À quoi ressemblaient les mariages en Union soviétique?

Boris Kavashkin/Sputnik
Tout au long de l’histoire soviétique, les coutumes liées au mariage ont subi des changements. Néanmoins, un couple typique rencontrait toujours de nombreux attributs classiques de la culture soviétique lors du grand jour : un portrait de Vladimir Lénine dans un ZAGS (état-civil), des « témoins », une rançon pour la mariée et une myriade d'autres détails et traditions.

Scène de mariage du film La Porte Pokrovski de Mikhaïl Kazakov, 1983

La fête commence

Comme l’URSS était un État athée, la plupart des rituels de mariage russes vieux de plusieurs siècles étaient mélangés avec des traditions soviétiques laïques nouvellement créées, qui les remplaçaient peu à peu. À partir des années 1960, les traditions du mariage ont été consolidées en un ensemble de rituels que la plupart des familles voulaient suivre. Un jour de mariage soviétique typique, par exemple, commençait quand le marié et son « témoin » civil passaient chercher la mariée chez elle dans un taxi décoré ou une voiture privée.

Parfois, les proches du couple et des amis décoraient la voiture de manière plus extravagante, en plaçant une poupée en robe de mariée (généralement la poupée avait appartenu à la mariée dans son enfance) sur le capot de la voiture.

Andreï, le témoin de la photo ci-dessous, explique que dès que la famille ou les voisins de la mariée apercevaient la voiture décorée, ils formaient toutes sortes d'obstacles pour ne pas laisser le marié s'approcher de sa dulcinée. Afin de se débarrasser de ces obstacles, le marié devait payer une « rançon » en distribuant des bouteilles de champagne ou en chantant des chansons à tous ceux qui l’arrêtaient.

>>> Pourquoi les Russes portent leur alliance à la main droite?

Le ZAGS

Après la révolution communiste, l’Église a cessé d’organiser les mariages. Au lieu de cela, une nouvelle institution appelée ZAGS (ЗАГС) - le département de l’état-civil - est apparue dans le but d'enregistrer les nouvelles familles. Le processus consistant à devenir mari et femme est devenu rapide et formel. Deux témoins (essentiellement l'équivalent d'un homme d'honneur et d'une demoiselle d'honneur) étaient une nouvelle exigence à chaque enregistrement de mariage. Les témoins civils signaient des papiers avec le mari et la femme, confirmant l'acte de mariage.

Andreï se souvient qu'être témoin était un privilège - ils étaient traités comme le couple d'honneur principal après les jeunes mariés. Lors de la plupart des mariages, ils devraient porter des rubans rouges sur la poitrine pour montrer l'importance de leur rôle.

Comme toujours, la présence de l'idéologie communiste-socialiste imprégnait la vie quotidienne. Dans presque tous les ZAGS soviétiques, les jeunes couples et leurs invités étaient accueillis par un buste de Lénine – ou au moins son portrait.

Excursion

Après votre l’enregistrement au ZAGS, les jeunes mariés et leurs témoins allaient prendre des photos des monuments de la ville pour les archives familiales. Parmi les monuments les plus populaires de chaque ville soviétique figuraient les mémoriaux de la Seconde Guerre mondiale, où les gens allaient placer des fleurs.

Une mariée, un marié et leurs témoins déposent des fleurs à côté de la flamme éternelle dédiée aux guerriers soviétiques de la Seconde Guerre mondiale.

Vera, le témoin (demoiselle d'honneur) sur la photo ci-dessus, note que, bien sûr, ce n'était pas obligatoire. Cependant, beaucoup de gens pensaient simplement que c'était une bonne chose, car pratiquement toutes les familles russes avaient perdu des proches pendant la guerre.

L’homme à l’accordéon

Si le couple de mariage désirait continuer les festivités après l’enregistrement à l’état-civil et la promenade, tout le monde se réunissait dans un restaurant ou dans l’appartement de la mariée ou du marié. Vera se souvient qu'un homme avec un accordéon était un élément presque omniprésent lors de tout mariage soviétique. Bien que le service du musicien ne fût jamais bon marché, il divertissait toujours les invités.

En l’absence de joueur d'accordéon, les gens choisissaient souvent d'organiser des mariages dans des restaurants avec un groupe de musique. La scène culminante du mariage dans le film la Parentèle de Nikita Mikhalkov (1982) en est un excellent exemple.

>>> Les plus fastueux mariages impériaux de Russie au travers de sublimes images

Cadeaux de mariage : du linge au logement

Irina, la mariée de la photo ci-dessous, se souvient : « Parmi les cadeaux typiques, il y avait tous les articles nécessaires pour une jeune famille, tels que la literie, les services à thé, un réveil ou des plantes. La plupart des invités, cependant, donnaient de l'argent, car à part ces cadeaux, il n'y avait pas grand-chose d'autre dans les magasins. Je me souviens, nous avons dépensé presque tout l'argent offert par mes amis pour le joueur d'accordéon. Fait intéressant, la mère de mon mari a invité des dizaines de ses collègues, que nous ne connaissions pas vraiment, mais qui ont apporté des plats de luxe rares pour la table, tels que du caviar, du saumon ou de la viande séchée ».

Le plus luxueux cadeaux, cependant, provenaient souvent de l’État soviétique lui-même. Parfois, quand deux jeunes spécialistes prometteurs se mariaient, ils étaient soutenus pour obtenir une chambre dans un dortoir, un appartement commun, ou même un appartement privé.

Le premier jour du mariage débordait généralement sur une deuxième journée de célébration réunissant un petit cercle d'amis et de parents. Ensuite, à la fin du deuxième jour, les jeunes mariés partaient en voyage de noces - soigneusement organisé et acheté par leurs parents - ou retournaient à leur routine de travail quotidienne, continuant à lutter pour la prospérité de l'État soviétique.

Dans cet autre article, découvrez quel budget prévoir pour un mariage dans la Russie d'aujourd'hui.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies