Fausse photo, vrai exploit: retour sur une acrobatie aérienne entrée dans la légende

Musée de Novossibirsk
Un as soviétique a effectivement volé sous ce pont de Novossibirsk, sans aucun préjudice pour lui-même et les spectateurs médusés.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Par une chaude journée d'été, le 4 juin 1965, une plage de la ville de Novossibirsk était noire de monde et le quai attenant à la rivière Ob était également bondé lorsque les gens entendirent un vacarme grandissant.

Soudain, un avion militaire est apparu dans le ciel, se rapprochant l'eau et se précipitant vers le pont d'Octobre qui traverse le fleuve Ob. Les spectateurs se figèrent : une collision catastrophique semblait imminente...

Manœuvre suicidaire

Lorsque Valentin Privalov n'avait que six ans, l'Allemagne nazie a envahi l'Union soviétique. Le garçon, qui vivait près de Moscou, a été témoin de la marche des troupes ennemies à travers son pays. C'est alors qu'il a vu pour la première fois un avion militaire en action.

« Un jour, deux avions Polikarpov I-16 ont survolé ma tête, touchant presque les toits des maisons en contrebas. Avant cela, je n’avais même jamais vu de train. C'était le début de mon rêve »,a déclaré Privalov de nombreuses années après l'incident du pont, qui lui vaudrait une réputation de casse-cou notoire de l'aviation soviétique.

>>> Kamikazes fous: ces pilotes d’URSS s’étant délibérément écrasés sur des habitations

Privalov a suivi son rêve d'enfance et à l'âge de 20 ans, il est devenu lieutenant de l'aviation embarquée, servant dans la Baltique, où il s'est habitué à survoler des plans d'eau - une routine que certains autres pilotes peuvent trouver difficile.

Quelques années plus tard, Privalov a été transféré en Sibérie où il décollait, entre autres, depuis l'aéroport de Novossibirsk. Lui et ses collègues pilotes passaient souvent leur temps libre à se détendre sur la plage de la ville où des spectateurs choqués assisteraient plus tard à la cascade suicidaire de Privalov.

« L'idée de voler sous le pont m'était venue il y a longtemps. Mais je savais que si je le faisais, je serais suspendu », a déclaré Privalov.

Un cadeau du destin

Le 4 juin 1965, Privalov et trois autres pilotes ont reçu l'ordre de suivre un itinéraire avec un intervalle de 30 minutes entre eux. Lorsque l’avion de combat subsonique MiG-17 de Privalov a décollé de l’aérodrome, le pilote a dû naviguer entre les nuages.

« Quand j'ai reçu l'ordre de descendre, j'ai percé les nuages et j'ai soudainement vu ce pont. C'était ma chance. Je ne me contrôlais plus. C'était comme si le destin me l'avait offert », a déclaré Privalov.

>>> Cette hôtesse de l’air russe qui, à elle seule, a sauvé 43 personnes d’un avion en feu

Sa formation navale a donné à Privalov la confiance dans le fait qu'il pouvait estimer correctement la distance de sécurité avec la surface du fleuve, de sorte que le pilote s’est lancé à plein régime. Volant à un mètre au-dessus de l'eau, Privalov a atteint une vitesse de 700 km/h pour rendre le jet extrêmement réactif à ses commandes.

L'arche du pont que le pilote avait choisie comme « porte » mesurait 30 mètres de haut et 120 mètres de large.

« La chose la plus intéressante est que lorsque vous vous approchez du pont, il est logique de supposer que plus vous vous rapprochez, plus d'espace apparaît. Mais pour moi, c'était le contraire : la fenêtre  [constituée par l’arche] se rétrécissait toujours et encore. Mais j'étais très calme. […] Dès que j'ai senti que le pont était derrière moi, j'ai tiré la manette vers moi et je suis monté dans les nuages », a déclaré Privalov.

Punition ou récompense

Privalov était tellement excité qu'il a à peineremarqué les spectateurs médusés et a naïvement pensé que son escapade passerait inaperçue.

Bientôt, les quatre pilotes qui avaient participé aux vols d'entraînement ont été arrêtés et une commission a été formée pour enquêter sur l'incident. Le coupable a été immédiatement démasqué.

Privalov a été escorté jusqu’à Evgueni Savitski, un ancien pilote de chasse qui était maintenant maréchal de l'air de l'URSS. Savitski inspectait une usine d'avions dans la ville où l'incident avait eu lieu.

>>> Miracle aérien: l’incroyable histoire d’un avion russe forcé d’atterrir en pleine taïga

« Bien sûr, il m'a passé un sacré savon », a déclaré Privalov. Ironie de l’affaire, l'usine où la conversation disciplinaire a eu lieu portait le nom de Valeri Tchkalov, un pilote soviétique emblématique connu pour son amour des acrobaties espiègles.

Le maréchal était accompagné de deux assistants qui ont secrètement dit à Privalov qu'il n’avait pas à s'inquiéter : le haut commandement avait décidé de résoudre l'incident en sa faveur.

Une semaine plus tard, l’unité militaire de Privalov a reçu un ordre du ministre de la Défense de l’URSS Rodion Malinovski : « Ne punissez pas davantage Privalov. Les mesures disciplinaires [déjà prises à l'usine] suffisent. S'il n'a pas eu de vacances, donnez-lui un congé de 10 jours. S'il a déjà pris ses vacances, accordez-lui dix jours de repos dans l'unité ».

Privalov, qui reprit bientôt son travail de pilote, a deviné en son for intérieur que son courage et son audace avaient plu à l'héroïque maréchal soviétique Malinovski qui, semble-t-il, avait lui aussi le goût du risque.

Quant à la célèbre photographie de la cascade, devenue virale sur Internet des années plus tard, elle est sans aucun doute fausse : les proportions de l'avion par rapport à celles du pont sont fausses, et l'angle d'inclinaison de l'avion est trop raide pour être vrai à une aussi basse altitude.

>>> Une femme russe survit à une collision entre deux avions

Selon une des versions, le faux cliché a été créé par le designer Evgueni Sotsikhovski pour le musée de Novossibirsk. « Les proportions ont été intentionnellement déformées de sorte qu’aucune personne saine d’esprit ne puisse imaginer que c’était réel », a déclaré l’historien local et employé du musée Konstantin Golodiaïev.

Selon une autre version, le cliché a été créé sur ordre d’un journal local pour illustrer un article consacré à la folle cascade de Privalov.

Dans cet autre article, nous vous narrons les détournements d’avions les plus marquants de Russie et d’URSS.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies