Échec et mat: un succès éclatant du renseignement soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale

Ministère russe de la Défense; Archives; Vitold Mouratov (CC BY-SA 3.0), Roman Kadygrobov (CC BY-SA 4.0)
Le «traquenard» radiophonique habile du renseignement soviétiques a privé les Allemands de dizaines d'agents, de plusieurs millions de roubles et de victoires dans les batailles les plus importantes sur le front de l'Est.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Une nuit d'hiver à la fin de l’année 1941, un homme s'est rendu sur les positions allemandes près de Mojaïsk, dans la région de Moscou. Le déserteur s’est présenté comme un représentant de l'organisation monarchiste antibolchevique Prestol (Trône) prêt à aider les Allemands à se débarrasser du pouvoir soviétique.

En fait, cet homme était l’officier du renseignement soviétique Alexander Demianov. L'une des opérations les plus réussies de l'histoire des services spéciaux soviétiques, connue sous le nom de Monastère, est entrée dans sa phase active.

Candidat idéal

Charmant, lettré, intelligent et parlant couramment l'allemand, Alexandre est le candidat idéal pour le transfert vers l'arrière des forces allemandes. Peu à Moscou soupçonnaient que Demianov, qui était d'origine noble, avait été recruté par les services de renseignement soviétiques au début des années 1930.

Alexander Demianov

L’espion avait une bonne « légende » à raconter aux Allemands. Sa mère et son grand-père étaient connus dans les cercles d'émigrants blancs en Allemagne ; certains membres de sa famille vivaient en Italie, pays ami du troisième Reich. En outre, même avant la guerre, l'ingénieur Demianov apparaissait régulièrement lors de réceptions dans les ambassades d'États étrangers à Moscou, où il a attiré l'attention des services de renseignement étrangers.

>>> Trois services secrets cruels que l’Union soviétique a contribué à mettre en place

En juillet 1941, les services secrets soviétiques ont créé l'organisation fictive Prestol, présentée comme un groupe de monarchistes passés dans la clandestinité et attendant l'arrivée des troupes allemandes dans la capitale de l'URSS. Dans le cadre de l’opération, Demianov a agi sous le nom de code de « Heine ».

Retour en URSS

Selon le plan initial de l'opération Monastère, Demianov devait être envoyé à Berlin, où il devait intégrer les cercles des représentants de l'émigration russe qui collaboraient avec les nazis, et établir des contacts étroits avec les services de renseignement allemands.

Cependant, les événements ont pris une autre tournure. Après de longs et pénibles contrôles (pour l’effrayer, Demianov a même été placé devant un peloton d'exécution), les Allemands ont décidé de faire d’Alexandre « leur » agent en URSS.

Après plusieurs mois de formation à l'école du renseignement militaire, l’Abwehr, Alexander Demianov a reçu le nom de code de « Flamingo » a été renvoyé en territoire soviétique.

Le jeu commence

À Moscou, « Heine » a longtemps été considéré comme mort. Quand il est revenu, il fut décidé de modifier le plan Monastère et de commencer un « jeu radio » avec les Allemands.

Tout d'abord, il fallait gagner la confiance des services spéciaux allemands et prouver l'efficacité de la clandestinité antibolchevique. Flamingo a ainsi dévoilé aux Allemands les plans de Prestol visant à organiser un sabotage à l'arrière des troupes soviétiques.

Bientôt, les journaux soviétiques ont publié des nouvelles concernant des explosions dans des installations industrielles de l'Oural et de Sibérie organisées par des « collaborateurs nazis ». Ces informations étaient inventées de toutes pièces, mais la confiance envers Flamingo en est sortie renforcée.

>>> Comment ne pas être saoul à l'étranger: les conseils des espions russes

Agent irremplaçable

Le 22 juin 1942, à l'occasion de l'anniversaire du début de l'opération Barbarossa, la Luftwaffe préparait un cadeau pour le Führer - un raid massif sur Moscou. Demianov a été chargé d'effectuer une reconnaissance de l'état de la défense aérienne dans la capitale. Bientôt, les Allemands ont reçu un message : « Il y a un grand nombre de nouveaux avions de chasse et de canons antiaériens dans la ville. Dans un avenir proche, de nouveaux moyens techniques seront utilisés afin d'intercepter des avions sur un front large et à haute altitude ». L'opération a été rapidement annulée.

Petit à petit, Flamingo est devenu pour l’Abwehr l'un des agents les plus précieux sur le front de l'Est. La raison ? Il « servait » au Commissariat du peuple aux chemins de fer et aurait même plus tard pu devenir officier de liaison auprès de l’état-major général.

Le Troisième Reich recevait un flux de désinformation, pour des raisons de crédibilité dilué avec des nouvelles absolument véridiques fournies par l'état-major. Les Allemands ont dévoilé à Flamingo le déploiement de saboteurs et d’éclaireurs en URSS. Des employés des services secrets soviétiques les ont capturés et certains ont été impliqués dans la stratégie radiophonique visant à induire en erreur leurs anciennes autorités. Ainsi, plus de 20 agents ennemis ont été neutralisés et plusieurs millions de roubles ont été saisis avec eux.

Opérations majeures

L'opération Monastère a joué un rôle clé dans les grandes batailles du front de l'Est. Le 4 novembre 1942, « Heine » informa les Allemands que l'Armée rouge frapperait non pas à Stalingrad, mais dans le Caucase du Nord et près de Rjev. C'est là que les Allemands ont envoyé leurs réserves.

Finalement, l'offensive près de Rjev, connue sous le nom d'Opération Mars, a échoué. Mais l'encerclement de la 6e armée près de Stalingrad a été une surprise totale pour l'ennemi.

« Joukov, qui ignorait ce jeu radiophonique, a payé un lourd tribut - des milliers de soldats placés sous son commandement sont morts lors de l'offensive près de Rjev. Dans ses mémoires, il admet que l'issue de cette opération offensive n'a pas été satisfaisante. Mais ne sachant pas que les Allemands avaient été avertis de notre attaque près de Rjev, il y a envoyé de nombreuses troupes », se souvient Pavel Soudoplatov, le chef immédiat de Demianov.

>>> Stalingrad: les flammes de l'enfer à travers les yeux des témoins

La désinformation de « Heine » a également poussé les Allemands à reporter à de nombreuses reprises le moment de leur offensive près de Koursk, ce qui a donné à l'Armée rouge un temps précieux pour se préparer.

En 1944 s’est déroulée une offensive éclair des troupes soviétiques et l'opération Monastère, qui avait perdu sa raison d’être, a pris fin. Selon la légende, « Flamingo » a été transféré à un poste insignifiant sans accès à des informations importantes et a cessé tout lien avec la radio.

Fait intéressant, Alexandre Demianov a non seulement reçu l'Ordre soviétique de l'étoile rouge, mais a aussi reçu la Croix de chevalier de la croix de fer de la part des dirigeants nazis par contumace. Les Allemands, jusqu'à la fin de la guerre, pensaient que l'agent Flamingo servait fidèlement le Troisième Reich.

Prenez en outre connaissance des quatre opérations les plus impressionnantes du maître-espion de Staline.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies