Les cinq distinctions honorifiques les plus prestigieuses de l'Empire russe

Kunsthalle Hamburg, Domaine public, V. Lozovski, A. Sverdlov/Sputnik.
Incroyables pièces de joaillerie, les ordres de l'Empire russe étaient avant tout des signes de haut statut et étaient réservés aux plus nobles de l'aristocratie.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Pourquoi un pays aurait-il besoin d'un système de récompenses ? Pierre le Grand connaissait la réponse à cette question. Lorsqu'il est devenu tsar de Russie, il a compris que cette dernière devait effectuer un grand pas en avant pour rattraper ses concurrents européens, et l'introduction d'un système de distinctions d'État était une idée très opportune.

Portrait de Pierre le Grand (1672–1725) par Jean-Marc Nattier

Un tel système permettait en effet au monarque de distinguer les gens par son propre choix. Une médaille pouvait amener un simple soldat aux rangs supérieurs, tandis qu’une autre pouvait aider un noble à s’élever au-dessus des siens. Pierre a introduit le premier ordre russe en 1698. Tous les ordres de Russie étaient accordés uniquement par les empereurs (sauf l'Ordre de Sainte-Catherine, géré et attribué par les impératrices).

L'Ordre de Saint-André Apôtre le premier nommé

Cet ordre a été fondé en 1698 par Pierre le Grand (1672-1725), en l'honneur de Saint André, premier apôtre de Jésus et patron de la Russie. Il s'agit du premier ordre de Russie, créé immédiatement après le retour de Pierre de son voyage en Europe. Selon une légende cléricale, André a été le premier apôtre à visiter les terres de la Rus’ de Kiev (État à l’origine de la Russie) et à prêcher le christianisme au peuple russe.

Pendant près d'un siècle, l'ordre n'a eu aucun statut. Il ne comportait qu’un seul rang et n'était attribué que pour le mérite civil ou militaire le plus exceptionnel. La distinction se composait d'un insigne (un aigle bicéphale noir couronné et émaillé) et d'une étoile d'argent à huit branches avec la devise « Pour Foi et Loyauté ». L'insigne pouvait être aussi remis « avec des diamants », en tant que distinction spéciale. Après 1797, chaque grand-duc de Russie a reçu l'Ordre lors de son baptême, tandis que les princes de sang impérial le recevaient à l'âge de 18 ans. Au total, il y a eu de 900 à 1 100 chevaliers de cet ordre.

Lire aussi : Pourquoi des citoyens de l’URSS ont-ils été privés de leur titre de héros?

L'Ordre de Sainte-Catherine

Cet ordre est historiquement la deuxième récompense russe à avoir vu le jour, créée par Pierre le Grand au nom de Sainte Catherine, la sainte patronne de son épouse, Catherine Ire (1684-1727). En 1711, Pierre a emmené Catherine, alors sa fiancée, avec lui lors de sa campagne infructueuse sur la rivière Prout, dans ce qui est aujourd'hui une région qui s'étend à la frontière entre la Roumanie et la Moldavie. Bien que Catherine ait été enceinte à l'époque, elle a héroïquement traversé les épreuves de la campagne, ce qui a impressionné Pierre  et ses généraux. L'ordre a été officiellement inauguré le 24 novembre 1714, jour de l’union de Pierre et Catherine.

Réplique de la robe de mariage de la future impératrice Catherine II.

Cet ordre était destiné uniquement aux femmes et était accordé en deux rangs : les Dames Grand-Croix (qui avaient droit à l'insigne et à l'étoile) et Dames Petite-Croix (à qui n’était remis que l'insigne). La devise de l'ordre était « Pour l'Amour et la Patrie ». Les femmes qui recevaient cet ordre, comme dans le cas de l'Ordre de Saint-André, payaient par ailleurs une taxe obligatoire : 400 roubles pour les titulaires de la Grand-Croix et 200 roubles pour la Petite-Croix. Tous les fonds étaient versés à des œuvres de bienfaisance. Chaque grande-duchesse russe se voyait décerner la Grand-Croix de l'Ordre lors de son baptême (ou de son mariage dans la famille Romanov), et les princesses de sang Impérial étaient distinguées à leurs 18 ans. L'ordre a été décerné à 734 dames au total.

L'Ordre de Saint-Georges

L'Ordre de Saint-Georges était la plus haute distinction militaire de l'Empire russe. Créé par Catherine II (1729-1796) en 1769, il était destiné uniquement à récompenser les prouesses militaires personnelles sur le champ de bataille. Selon ses statuts, l'ordre était décerné « à ceux qui non seulement ont accompli leur devoir, […] mais se sont également distingués par un acte de courage exceptionnel. {…] Cet ordre doit être porté en permanence ».

L'Ordre de Saint-Georges est divisé en quatre classes, le plus haut degré étant la Première Classe. Les insignes se composent d’une croix, d’une étoile et d’un ruban. La croix est une « croix pattée » émaillée en blanc, avec un médaillon central portant l'image de Saint Georges. De son côté l'étoile est en argent et possède quatre branches avec les lettres « SG » entourées d'un ruban émaillé noir portant la devise de l'ordre : « Pour Service et Bravoure ». Le ruban est orange avec trois bandes noires, il symbolise le feu et la poudre à canon, les « couleurs de la gloire militaire » russe. Depuis 1845, toutes les classes de l'ordre ont accordé les droits de noblesse héréditaire à ses chevaliers. Plus de 10 000 personnes ont reçu différents degrés de l'Ordre, bien que jusqu'en 1807, il n'ait été destiné qu'aux officiers. En 1807, un « signe de distinction » spécial sous la forme d'une croix de Saint-Georges a en outre été créé, afin de décorer les soldats particulièrement courageux (il n'accordait cependant pas la noblesse). Bien qu'officiellement l'Ordre de Saint-Georges était inférieur à l'Ordre de Saint-André dans la hiérarchie des ordres russes, aux yeux des militaires, c'était la décoration la plus appréciée.

Lire aussi : De Staline à Poutine: qui décerne les récompenses russes, et qui les reçoit

L'Ordre de Saint-Vladimir

Créé en 1782 par l'impératrice Catherine II en mémoire des actes de Saint Vladimir, le baptiseur de la Rus', cet ordre était destiné aux militaires et aux fonctionnaires de l'Empire. L'ordre comportait quatre degrés, le plus élevé étant celui de Première classe, et était décerné pour service continu. Sa Quatrième classe pouvait également être attribuée pour des contributions exceptionnelles à des œuvres de charité, ou pour 35 ans de service sans faille. La devise de l'ordre était « Bien, Honneur et Gloire ». L'insigne de l'ordre comprenait une croix rouge émaillée avec des bordures noires et dorées et une étoile à huit rayons dorée et argentée, portée dans des tailles différentes selon la classe. Le ruban de l'ordre était quant à lui noir et rouge.

Toutes les classes de l'ordre accordaient à ses chevaliers les droits de la noblesse héréditaire. Cependant, à la fin du XIXe siècle, il s'est avéré que la Quatrième classe avait été attribuée par charité à de nombreux marchands et fabricants, qui sont alors devenus de « faux » nobles. Depuis 1900, la Quatrième classe n'accorde donc plus que le droit à la noblesse personnelle, qui ne peut pas être transmise à ses successeurs. L'ordre a été accordé à plus de 10 000 personnes.

L'Ordre impérial de Saint-Alexandre Nevski 

Cet ordre a été à l'origine imaginé par Pierre le Grand pour récompenser la bravoure au combat. Toutefois, le tsar est mort avant de pouvoir le créer et ce projet a donc été concrétisé par son épouse, l'impératrice Catherine Ire, en 1725. Alexandre Nevski (1221-1263), prince russe ayant défendu les terres de la future Saint-Pétersbourg contre les envahisseurs suédois et lituaniens, a été canonisé en 1547 et, plus tard, sa dépouille a été inhumée dans la laure Alexandre Nevski de Saint-Pétersbourg par Pierre le Grand lui-même. Ainsi, à l'origine, l'ordre était destiné à récompenser les grands exploits de guerre et de diplomatie.

Néanmoins, l'ordre a été décerné pour la première fois à l'occasion du mariage de la grande-duchesse Anna Petrovna de Russie (1708-1728) et de Charles-Frédéric, duc de Holstein-Gottorp (1700-1739), le 1er juin 1725. 18 personnes ont reçu l'ordre ce jour-là, et le 21 septembre, d'autres en ont été décorées. L'ordre a rapidement perdu de son importance par rapport aux ordres « principaux » de Sainte-Catherine et, surtout, de Saint-André.

Il n’a par ailleurs reçu son statut officiel qu'en 1797 et ne comprenait qu’une seule classe. La devise était « Pour le Travail et la Patrie ». L'insigne comportait une croix rouge émaillée avec quatre aigles d'or, une étoile d'argent avec la devise de l'ordre, et un ruban rouge cramoisi. Au total, 3 674 personnes ont été décorées de cet ordre.

Dans cet autre article, nous vous expliquons pourquoi un escroc a reçu le titre de Héros de l’Union soviétique.
  

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies