Le plus grand fiasco de l'histoire du renseignement soviétique

Scherl/Global Look Press, Getty Images
L’échec danois a obligé les Soviétiques à réorganiser complètement leurs services de renseignement, les propulsant ainsi parmi les plus efficaces du monde.

Fait étonnant, le plus grand échec du renseignement soviétique est lié non pas aux nazis, aux Américains ou aux Britanniques, mais aux Danois pacifiques et neutres. Ce fiasco est entré dans l'histoire sous le nom de « Conférence des résidents ».

Dans les années 1930, le petit Danemark neutre ne présentait aucun intérêt pour les services de renseignement soviétiques. Cependant, ce pays scandinave jouait un rôle important en tant que station de transfert d'informations de reconnaissance du Troisième Reich vers l'URSS.

Dans ce contexte, personne ne pouvait imaginer que les services de renseignement soviétiques auraient pu connaître un tel échec.

Amateurisme et espionnage

Pendant la Seconde Guerre mondiale et la guerre froide, les services de renseignement soviétiques constituaient une structure puissante et efficace, l'une des meilleures au monde. Mais dans les années 1920-1930, il s’agissait d’un service mal organisé constitué d’agents amateurs, connaissant mal les langues étrangères et n'ayant aucune expérience des travaux de reconnaissance.

Les échecs se succédaient. Pas une année ne passait sans qu’un pays européen n’arrêtât un agent soviétique ou n’expulsât un attaché militaire en le proclamant persona non grata.

Au Danemark également, ce manque de professionnalisme a joué un bien mauvais tour aux agents du renseignement soviétique. Le chef du réseau de renseignement illégal soviétique au Danemark, Alexandre Oulanovski, ainsi que d'autres responsables opérant dans les pays européens, ont reçu l'ordre strict de Moscou de ne pas recruter de communistes locaux.

>>> «Tu es un espion?» et autres questions ridicules que subissent les Russes à l'étranger

Dévoués à la cause, ils étaient sous surveillance permanente de la police locale. Oulanovski, cependant, a ignoré l'ordre, ce qui a rapidement conduit à une catastrophe.

Fiasco

En février 1935, la police de Copenhague s’est intéressé à l’assistant d’Oulanovski, l’Américain Geroge Mink, qui, encouragé par son chef, utilisait des communistes locaux pour des questions de renseignement.

Les policiers ont découvert que l'appartement de Mink était utilisé pour des réunions secrètes des espions soviétiques. C’était la deuxième erreur d’Alexandre Oulanovski. Ignorant toutes les règles en matière d’espionnage, il a fait d’un seul lieu le centre de toute la vie du renseignement soviétique au Danemark : c’est ici qu’arrivaient toutes les données secrètes en provenance d’Allemagne, que tous les officiers du renseignement se réunissant et que les agents étaient recrutés.

Le 20 février, la police a tendu une embuscade et arrêté Oulanovski, ainsi que trois agents des services du renseignement soviétique haut placés et dix agents étrangers (deux Américains, dont Mink, et huit citoyens danois). Ironie du sort, les officiers soviétiques n’étaient pas là ce jour-là.

Deux des officiers soviétiques, David Ouger et Max Maximov, opéraient avec succès en Allemagne depuis des années. Sur le chemin du retour en URSS, ils se sont arrêtés au Danemark pour rencontrer leur vieil ami, Oulanovski. L’espion soviétique hors-pair Artur Artouzov a commenté cet épisode : « Il semble très difficile d'éradiquer la tradition consistant à rendre visite à des amis, comme c’est d'usage dans notre pays d'origine ».

Conséquences

À la suite de la « Conférence des résidents », l'ensemble du réseau de renseignement danois a été démantelé. Les services de renseignement ont dû trouver de nouveaux canaux afin d’envoyer de la correspondance secrète d'Allemagne en URSS.

>>> Au-delà de la propagande: huit grands films montrant les deux côtés de la guerre froide

Quatre officiers de renseignement soviétiques expérimentés (Oulanovski, Ouger, Maximov et Lvovitch) ont été compromis et ne pouvaient plus être utilisés pour des missions à l'étranger. « Le moment le plus caractéristique dans cette affaire est que nos agents, qui travaillaient avec brio dans l'Allemagne fasciste, ont ignoré les règles élémentaires de l'espionnage après être arrivés dans un pays "neutre" », a écrit Artouzov.

Les services de renseignement soviétique n'étant pas hostiles au Danemark, les autorités danoises ont décidé de ne pas réagir trop violement. Après plusieurs mois de détention, les espions arrêtés ont été renvoyés en URSS.

Les dirigeants soviétiques étaient scandalisés par cet échec. Jānis Bērziņš, créateur et directeur du renseignement militaire soviétique, a été démis de ses fonctions. Kliment Vorochilov, commissaire du peuple à la Défense, a qualifié les services de renseignement soviétiques de « boiteux à quatre pattes ».

Néanmoins, les bonnes conclusions ont été tirées. Le système de renseignement a été complètement réorganisé et, pour la première fois en Union soviétique, une formation professionnelle a été mise en place pour les agents du renseignement. C'était d'une importance vitale, car la Seconde Guerre mondiale était sur le point d’éclater…

Vous pensez tout connaître des services de sécurité russes et soviétiques ? Vérifions donc cela par le biais d'un test, que vous trouverez en suivant ce lien.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies