa première épouse. Grâce à ce mariage, Léopold a accédé au rang de général dans l'armée britannique. Sa jeune épouse est toutefois morte en couches en 1817, et leur bébé a également péri. Cependant, ce malheureux événement a conduit à un autre mariage : la sœur de Léopold, la princesse Victoria de Saxe-Cobourg-Saalfeld (1786-1861), a en effet épousé le prince Édouard-Auguste, duc de Kent (1767-1820). Ce sont eux qui donneront naissance à la future reine Victoria d'Angleterre. Le prince Édouard est mort alors que Victoria n'avait que 8 mois, et Léopold est donc devenu son tuteur officiel jusqu'à l'âge de 11 ans. Victoria aimait Léopold et l'appelait son « second père ».

Léopold Ier

L'apogée de Léopold se situe en 1830, avec la Révolution belge. La Belgique est devenue un État indépendant et Léopold a été élu son premier roi. Le reste de son histoire n'est pas lié à la Russie, mais il a certainement été un dirigeant couronné de succès qui a laissé son trône à son fils et est mort en 1865, à l'âge de 74 ans.

Dans cet autre article, nous vous narrons comment Napoléon en personne a failli intégrer l’armée russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies