Chauve-chevelu-chauve: la secrète «règle de succession» des dirigeants de Russie

Getty Images, AFP, Dmitry Donskoi/Sputnik
Une coïncidence historique! Cette règle n'a jamais été officielle, et pourtant il n'y a eu strictement aucune exception depuis bientôt deux siècles.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Il s’agit d’une vieille plaisanterie politique russe devenue phénomène. Les dirigeants russes se sont tous succédés selon un schéma simple et étrange : un dirigeant chauve a toujours laissé sa place à un individu à la chevelure plus garnie, et vice versa.

Nicholas Ier et Alexander II

Ce schéma a commencé après l'ascension au trône de Nicolas Ier en 1825 : il était légèrement chauve et son fils, le futur empereur Alexandre II, était parfaitement chevelu. Or, le successeur d'Alexandre, son fils Alexandre III, était quant à lui dépourvu de pilosité crânienne, tandis que son successeur, Nicolas II, n’en manquait pas !

Coincé entre un tsar et un bolchevik  

Lorsque l'Empire russe s'est effondré, une nouvelle lignée de dirigeants soviétiques a émergé ; mais même entre les deux, l'étrange tendance s'est maintenue, quelle que soit la façon dont on l’analyse. Cette pure coïncidence s'est répétée tant de fois qu'elle est devenue une sorte de règle jusqu’à aujourd’hui.

Alexandre III et Nicholas II

Nicolas a été le dernier tsar (et avait une tête pleine de cheveux), tandis que Lénine a été le premier chef bolchévique (et était chauve). Mais même si l'on prend tous les dirigeants officiels de transition entre les deux, le schéma se poursuit également.

Gueorgui Lvov et Alexandre Kerenski

>>> Qui a gouverné la Russie le plus longtemps?

Nicolas II a en effet abdiqué du trône en faveur de son frère, le grand-duc Michel Alexandrovitch. Mais par son dernier ordre, Nicolas avait nommé le prince Gueorgui Lvov à la tête du gouvernement provisoire, c’est-à-dire, officiellement au poste de chef de l'État. Lvov, âgé de 55 ans à l'époque, était fortement dégarni. En juillet 1917, ce dernier a quitté le gouvernement, et Alexandre Kerenski (un chevelu) est devenu Premier ministre.

Grand-duc Cyrille Vladimirovitch

Michel, qui a reçu le trône de son frère, était chauve. Le lendemain de l'abdication, le 3 mars 1917, Michel a toutefois officiellement refusé d’occuper la fonction de tsar et a transmis le pouvoir au Gouvernement provisoire. Néanmoins, la seule personne à s’être déclarée empereur de Russie après 1917 est le grand-duc Cyrille Vladimirovitch, cousin de Nicolas II. Le 31 août 1924, il a pris le titre d'Empereur de toutes les Russies, et ce, avec une tête couverte de cheveux.

La « règle de la tête » à l'époque soviétique

Vladimir Lénine et Joseph Staline

Pendant la période soviétique post-Lénine, le schéma est aussi étrangement vrai pour les secrétaires généraux du Comité central du Parti communiste de l’URSS – les véritables dirigeants de l'État soviétique. Le premier a été Joseph Staline qui, contrairement à son prédécesseur, avait encore un crâne bien garni.

Lavrenti Beria et Gueorgui Malenkov

Après la mort de Staline en mars 1953, il n'a laissé aucun successeur officiel. Immédiatement après son décès, Lavrenti Beria, le chef du NKVD, apparaissait comme le personnage le plus puissant de la nation. Or, il était chauve. Le 26 juin 1953, Beria a été arrêté, puis jugé et exécuté, tandis que le chevelu Gueorgui Malenkov a pris le pouvoir pour une courte période. En septembre de cette même année, Nikita Khrouchtchev a été élu secrétaire général du Comité central et, sans surprise, il était chauve.

Nikita Khrouchtchev et Leonid Brejnev

Puis, bizarrement, la coïncidence a continué : Leonid Brejnev avait des cheveux, et Iouri Andropov en était démuni. Konstantin Tchernenko avait une soyeuse chevelure, et Mikhaïl Gorbatchev n’en avait pas.

>>> Pourquoi le corps de Staline a-t-il été retiré du Mausolée sur la place Rouge?

L'ère post-soviétique

Mikhaïl Gorbatchev et Boris Eltsine

Même à l'époque tumultueuse ayant précédé la chute de l’URSS, ce schéma a encore étonnamment été respecté ! Lorsqu'en août 1991, Mikhaïl Gorbatchev a été destitué du poste de président de l'URSS, il a été remplacé par Guennadi Ianaïev (un chevelu). Après le 21 août 1991, le chauve Gorbatchev est revenu au pouvoir, mais en décembre 1991, l'URSS a été dissoute, et Boris Eltsine, avec sa célèbre houppe couleur gris fer, est devenu le premier président de Russie.

Guennadi Ianaïev et Viktor Tchernomyrdine

En 1996, Eltsine a quitté son poste pour une unique journée, du 5 au 6 novembre, devant subir une opération cardiaque. Par ordre spécial, il a donc nommé Viktor Tchernomyrdine, alors chef du gouvernement, comme président par intérim, et ce, évidemment parce qu’il était chauve ! Le lendemain, Eltsine s’est réveillé après une opération réussie et a pleinement repris ses fonctions présidentielles, sans perdre un seul cheveu.

Vladimir Poutine, qui a été élu président après Eltsine, était déjà fortement dégarni à ce moment-là. En 2008-2012, Dmitri Medvedev (qui lui peut se vanter de posséder une abondante crinière) a occupé le poste de président, avant que ne soit réélu Poutine, celui-ci n’étant évidemment pas soudainement devenu plus chevelu, bien au contraire.

>>> Photos de classe: à quoi ressemblaient les dirigeants russes et soviétiques durant leur scolarité?

Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev

Comme vous pouvez le voir, depuis 1825, il n'y a par conséquent pas eu une seule exception à cette étrange règle ! La probabilité mathématique qu'un tel schéma se produise pour plus de 13 successions (depuis le règne de Nicolas Ier et jusqu'à l'actuel mandat présidentiel de Vladimir Poutine) est inférieure à 0,00025. Personne ne sait qui a réellement révélé ce phénomène, mais cette théorie a gagné de l’ampleur vers les années 1970-1980.

Dans cet autre article, nous vous expliquons quels titres ont porté tous les dirigeants de Russie depuis l’apparition de ce pays.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies