De Staline à Poutine: dans quels avions volent les dirigeants russes?

Vladimir Rodionov/Sputnik
Parmi tous les dirigeants russes, Vladimir Poutine est le plus grand fan d'aviation. Outre l’Air Force One du Kremlin et les hélicoptères du gouvernement, il a piloté un deltaplane motorisé, des avions de combat et même un bombardier stratégique supersonique.

Stalineavait peur de voler. Il a pris l'avion deux fois dans sa vie lorsqu'il a fait un aller-retour à Bakou pour la conférence de Téhéran. Fait remarquable, il a décliné tous lesavions soviétiques et a choisi le C-47 Douglas Skytrain de fabrication américaine.

Lors de sa première visite officielle aux États-Unis, Nikita Khrouchtchev a pris un avion géant Tu-114, un avion de ligne lourd basé sur le bombardier stratégique Tu-95. Après avoir atterri à la base d’Andrews, les Américains n’ont pas pu trouver d’escalier mobile suffisamment haut pour accueillir un tel avion. Khrouchtchev et la délégation soviétique ont été forcés de descendre sur une échelle de camion de pompiers.

L’avion préféré de Nikita Khrouchtchev était l’avion de ligne quadrimoteurs Il-18. Il aimait l'idée que même si deux moteurs tombaient en panne, l'avion en avait toujours deux supplémentaires. Il n'était apparemment pas au courant que la défaillance des deux moteurs d'un côté conduirait presque inévitablement à une catastrophe, même si les deux autres continuaient à fonctionner correctement.

Leonid Brejnev n’était pas un grand fan d’aviation, mais n’a jamais refusé d’embarquer dans un appareil. Pendant les vols sur son Il-62M bien-aimé, le chef soviétique aimait jouer aux dominos. Aujourd'hui, ce type d'avion n'est plus utilisé pour le transport de passagers. Kim Jong-un est le seul chef d’État au monde à continuer à voler à bord de l’Il-62.

Un an avant son élection en tant que premier président de la Russie en 1991, Boris Eltsine aurait pu mourir dans une catastrophe aérienne. Lors d'une visite non officielle en Espagne, l'avion à six places dans lequel il se trouvait a atterri brutalement à l'aéroport de Barcelone, tombant littéralement sur la piste. Eltsine a été hospitalisé et a subi une opération chirurgicale à la colonne vertébrale.

Contrairement à Vladimir Poutine, qui aime les appareils aériens fabriqués en Russie, Dmitri Medvedev préfère les avions étrangers. Il vole activement en hélicoptère italien AugstaWestland AW 139, en avion français Dassault Falcon 7X et en Airbus Corporate Jet ACJ319.

Vladimir Poutine est le seul chef d’État russe (sinon mondial) à avoir testé presque tous les types de véhicules aériens. En 2000, par exemple, lors de la deuxième guerre de Tchétchénie, il avait piloté un chasseur Su-27 en tant que copilote de Krasnodar à Grozny, la capitale tchétchène.

En 2005, Vladimir Poutine a piloté un bombardier stratégique supersonique Tu-160. « C'est une expérience inoubliable ! Tout se passait comme dans un rêve », a noté le président russe.

Le président russe n'est pas étranger à des véhicules aériens aussi inhabituels que le deltaplane motorisé. Cependant, selon Poutine, les avions de combat sont beaucoup plus faciles à piloter.

Bien que Vladimir Poutine puisse choisir entre huit avions et deux hélicoptères, il opte généralement pour l'Il-96-300PU, équipé d'une salle à manger, de douches, de salles de repos pour les invités VIP et même d'une salle de sport.

Peut-être avez-vous déjà pris l’avion en compagnie de passagers russes, et avez donc remarqué qu’ils applaudissent souvent après l’atterrissage. Nous vous expliquons ici d’où vient cette curieuse tradition.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies