Mythe ou réalité: ce mystérieux soldat qui aurait servi 80 ans dans l’armée impériale russe

Domaine public, Russia Beyond
Vassili Kotchetkov a servi plus longtemps que tous dans l'armée russe: 81 ans, d'Alexandre Ier à Alexandre III. Il a participé à 10 guerres, a obtenu 23 médailles... Dommage que tout cela ne soit en réalité possiblement qu’une légende.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

En 2013, à Oulianovsk (703 kilomètres à l’est de Moscou), sur le boulevard Novy Venets, allait être solennellement installé un monument à un célèbre natif du gouvernement de Simbirsk (ancien nom de la ville), Vassili Kotchetkov, qui aurait servi dans l’armée sous quatre empereurs. Le public s’est toutefois indigné, mais pourquoi ? Parce qu’il s’agissait d’une glorification militaire ? Pas du tout.

L’un des projets de monument – Département régional d’architecture et d’urbanisme

En réalité, les historiens et archivistes locaux d'Oulianovsk ont demandé à juste titre où se trouvaient les preuves des incroyables exploits de Vassili Kotchetkov. Toutes les informations à leur sujet font l'objet d'un seul article intitulé Le merveilleux soldat, publié dans le journal Pravitelstvenny vestnik (Bulletin du gouvernement) le 2 septembre 1892. En octobre, le même texte avait été publié dans le Vestnik voïennogo doukhovenstva (Bulletin du clergé militaire), puis, en janvier 1893 dans le très populaire Vsemirnaïa Illioustratsia (Illustration mondiale). Que dit-il sur Kotchetkov ? 

Un homme de guerre

L'article commence comme suit : « À Belozersk, dans le gouvernement de Novgorod, le 30 mai de cette année, durant le trajet de Saint-Pétersbourg vers sa terre natale, le gouvernement de Simbirsk, est mort subitement, d'une paralysie cardiaque l’un des plus anciens soldats de l'armée russe, l’artificier retraité de la brigade d'artillerie à cheval de la Garde impériale Vassili Kotchetkov, 107 ans, dont plus de 60 ans de service militaire actif en tant que soldat ».

Selon l'article, Kotchetkov serait né en 1785 dans la famille d'un soldat et aurait été inscrit à l'école de garnison en tant que cantonnier. Il aurait ensuite fait ses débuts comme musicien de régiment, mais à l'âge de 26 ans, il serait entré en service actif dans le régiment de grenadiers de la Garde impériale, une unité d'élite. Kotchetkov aurait alors été présent lors de la bataille de Borodino, et aurait participé à la prise de Paris. Puis, soldat du régiment Pavlovski, il aurait vécu la guerre russo-turque, réprimé le soulèvement polonais de 1830-1831 et capturé Varsovie.

>>> Cinq territoires qui ont failli devenir les colonies de la Russie

En 1833, à l'âge de 48 ans, il aurait commencé à servir dans une division de pionniers à cheval. Dix ans plus tard, il se serait rendu dans le Caucase, où il aurait servi dans le 17e régiment de dragons de Nijni-Novgorod, l'unité de combat la plus violente de l'armée impériale russe. Dans le Caucase, Kotchetkov aurait été blessé à deux reprises, aurait été capturé et se serait échappé.

À l'âge de 64 ans, Kotchetkov aurait été obligé de passer l'examen pour le grade d'officier, mais il l’aurait refusé, souhaitant rester simple soldat. Ayant touché une prime importante et des galons argentés, il aurait pris sa retraite en 1851, avant de finalement, en 1853, retourner dans les rangs de l’armée. Pendant la guerre de Crimée, Kotchetkov aurait ainsi défendu Sébastopol. 

Expédition de Khiva de 1873. Les troupes russes traversent les sables de la mort vers les puits d’Adam-Krylgan, toile de 1888

En 1862, il serait devenu grenadier du palais. En 1869, serait allé servir au Turkestan, et l'empereur Alexandre II, selon l'article, aurait personnellement escorté Kotchetkov, âgé de 84 ans, lors d'une expédition. En 1873, Vassili aurait pris part à l'expédition de Khiva, une marche de trois mois dans le désert.

Puis, Kotchetkov aurait été enrôlé dans le train de convoi impérial et, en 1876, ce vétéran de 92 ans se serait porté volontaire pour combattre les Turcs pour la libération de la Serbie et du Monténégro. En conséquence, Kotchetkov aurait participé à la guerre russo-turque de 1877-1878, où il aurait perdu sa jambe gauche. Pendant 13 ans, jusqu'en 1891, il aurait enfin servi dans la brigade d’artillerie à cheval. Durant son service, Kotchetkov aurait donc participé à 10 campagnes, reçu 6 blessures et 23 croix et médailles.

Incroyable, n’est-ce pas ? C'est ce que pensaient les historiens. 

Où se trouve la vérité ?

La seule image existante de Vassili Kotchetkov a été créée par l'artiste Piotr Borel à partir d’une photo prise le 20 mai 1892, 11 jours avant la mort du soldat à Vytegra, dans le gouvernement d'Olonets. À cette époque, Borel était un artiste respecté, un illustrateur très populaire, célèbre pour sa collection Portraits de personnes qui se sont distinguées et ont commandé les unités actives pendant la guerre des années 1853, 1854, 1855 et 1856, publiée en 1857-1863.

Le soldat Vassili Kotchetkov. Dessin de Piotr Borel. Vsemirnaïa illioustratsia n°1249 en date du 1 janvier 1893

Le chercheur spécialiste de ce thème Sergueï Tiouliakov cite des souvenirs au sujet de Piotr Borel : « c'était un homme scrupuleux, méticuleux, il vérifiait tout soigneusement. Surtout s'il gravait à partir d'un dessin d'autres artistes ». Supposons donc que l'homme qu’a dessiné Borel était effectivement Vassili Kotchetkov, mais qu'en est-il de ses exploits ? Sont-ils réels ? Nous vous suggérons de décider par vous-même et vous donnerons ici simplement des arguments pour et contre. 

>>> Ces héros russes oubliés de la Grande Guerre

Arguments contre

Les archives historiques d'Oulianovsk ne contiennent aucune information sur Kotchetkov. Mais en 1864, un incendie y est survenu et de nombreux documents ont été réduits en cendres. Les historiens, les mémorialistes, et même la commission des archives du gouvernement de Simbirsk, qui recherchait spécifiquement de tels cas, n'ont jamais rien écrit sur Kotchetkov.

Sur la gravure, Kotchetkov n'arbore que dix récompenses, alors que l'article indique qu'il en avait 23. Vassili Akhmerov, chercheur d'Oulianovsk, a publié une réponse à une requête officielle portant sur ce soi-disant glorieux soldat, envoyée aux Archives historiques militaires d'État russes. Dans cette réponse, la directrice des archives de Russie, Irina Garkoucha, souligne que, sur la gravure, Kotchetkov est représenté « en uniforme de la brigade d'artillerie à cheval de la Garde avec des écussons pour service de rengagement. [...] Sur les épaulettes, on peut voir un large galon – l'insigne d'un deldwebel ou d'un wachtmeister. On peut également distinguer sur les épaulettes le monogramme "A" (probablement celui de l'empereur Alexandre II). Sur la poitrine [...] un ruban de médaille, composé de deux croix, six médailles (qui ne peuvent pas être déterminées) et la Croix de Fer roumaine ou la Croix du Danube (délivrée pour la traversée du Danube pendant la guerre russo-turque de 1877-1878). Sous le ruban se trouve la croix pour service dans le Caucase ».

Croix russe Pour service dans le Caucase

Croix roumaine Pour la traversée du Danube

Voici des informations objectives sur Vassili Kotchetkov. Ses deux croix sont des insignes de « soldat » de Saint-Georges de 3e et 4e rangs, honorables, mais loin d’être uniques, tout comme les croix du Danube et du Caucase.

Dans l'article, il est écrit : « Son uniforme était un phénomène rare, étant décoré sur les épaulettes par des monogrammes reliés de trois empereurs défunts : Alexandre Ier, Nicolas Ier et Alexandre II, et sur la manche gauche par huit bandes de galons d'or et d'argent ; sur le cou et sur la poitrine de Kotchetkov étaient accrochées 23 croix et médailles ». Or, comme nous le voyons, cette description semble incorrecte.

Et enfin, aucun document ou témoignage n’indique qu'Alexandre II a personnellement escorté Kotchetkov au Turkestan. De plus, l'information selon laquelle, à l'âge de 93 ans, ce dernier aurait survécu avec une jambe amputée dans des conditions de campagne militaire, puis aurait continué à servir, suscite un grand doute. Le grand chirurgien Nikolaï Pirogov, qui était alors en charge de l’unité médicale de l'armée russe, aurait-il pu manquer et ne pas décrire un cas aussi unique ? Autant d’interrogations qui demeurent sans réponse.

>>> Qui sont les Cosaques, ce peuple assoiffé de liberté et de conquêtes?

Arguments pour

Les archives historiques militaires russes contiennent encore des documents consacrés à Vassili Kotchetkov. Tout d'abord, il s'agit d'un télégramme de V. Stroganov, médecin à l'hôpital de Belozersk, adressé à l'état-major. Stroganov demande la permission d'enterrer Kotchetkov avec les honneurs militaires. Il décrit le soldat comme suit : « un chevalier du 2e rang de l’ordre de Saint-Georges, qui a participé à toutes les batailles, de Borodino à Chipka, a accompagné le souverain lors de l'accident de train du 17 octobre [1888] ». Le ministre de la Guerre Piotr Vannovski a mis en doute cette information et a ordonné qu’elle soit vérifiée, ce dont a été chargé par lettre le chef militaire du district de Belozersk. 

Portrait de Piotr Vannovski par Aleksandr Perchakov

En dehors de cela, aucune mention n’est faite de Kotchetkov dans les documents. Dans leur réponse, les archives ont déclaré que « dans l'appareil d’archive de recherche des personnes ayant servi dans l’armée russe, Vassili Kotchetkov est introuvable ». Aucune recherche n'a été effectuée sur les listes des unités où Kotchetkov aurait servi, mais, comme le note à juste titre la directrice des archives, cette recherche « représente un travail long et laborieux sans garantie de résultat positif ».

Il nous reste peut-être l'essentiel : l'image de Kotchetkov. Sergueï Tiouliakov souligne qu'il n'est pas représenté dans un uniforme de défilé, mais du quotidien. Ainsi, peut-être a-t-il décidé de ne tout simplement pas porter l’ensemble de ses 23 distinctions. Les croix Danube et du Caucase sont séparées d’environ 20 ans – le vieux soldat aurait donc pu participer à la campagne caucasienne et à la libération de la Bulgarie. Et les galons sur sa manche (même s’ils ne sont pas au nombre de huit) sont vraiment visibles. Par ailleurs, dans le village de Spasskoïé, d'où Kotchetkov est originaire, vivent encore aujourd’hui des citoyens portant ce même nom de famille. Personne, il est vrai, ne garantit toutefois qu'il s’agisse de parents ou de descendants.

Au sujet de Kotchetkov, nous pouvons en réalité dire qu’un tel soldat, vétéran, héros de plusieurs guerres et détenteur de deux croix de Saint-Georges, ainsi que des croix du Danube et du Caucase, a très probablement existé. Mais il est possible que ses mérites au combat aient été exagérés et que dans sa biographie aient été « fusionnés » les mérites de plusieurs soldats. Cependant, les documents du village de Spasskoïé, où Kotchetkov est né, attendent toujours d’être étudiés. Il se peut donc que cette histoire connaisse encore des rebondissements.

Dans cet autre article, nous vous expliquons pourquoi un bébé impérial russe a été condamné à mourir en prison.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies