Trois services secrets cruels que l’Union soviétique a contribué à mettre en place

Getty Images
Il s’agissait des services secrets les plus puissants et les plus impitoyables de l’ère de la guerre froide, dont le bilan sanglant hante encore les pays respectifs.

Stasi

Le ministère de la Sécurité d'État de la RDA, communément appelé Stasi, était l'un des services de sécurité les plus efficaces non seulement dans le bloc de l'Est, mais dans le monde entier. Avec plus de 38 000 agents secrets opérant en Europe occidentale et plus de 600 000 informateurs dans le pays, la portée de la Stasi était presque illimitée.

La Stasi possédait des dossiers secrets sur presque tous les citoyens adultes de la République démocratique allemande et sur les principaux chefs d'entreprise et hommes politiques occidentaux. Les étagères contenant les rapports de renseignement, enregistrements audio et microfilms de la Stasi s'étendent sur plus de 150 kilomètres.

Les services secrets allemands ont été fondés en 1950 avec l'aide du ministère soviétique de la Sécurité de l'État, prédécesseur du KGB. Pendant sept ans, la Stasi a été sous le contrôle total de ses maîtres soviétiques. Mais même lorsqu'elle est devenue officiellement autonome en 1957, les officiers soviétiques sont restés dans toutes les branches du service allemand et dans ses 15 bureaux régionaux. Ils avaient un accès complet à toute la documentation secrète allemande.

Dans les années 1960, les relations tendues « chef-subordonné » d'après-guerre entre le KGB et la Stasi sont devenues plus fraternelles. Impressionnés par les succès de leurs collègues allemands, les Soviétiques les ont même invités à ouvrir leurs propres bases opérationnelles à Moscou et à Leningrad (aujourd’hui Saint-Pétersbourg) afin de surveiller les diplomates et les touristes d’Allemagne orientale.

Jusqu'à la fin de la Stasi en 1990, les services secrets allemand et soviétique ne se voyaient pas comme les membres d’une relation grand frère/petit frère, mais comme des partenaires égaux se vouant un grand respect mutuel.

Lire aussi : Ce qu’il faut savoir sur la carte de la Stasi de Poutine récemment découverte en Allemagne 

KHAD

Pendant de nombreuses années, les services secrets afghans étaient considérés comme les plus efficaces à l'Est. Le KHAD, l'agence de renseignement de l'État, a été créée en 1980 lors de l'intervention soviétique dans la guerre civile afghane.

La force spéciale du KGB en Afghanistan, connue sous le nom de Cascade, a été chargée d'aider les Afghans à mettre en place leurs propres services secrets, livrant plus de 10 000 armes, ainsi que des munitions, du matériel et des uniformes. Les spécialistes soviétiques ont commencé à former vigoureusement leurs collègues afghans sur le terrain.

Peu à peu, le KHAD est devenu un puissant service secret et, en 1981, le « KGB afghan » connaissait toutes les unités des moudjahidines, y compris le nombre de recrues, la source des armes et les moyens financiers.

Le KHAD a efficacement organisé des embuscades, capturé d'importants moudjahidines et attaqué leurs bases et voies de transport. Ses activités ont atteint les frontières du Pakistan et de l'Iran, s'étendant au-delà de celles de l'Afghanistan.

Le service acquit une réputation redoutable en tant qu'œil, oreille et massue du régime. Sachant avec quelle cruauté le KHAD traitait les prisonniers, les moudjahidines préféraient souvent la mort plutôt que de tomber entre leurs mains.

Le KHAD a survécu au retrait soviétique d’Afghanistan, a été réformé à plusieurs reprises et a poursuivi ses activités jusqu’en 2004.

Lire aussi : Orchestre rouge : un réseau d’informateurs soviétiques dans l’Allemagne nazie 

Securitate

C’était le service secret le plus impitoyable d’Europe, avec plus de 10 000 victimes sur la conscience.

Le Département de la sûreté de l'État roumain, ou la Securitate, a été créé en 1948 avec l'aide des services secrets soviétiques. Conscients du manque criant de professionnels dans la nouvelle organisation, les Soviétiques ont pris la décision inhabituelle de recruter des membres du Siguranta, service secret du royaume de Roumanie (1881-1947).

Ces nouvelles recrues ont commencé à servir de façon zélée le nouveau régime, poursuivant leurs anciens collègues monarchistes et tout autre élément anticommuniste du pays.

La Securitate a brutalement réprimé la dissidence et les graines de mouvements de protestation en Roumanie. Elle possédait les troisièmes plus grandes archives personnelles (après le KGB et la Stasi) sur ses propres citoyens.

Le service roumain a également beaucoup agi à l'étranger. Aux côtés du KGB, il a soutenu le Palestinien Yasser Arafat et a établi de façon autonome des contacts avec le célèbre terroriste vénézuélien Carlos.

Lors des événements révolutionnaires de 1989 en Roumanie, la Securitate a soutenu le régime socialiste et s’est heurtée aux troupes et civils rebelles, faisant un grand nombre de victimes parmi ces derniers. Peu de temps après la chute de Nicolae Ceausescu, l'organisation a été dissoute.

Les services secrets roumains modernes ont affirmé haut et fort qu'ils n'avaient rien en commun avec la Securitate.

Dans cette autre publication, nous vous parlons des agents doubles russes qui ont atteint le sommet du MI6 et de la CIA

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies