Utopie volante: pourquoi l'avion de propagande géant Maxime Gorki a subi un fiasco

Domaine public
Un sort tragique a frappé non seulement l'avion géant Maxime Gorki, fierté de l'aviation soviétique, mais aussi toute cette série d’appareils, ainsi que les personnes impliquées dans sa création.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Avion XXL

« La construction d'un avion-agitateur géant doit constituer la base de la mise à jour et de la reconstruction des méthodes de l’ensemble de notre travail de propagande et de politique des masses, en appliquant le haut niveau technique que notre pays est en train d’obtenir... », écrivait le journaliste Mikhaïl Koltsov en 1932. Bénéficiant du soutien personnel de Staline, Koltsov est devenu l'inspirateur idéologique du projet du plus grand avion du monde à cette époque.

Voué à devenir la fierté de l'industrie aéronautique soviétique, cet avion aux dimensions hors-normes pour l’époque a été conçu comme le vaisseau amiral des avions de propagande soviétiques, un maillon clé de la promotion du communisme. Selon le plan, il devait être équipé d'une station de radio, d’un puissant émetteur appelé « la voix du ciel », d'une rédaction et même d'une imprimerie capable de produire des milliers de tracts. Son projecteur devait permettre de diffuser des films directement sur les nuages, ainsi que de projeter des slogans lumineux sur un écran de fumée qu’il émettait.

>>> Les dix meilleurs avions civils soviétiques et russes

L'avion géant était une sorte de cadeau symbolique pour l'un des écrivains soviétiques les plus éminents, Maxime Gorki, qui avait célébré le 40e anniversaire de son activité créatrice cette année-là. En 1934, l’ANT-20 baptisé en son honneur a effectué son premier vol.

Palais volant

Pour les années 1930, la taille de l'avion était impressionnante. Développé par le designer Andreï Toupolev sur la base du bombardier TB-4, l'ANT-20 mesurait 33 mètres de long avec une envergure de 63 mètres, soit 15 mètres de plus que le plus gros avion de l'époque - l’hydravion allemand Dornier Do X.

L'avion était équipé de huit moteurs à pistons M-34FRN de 900 chevaux. Il était initialement prévu d'installer six moteurs, mais ils n'étaient pas suffisants pour le géant de trente tonnes.

Possédant une vitesse assez modeste (220 km/h au maximum), l'ANT-20 se distinguait par un haut niveau de confort, assez atypique pour l'aviation soviétique des années 1930. Jusqu'à 48 passagers pouvaient être hébergés sur une superficie de 100 mètres carrés. À l'intérieur, ils étaient accueillis par des fauteuils spacieux, des tapis, des tables avec des lampes et des fenêtres ornées de rideaux.

Après s'être détendus dans les cabines équipées de lits, les invités se rendaient au buffet électrifié, où les attendaient des collations froides et chaudes, puis allaient à la bibliothèque. De plus, pour le confort des passagers et de l'équipage, il y avait à bord des toilettes, des lavabos, un stock de provisions et un compartiment à bagages.

>>> Les cinq meilleurs avions du bureau de conception russe Tupolev

Arme de propagande

Le Maxime Gorki pouvait servir d'avion de transport ou de passagers, de bombardier, de quartier général aérien pour le commandement militaire ou d’appareil chargé de transporter les dirigeants du pays. Le but principal de l'ANT-20, cependant, était la propagande.

Les créateurs ont pu réaliser presque toutes les idées exprimées par Mikhaïl Koltsov. L'avion était équipé d'une station, téléphonique automatique à 16 numéros pour la communication entre ses différents locaux. Un système de courrier pneumatique permettait au commandant de bord d'échanger des messages avec l'opérateur radio et les journalistes de propagande se trouvant dans l’appareil.

L'ANT-20 était équipé d'un haut-parleur puissant, d'un laboratoire photographique et d'une imprimerie qui, grâce à une centrale électrique, pouvait imprimer jusqu'à 10 000 brochures par heure.

Cependant, l'idée de projeter des films directement sur les nuages ​​en vol s'est avérée techniquement irréalisable. Par conséquent, il a été décidé d'organiser des projections de films directement sur les aérodromes.

>>> Les cinq meilleurs avions du bureau de conception russe Yakovlev

Le crash

Malheureusement, la vie de l'avion de propagande géant a été de courte durée. Il n'a réussi à réaliser que quelques vols couronnés de succès. Antoine de Saint-Exupéry, qui a passé plusieurs jours à Moscou, a participé à l’un d’eux.

Au printemps 1935, l’ANT-20 s’apprêtait être remis au détachement de propagande aérienne Gorki. Pour célébrer cet événement, le 18 mai, un vol solennel au-dessus de Moscou a été organisé.

L'avion a pris son envol avec 38 personnes à bord : des employés de l'usine qui avait créé le géant, ainsi que des membres de leur famille, dont sept enfants. Un avion R-5 et un chasseur I-5 étaient chargés de l’accompagner afin de souligner devant le public les dimensions gigantesques du Maxime Gorki.

Durant le vol, le pilote de l'I-5 Nikolaï Blaguine a commencé à effectuer des acrobaties aériennes près de l'ANT-20. Cherchant à faire un looping autour du géant, il a perdu le contrôle. Après avoir plané au point le plus élevé, le chasseur, en perte de vitesse, s'est écrasé sur le Maxime Gorki évoluant en dessous de lui, percutant son aile droite.

Après avoir volé par inertie pendant 10 à 15 secondes supplémentaires, l'ANT-20, se décomposant dans les airs, s'est écrasé sur le village de maisons de campagne de Sokol. 49 personnes ont péri : 38 passagers et 11 membres d'équipage, ainsi que le pilote de l’I-5.

Comme l’a montré l'enquête du NKVD, une heure avant le crash, les représentants d’un studio de cinéma, V. Riajski et A. Poulline, sans la permission des responsables du vol, ont insisté pour que Blaguine effectue des acrobaties aériennes près de l’avion géant et ce afin d’obtenir de beaux clichés. Tous deux ont été poursuivis en justice.

>>> Top 5 des plus emblématiques avions du constructeur russe Iliouchine

Malédiction?

L’accident du Maxime Gorki n'a pas conduit à la fermeture du projet. Il a été décidé de construire un nouvel exemplaire amélioré, l’ANT-20 bis, équipé de six moteurs M-34FRNV plus puissants (jusqu'à 1 200 chevaux).

Cependant, le sort du nouveau géant ne fut pas moins tragique. Après 272 heures de vol de transport de fret et de passagers, il s'est écrasé le 14 décembre 1942 en Ouzbékistan. 26 passagers et 10 membres d'équipage sont morts dans la tragédie.

En conséquence, le projet a été abandonné et ni l’ANT-20, ni l’ANT-20 bis n'ont jamais été produits en série.

Le « père » de l’aéronef-agitateur géant, Mikhaïl Koltsov, n’a pas survécu longtemps à sa création. Tombé en disgrâce aux yeux de Staline, il a été arrêté et fusillé le 2 février 1940 en tant que « participant au complot contre le Parti communiste d’URSS et le gouvernement soviétique ».

Pour en savoir plus sur les avions utilisés par les dirigeants russes et soviétiques, veuillez suivre ce lien.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies