Comment l'URSS a vaincu une épidémie de variole en 19 jours

Getty Images, Mikhail Grachev/МАММ/МDF, Archives
Les services de sécurité et sanitaires de la capitale ont mis un peu plus de deux semaines pour empêcher le virus mortel de s'échapper au-delà de Moscou et de se propager à toute l'Union soviétique.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le 23 décembre 1959, un homme descend d'un avion ayant atterri à Moscou en provenance de Delhi, faisant planer un grave danger sur la capitale de l'URSS. L'artiste Alexeï Kokorekine n'aurait jamais pu imaginer qu'il venait de rapporter la variole d'Inde.

La variola vera, variole naturelle ou « noire » en russe, était l'une des pires maladies de l'humanité. Elle a décimé la population de villages, de villes et même de pays entiers. Au VIIIe siècle, 30% de la population du Japon en est morte, au XVIe siècle, des millions d'indigènes américains ont reçu le virus des conquistadors.

 Alexeï Kokorekine

L’Union soviétique a longtemps et obstinément combattu la variole. Si en 1919 le nombre de cas était estimé dans le pays à 186 000 personnes, en 1936 il n'y en avait plus aucun. 23 ans plus tard, la dangereuse maladie que tout le monde avait oubliée a toutefois fait son grand retour.

>>> Covid-19: le médecin-chef d'un hôpital spécialisé de Moscou répond aux questions 

Patient zéro

À son arrivée, Kokorekine n'a ressenti qu'un petit rhume qui, dans les conditions du gel de décembre, ne lui a pas paru étrange. Mais le même jour dans la soirée, sa température a augmenté, une forte toux a commencé et une douleur aiguë s'est propagée dans son corps.

Le médecin de la clinique vers laquelle il s'est tourné le lendemain a établi un diagnostic habituel - grippe. Cependant, les médicaments prescrits n'ont pas aidé. Une éruption cutanée est apparue dans tout le corps du patient, que les médecins ont pris pour de l’allergie. Seule une jeune femme médecin, ayant appris d'où venait l'artiste, a prudemment exprimé ses soupçons sur la variole ; elle a cependant été immédiatement ridiculisée par les professeurs.

Le 29 décembre, après quelques jours dans le service général avec des patients atteints de la grippe, Alexeï Kokorekine est décédé. Les médecins n'ont pas pu résoudre l'énigme consistant à savoir ce qui avait pu terrasser aussi vite l’organisme robuste d'un homme de cinquante-trois ans. Rapidement, les préparatifs du Nouvel an ont relégué aux oubliettes cet événement tragique.

Début d’épidémie

Cependant, la mort de Kokorekine n’a pas mis fin à l’affaire. Durant la deuxième semaine de la nouvelle année 1960, plusieurs patients de l'hôpital ont présenté les mêmes symptômes : fièvre, toux, éruption cutanée.

Il n'était plus possible de prendre de risques. Des spécialistes de l'Institut de recherche sur les vaccins et les sérums se sont joints aux études. Leur conclusion était choquante : la variole était arrivée à Moscou.

Il s'est avéré qu'Alexeï Kokorekine, lors de son voyage en Inde, était présent lors de la cérémonie d’incinération d’un brahmane décédé, et a même touché ses affaires. C’est là que le « patient zéro » a contracté une maladie mortelle.

Mesures sans précédent

Le 15 janvier, des informations faisant état d’une épidémie de variole ont atteint le sommet du pouvoir, ce qui a immédiatement mobilisé toutes les forces des hôpitaux de Moscou, des cliniques, des services de police et du KGB. Une « traque » 24 heures sur 24 a été lancée pour trouver les porteurs potentiels du dangereux virus.

L'hôpital Botkine

Les personnes que Kokorekine avait rencontrées et avec lesquelles il avait parlé, les gens avec qui ses proches avaient communiqué ou qui avaient reçu ses cadeaux en provenance d'Inde ont été placés en quarantaine. Ainsi, 150 étudiants de l'université où étudiait sa fille Valeria ont été emmenés directement dans les hôpitaux après qu’on était venu les chercher en plein cours.

Des contacts principaux, les experts sont remontés aux contacts secondaires et ainsi de suite, jusqu'à ce que toute la chaîne ait été reconstituée. Des personnes ont été extraites des trains, et des avions avec des personnes potentiellement malades ont été contraints de faire demi-tour.

9 342 personnes ont été placées en quarantaine. L'hôpital Botkine, où le patient zéro avait passé ses derniers jours, a été isolé. Comme la literie des milliers de médecins et de patients enfermés n'était pas suffisante, un décret spécial a permis d’utiliser la réserve d'État.

>>> La Russie ferme ses frontières face au coronavirus. Que cela signifie-t-il dans la pratique?

Liquidation de la menace

La mesure décisive dans la lutte contre la variole a été la vaccination universelle de tous les habitants de Moscou et de sa région - adultes, enfants et même mourants. Littéralement en une semaine, plus de 9 millions et demi de personnes ont été vaccinées - un cas sans précédent dans l'histoire.

Pour la procédure, des médecins de toutes spécialités ont été mobilisés : des paramédicaux aux étudiants des universités de médecine. « C'était héroïque », explique la virologiste et docteur en médecine Svetlana Marennikova : « Les épidémiologistes travaillaient du matin au soir »

Au total, la dangereuse maladie a été découverte à Moscou chez 45 personnes, dont trois sont décédées. Au 3 février, il n'y avait aucun patient atteint de variole en URSS. Le travail très bien coordonné des forces de l’ordre et des services médicaux de Moscou, qui avait été lancé à temps, a permis d’arrêter le virus mortel en seulement 19 jours.

Dans cet autre article, découvrez les confessions du pionnier du changement de sexe en URSS 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies