Musées volants: ces avions soviétiques toujours en service

Sergueï Nechaev/dert.livejournal.com
Certaines compagnies aériennes russes transportent encore des passagers sur des avions soviétiques, certes toujours moins nombreux. Revenons sur ces «musées de l’aéronautique» toujours en service.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

« Tout tremble, l'avion semble vivant, de l’air passe par les fenêtres, et par vent fort ça secoue dans tous les sens » - c'est l'un des commentaires des passagers de l'avion soviétique AN-2 (produit de 1947 à 1992), qui vole encore grâce à la compagnie aérienne « 2ème escadre unie d'Arkhangelsk », qui connecte les villages de la région d’Arkhangelsk et du District autonome de Nénétsie. Les billets pour ces vols doivent être achetés deux semaines à l’avance, et le jour du vol, une surréservation est toujours possible.

Vous pouvez voler sur le célèbre avion de ligne triréacteur Tu-154 (produit de 1968 à 1998). Les vols sont opérés par Alrosa Airlines, et l'avion ne vole que du village de Mirny (région d'Irkoutsk) à Irkoutsk pendant la saison estivale. Prix ​​aller simple - à partir de 10 000 roubles (127 euros).

Si, après le confinement, l’envie vous prend de vous rendre dans la ville russe de Vologda, alors la Compagnie aérienne de Vologda et son avion Yak-40 de 40 places (fabriqué entre 1966 et 1981) sont à votre service. On dit qu'avant le décollage, tous les passagers reçoivent des chocolats et des bonbons Vzlet (« Décollage »), très savoureux. Tout ce plaisir pour la modique somme de 6 000 roubles (76 euros) aller simple !

Izhavia Airlines, de son côté, transporte des passagers d'Ijevsk à Moscou, Saint-Pétersbourg, Anapa, Sotchi et Simferopol (et dans l’autre sens) sur un Yak-42, un appareil rare. Ce modèle a été produit de 1980 à 2003.

Le Tu-134, développé au début des années 1960 par le bureau d'études Tupolev, vole toujours grâce à la compagnie aérienne Kosmos. Des vols sont opérés une fois par semaine dans l'extrême nord d'Arkhangelsk vers l’aérodrome d’Amderma 2 (Nouvelle Zemble). Les prix d’un billet aller simple dépasse souvent 20 000 roubles (255 euros), et tout le monde n'est pas autorisé à se rendre à Amderma, qui est une zone frontalière très contrôlée.

Des avions de transport militaire soviétiques tels que l'An-26 (entré en service en 1973) volent en Russie. Les vols sont assurés par Kostroma Airlines entre Kostroma (ouest du pays) et Saint-Pétersbourg.

Chukotavia assure également des vols en Tchoukotka sur le prédécesseur de l'An-26 – l’An-24 – qui a été produit de 1962 à 1979.

SiLA (« Aviation légère de Sibérie ») est la seule compagnie à voler vers l'île du Baïkal d’Olkhon sur une version ultérieure de l'avion, l'An-28 (produit de 1983 à 1997). Un peu extrême, mais incroyablement beau.

 Dans cet autre article, nous vous présentons en images l’actuel plus gros avion du monde.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies