Comment Staline a trahi l’espion qui avait sauvé Moscou pendant la Seconde Guerre mondiale

Domaine public/Sputnik
L'officier du renseignement soviétique Richard Sorge valait une armée tout entière. Ses rapports ont non seulement sauvé Moscou pendant la Seconde Guerre mondiale, mais ont également contribué de manière significative à la victoire sur le nazisme. Cependant, Staline eut une façon particulière de le «remercier», en le laissant à la merci des Japonais qui le pendirent.

À l’automne 1941, l’issue de toute la guerre germano-soviétique était en jeu : les troupes hitlériennes se trouvaient aux portes de la capitale soviétique. Cependant, lors d’affrontements acharnés et épuisants, l’armée soviétique passa à la contre-offensive et repoussa l’ennemi.

La victoire devint possible grâce à l’arrivée de nouvelles divisions soviétiques, redéployées à Moscou depuis la Sibérie, où elles attendaient une attaque japonaise.

Staline n'aurait jamais permis un affaiblissement des forces soviétiques en Extrême-Orient si l'officier du renseignement soviétique Richard Sorge n'avait pas annoncé que le Japon ne se préparait pas à attaquer l'Union soviétique en 1941. Ainsi, un homme a sauvé la capitale de l'URSS, qui semblait perdue.

Lire aussi : Efficace et cruel: comment est né Smerch, le contre-espionnage militaire de Staline

Au Japon

Richard Sorge était né pour devenir un agent du renseignement. Intelligent, séducteur et élégant, il avait un don pour se faire des connaissances utiles, qu’il exploitait habilement pour soutirer des informations vitales.

À l'âge de 29 ans, le jeune communiste allemand Richard Sorge s'est installé en Union soviétique, où il a rapidement été recruté par les services de renseignement soviétiques.

En 1933, Sorge fut envoyé au Japon, où il se fit passer avec succès pour un journaliste allemand. Toute sa vie future fut liée à ce pays par la suite, et c'est là aussi qu’elle prit fin.

Ses manières fines et amicales permettaient à Richard Sorge de se nouer facilement d’amitié. L'un de ses contacts les plus importants était l'ambassadeur d'Allemagne au Japon, le colonel Eugen Ott, qui avait accès à tous les secrets de l'Allemagne nazie.

Lire aussi : Orchestre rouge : un réseau d’informateurs soviétiques dans l’Allemagne nazie

Ott avait une entière confiance en Sorge et était en fait la principale source d'informations de l'officier du renseignement soviétique. Ott partageait souvent des informations et demandait conseil à Sorge, pensant que Richard Sorge travaillait pour les services de renseignement allemands, sans avoir la moindre de qui était le véritable employeur de Sorge...

L’autre source principale de Richard Sorge était le journaliste japonais Hotsumi Ozaki. Conseiller du Premier ministre Fumimaro Konoe, c’était un communiste dévoué et un agent de Sorge, qui avait accès aux plus hauts rangs du Japon impérial.

Les soupçons de Staline

Malgré les informations extrêmement importantes et utiles que Sorge envoyait à Moscou, les dirigeants soviétiques se méfiaient grandement de leur homme au Japon. Allemand, passionné par les femmes et l'alcool, comptant parmi ses amis le ministre nazi des Affaires étrangères, Joachim von Ribbentrop, Sorge était considéré par les Soviétiques comme un agent double.

Pourtant, obtenir un réseau d'espions dans un pays aussi fermé que le Japon n'était pas chose facile, et les dirigeants soviétiques n'avaient d'autre choix que de garder Richard Sorge comme source principale au pays du soleil levant.

Au cours des répressions de la fin des années 1930 en URSS, connues sous le nom de Grande purge, le renseignement soviétique fut littéralement décapité et tous ses dirigeants exécutés, y compris les proches collègues et amis de Sorge. Lui-même a été convoqué à Moscou pour des « conversations ».

Lire aussi : Trois espions soviétiques fictifs basés sur des héros bien réels

Craignant pour sa vie, Richard Sorge refusa d'y aller, affirmant qu'il avait trop de travail au Japon. Cela rendit Staline fou de rage et encore plus méfiant envers « cet Allemand ».

Ces soupçons ont persisté malgré le fait que les rapports de Sorge ont considérablement aidé les troupes soviétiques à préparer et à vaincre les Japonais lors des batailles du lac Khassan (1938) et de Khalkhin Gol (1939).

Bien qu’il se trouvât à des milliers de kilomètres de l’Europe, Richard Sorge entretenait d’excellentes relations avec les hauts fonctionnaires allemands et japonais et était parfois mieux informé de ce qui se passait en Allemagne que d’autres agents du renseignement soviétique en Europe.

À de nombreuses reprises, Richard Sorge avertit ses chefs des plans allemands d'attaque de l'Union soviétique à la fin du mois de juin 1941. Ces informations furent toutefois ignorées.

Lors de son interrogatoire, lorsque Sorge a été arrêté par les Japonais, il a déclaré : « Certains jours, j'ai envoyé trois ou quatre messages chiffrés à Moscou, mais il semble que personne ne m'ait cru ».

Lire aussi : Amour d'Einstein, agent de Staline: comment une Russe a conquis le plus grand esprit du monde

Sauver Moscou

L'attitude envers Sorge a complètement changé après le lancement de l'opération Barbarossa, qui a confirmé ses propos. Richard Sorge a finalement gagné la confiance de Staline.

Le 14 septembre 1941, Sorge a peut-être envoyé le message le plus important de sa vie. « Selon ma source, les dirigeants japonais ont décidé de ne pas lancer d’hostilités contre l'Union soviétique cette année ».

Cette fois, les paroles de Richard Sorge ont été prises au sérieux. On pense que ce message a finalement convaincu Staline d'ordonner le redéploiement de plus d'une douzaine de divisions fraîches et bien entraînées de l'Extrême-Orient pour la défense de Moscou, où elles ont changé la situation sur le terrain.

Le 5 décembre, les troupes soviétiques renforcées ont entamé la contre-offensive et repoussèrent les Allemands de la capitale soviétique. La Wehrmacht a subi sa première défaite grave dans la guerre.

Arrestation et oubli

En octobre 1941, Richard Sorge et tout son groupe ont été arrêtés par les Japonais. Au début, les Allemands n'ont pu croire que cet homme, proclamé meilleur journaliste allemand cette année-là, était un espion soviétique.

Après la confirmation du fait que Sorge était au service du renseignement soviétique, les Japonais ont contacté à deux reprises les Soviétiques au sujet de son sort futur. Les deux fois, la partie soviétique a répondu de la même façon : « En Union soviétique, nous ne savons rien de Richard Sorge ».

Lire aussi : Le meilleur agent de Staline

Bien que la raison exacte pour laquelle les Soviétiques ont refusé l'échange de Sorge reste inconnue, on pense que Staline ne pouvait lui pardonner d’avoir reconnu qu’il travaillait pour l'URSS durant l’interrogatoire, ce qu'un officier du renseignement soviétique ne devait jamais faire.

Staline ayant abandonné son meilleur espion, Sorge était condamné. Dans une provocation envers les Russes, les Japonais l'ont pendu le 7 novembre 1944, soit pour le 27e anniversaire de la Révolution russe.

Pendant 20 ans, le nom de Richard Sorge a été oublié en Union soviétique. Mais aux États-Unis et en Europe, au contraire, son activité fut étudiée en détail. En 1964, Nikita Khrouchtchev visionna le film français Qui êtes-vous, M. Sorge? et fut choqué.

Lorsque Khrouchtchev découvrit que Richard Sorge était une personne réelle, il ordonna de rétablir le nom et la renommée de l'officier du renseignement soviétique. Sorge fut nommé à titre posthume Héros de l'Union soviétique.

Prenez en outre connaissance des quatre opérations les plus impressionnantes du maître-espion de Staline.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies