Photos de classe: à quoi ressemblaient les dirigeants russes et soviétiques durant leur scolarité?

Viktor Koshevoi/TASS ; Global Look Press
Vladimir Poutine a un jour déclaré qu’il était «un hooligan, pas un pionnier [scout soviétique]», tandis que le premier président russe, Boris Eltsine, a perdu deux doigts en faisant le pitre durant ses jeunes années.

Nicolas II, dernier tsar de Russie (1894-1917)

Nicolas Romanov est né en 1868 à Tsarskoïé Selo, près de Saint-Pétersbourg. En tant que futur souverain, il a reçu une brillante éducation à domicile grâce aux meilleurs enseignants de l’Empire. Il a ainsi étudié durant huit ans et ses cours étaient similaires à ceux d’un gymnase habituel (nom des écoles en Russie), avec toutefois plus de cours d’histoire de la politique, de littérature russe, de géographie et de langues européennes modernes. Nicolas pouvait ainsi se targuer de maîtriser l’anglais et le français, de se débrouiller en allemand et en danois, et d’apprécier lire des ouvrages historiques dans diverses langues étrangères. Un jour, il a d’ailleurs confié que s’il n’avait pas été destiné à régner, il se serait consacré à des études historiques. Ses professeurs disaient de lui qu’il était précis et attentif durant ses leçons.

Vladimir Lénine, dirigeant de la République socialiste fédérative soviétique de Russie (1917-1924)

Lénine (son véritable nom était Oulianov) est né à Simbirsk (aujourd’hui appelée Oulianovsk) en 1870 et a étudié dans un gymnase local. Il n’aimait pas l’école, la décrivant comme bureaucratique. « Cela forçait les gens à apprendre un tas de choses inutiles, non nécessaires, de la connaissance morte, qui remplissaient le crâne … », a-t-il même déclaré. Dans les gymnases impériaux, les enfants étudiaient en effet les langues anciennes telles que le latin et le grec, ainsi que la religion.

Lire aussi : Quiz: ces citations des dirigeants russes et américains sont-elles véridiques?

Toutefois, il était un élève sérieux et a achevé sa scolarité récompensé d’une médaille d’or, la plus haute distinction pour un écolier.

Joseph Staline, dirigeant de l’Union soviétique (1924-1953)

La mère de Joseph Djougachvili souhaitait qu’il devienne prêtre orthodoxe. En 1888, il a ainsi fait son entrée à l’école religieuse de Gori, en actuelle Géorgie, alors qu’il était âgé de 10 ans. Six années plus tard, il a intégré le séminaire spirituel de Tiflis (Tbilissi), où il a rencontré des partisans du marxisme ayant été expulsés vers le Caucase. Ses professeurs ont témoigné que Staline recevait de très bonnes notes en mathématiques, en théologie, ainsi qu’en grec. De plus, il appréciait les poésies russes et géorgiennes et tentait lui-même d’écrire des vers. Néanmoins, il a finalement été renvoyé en raison d’une absence à un examen. Les historiens avancent cependant que ce renvoi a été motivé par ses penchants révolutionnaires.

Mikhaïl Gorbatchev, président de l’Union soviétique (1990-1991)

Les années d’école du premier président soviétique se sont déroulées durant la guerre. Issu d’une famille de paysans, Gorbatchev est en effet né en 1932 dans la région de Stavropol. Durant le conflit, leur district s’est retrouvé sous occupation nazie jusqu’en 1943. Dès l’âge de 13 ans, Mikhaïl a combiné ses études dans une école locale et son travail dans une ferme collective, où il assistait son père en tant que conducteur de moissonneuse-batteuse. Pour son labeur, il a d’ailleurs été décoré de l’Ordre du Drapeau rouge du Travail. Lorsqu’il est sorti diplômé du gymnase, il a également reçu une médaille d’argent.

Lire aussi : À quoi ressemblent les leaders russes et soviétiques sur leurs pièces d’identité?

Boris Eltsine, premier président de la Fédération de Russie (1991-1999)

Comme Eltsine l’a indiqué dans ses mémoires, il est né en 1931 dans la région de Sverdlovsk (actuelle Ekaterinbourg), dans une famille de paysans dépossédés. Il a cependant achevé sa scolarité dans une école de la région de Perm. Il était le délégué de la classe, mais avait quelques problèmes de discipline. Un jour, il a même été renvoyé et forcé de poursuivre ses études dans un autre district. Durant son adolescence, lui et ses amis ont par ailleurs trouvé une grenade et ont tenté de la déclencher. L’arme a explosé, entrainant la perte de deux doigts de la main gauche d’Eltsine. En raison de cet accident, il a été jugé inapte au service militaire.

Dmitri Medvedev, président de la Fédération de Russie (2008-2012)

Medvedev a passé sa jeunesse à Leningrad (actuelle Saint-Pétersbourg) et a étudié dans une école ordinaire. Ses instituteurs ont mentionné qu’il était particulièrement intéressé par la chimie et qu’ils le voyaient rarement jouer avec ses camarades dans la cour. À noter qu’il a rencontré sa femme Svetlana en 7ème classe (13 ans) et qu’ils sont toujours ensemble ! De plus, Dmitri a gardé contact avec ses professeurs.

Lire aussi : «Ne jamais se coucher sobre»: ces grands dirigeants russes qui abusaient de l'alcool

Vladimir Poutine, président de la Fédération de Russie (1999-2008 ; depuis 2012)

Vladimir Poutine a lui aussi étudié dans un gymnase de Leningrad et en est sorti diplômé avec une majeure en chimie. Comme il l’a lui-même avoué, il était alors « un hooligan, et non pas un pionnier [équivalent soviétique des scouts] », était souvent en retard et ne nourrissait pas de réel intérêt pour l’apprentissage. Mais après la 6ème classe (12 ans), il s’est néanmoins mis à travailler dur, s’est pris de passion pour le sport (le judo étant son favori), et a même été accepté au sein des pionniers.

Dans cette autre publication, découvrez les dirigeants russo-soviétiques comme vous ne les aviez jamais vus auparavant.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies