Terreur rouge: les légendes urbaines les plus terrifiantes de l'URSS

Reuters, Russia Beyond
Créatures ailées, morts mystérieuses et limousine à cornes roulant à tombeau ouvert dans les rues de Moscou: l’Union soviétique n'a jamais manqué d'histoires terrifiantes racontées le soir venu.

Russia Beyond désormais sur Telegram! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

L’histoire (et la littérature) russe regorge d’histoires qui méritent d’être racontées autour d’un feu de bois. Fantômes locaux, légendes slaves et multitude de personnages légendaires connus des russophiles… Une grande partie de cette richesse culturelle provient de siècles de folklore, mais vous trouverez de temps en temps de nouvelles histoires effrayantes inspirées par des événements modernes.

Nous parlons bien sûr de légendes urbaines. Et étant donné que l’Union soviétique, en tant que superpuissance montante, a connu une urbanisation massive (parfois même légèrement angoissante) sur son territoire, il n’est pas surprenant qu’une bonne frayeur ou deux se soient manifestées en cours de route. Nous avons rassemblé quelques-uns des exemples les plus intéressants – des histoires qui ne manqueront pas de vous réjouir… ou plutôt de vous faire frémir.

Lire aussi : Huit sujets à éviter avec les Russes 

Le puits de l'enfer

Les légendes les plus durables comportent toujours une dose de vérité – et c’est encore mieux si cela implique la science. C'est le cas de l'histoire d'une équipe de chercheurs et de géomètres qui se seraient rendus en Sibérie pour tester la présence de pétrole et d'autres ressources naturelles dans le terrain. Rien d’anormal ici, jusqu’à ce qu’un jour, une machine de forage se mette à fonctionner de façon très étrange.

Les compteurs de profondeur et de pression ont produit un ensemble de données absurdes, et la température émanant du trou a atteint environ 1 093°C. C’était un choc pour ces hommes de science qui savaient pertinemment que cela n’était tout simplement pas possible ; mais les bruits sourds provenant des tréfonds étaient encore plus angoissants. Se demandant s'ils indiquaient une activité tectonique quelconque, ils ont réuni un ensemble de micros et les ont descendus dans le trou.

Ce qui avait commencé comme un bruit erratique a laissé la place à un gémissement faible et, alors que les scientifiques se penchaient vers les haut-parleurs, les microphones ont commencé à capter des cris qui étaient sans le moindre doute humains. Des milliers, voire des millions de voix hurlant dans une douleur éternelle. Les scientifiques les plus proches des haut-parleurs sont devenus fous, et le projet entier a été annulé et classifié. L'expédition était venue pour chercher le pétrole, pas pour découvrir un puits menant en enfer.

Cette légende est très probablement basée sur le forage du puits de Kola, qui est actuellement le trou le plus profond du monde à plus de 12 000 mètres sous terre. Alors que le puits lui-même (situé près de la frontière avec la Finlande) a été creusé dans les années 70, l’histoire a atteint son apogée dans les années 90, lorsque la télévision évangélique américaine l’a repris comme un fait. C'est devenu un canular à part entière, accompagné d'enregistrements de cris humains tirés d'un film d'horreur italien.

La Volga noire

En règle générale, les légendes ont tendance à refléter les inquiétudes de l’époque. Dans les années 1960 et 1970, l'Union soviétique était à l’apogée de la guerre froide, les dirigeants du parti projetant une vision de la vie et de la prospérité différente de celle de l'Occident accusé de matérialisme. Les symboles de la décadence et du luxe, comme posséder sa propre voiture, étaient une source d’envie et d’angoisse. Il n’est donc pas surprenant que les gens aient commencé à murmurer qu’un véhicule démoniaque terrorisait les quartiers de Moscou.

La limousine noire en question était une Volga, célèbre marque soviétique, et on disait qu'elle filait à travers la ville à la recherche d'enfants à enlever. Des observations ont été signalées dans chaque quartier, mais personne n'a pu voir son chauffeur. Il y eut des rumeurs selon lesquelles la voiture aurait été conduite par un groupe de nonnes folles à lier, alors que d'autres disaient que le chauffeur était Satan lui-même. Finalement, les gens ont affirmé que les rétroviseurs de la Volga étaient en réalité des cornes.

La légende est intéressante car elle a permis à des angoisses spirituelles, voire superstitieuses, de faire surface dans un État athée - ce qui n’est pas sans rappeler le classique de Boulgakov Le Maître et Marguerite. Encore plus marquant, les voitures Volga noires n'étaient disponibles que pour les membres du parti et les représentants de l'élite soviétique. Le thème de la disparition prend donc une résonnance particulière dans ce contexte.

Légende urbaine: ces policiers-vengeurs qui auraient terrorisé la mafia russe dans les années 1990

Rideaux jaunes et noirs

Dans l’ancienne Union soviétique, où les acheteurs devaient généralement dépenser beaucoup d’argent pour rendre leur nouvel appartement habitable, la rénovation était un enfer. Il n’est donc peut-être pas surprenant que nombre de légendes effrayantes mettent en scène des meubles et des décorations d'intérieur. Si vous avez été un pionnier (l'équivalent russe des scouts), il y a de grandes chances que vous ayez entendu parler d'histoires de rideaux jaunes ou noirs…

Chaque ensemble de ces rideaux était sans le savoir mortel, mais ils avaient différentes façons de terrasser leurs victimes. Les rideaux noirs vous frôlaient doucement le cou si vous étiez seul dans la pièce. Un jour, une petite fille a affirmé les avoir remarqués et a pleuré pour appeler sa mère. Ennuyée par sa fille, la femme a promis de rester dans la chambre jusqu'à ce qu’elle s'endorme, prouvant ainsi qu'il n'y avait aucune raison d'avoir peur. Lorsque la petite fille s’est réveillée le lendemain matin, elle s’est aperçue que sa mère avait été étranglée dans la nuit…

La légende des rideaux jaunes est la suivante : ils avaient été achetés par une famille et installés dans la chambre des enfants. Une nuit, un petit garçon qui y vivait a entendu l'ordre de se réveiller, de se laver le visage, de prendre son petit-déjeuner et de regarder à l'extérieur pour voir un membre de sa famille décédé. Ce faisant, les rideaux l'ont attrapé et l'ont jeté par la fenêtre. La nuit suivante, la même chose est arrivée à sa sœur. La famille aurait recherché la femme qui leur avait vendu les rideaux et on lui aurait dit que le seul moyen de se libérer de la malédiction était de trouver un scalpel caché dans « l’étoile au-dessus du kremlin » et de l’utiliser pour couper les rideaux. Ils auraient demandé aux policiers locaux de le faire et auraient effectivement trouvé un scalpel à l'intérieur de l'étoile. Lorsqu'un officier a coupé les rideaux, ils ont explosé en morceaux et ont disparu avec le couteau…

Souvent, les deux histoires mettent en scène une grand-mère décédée bien avant le début de l'action. Naturellement, elle avait toujours détesté les rideaux d'une couleur donnée…

L'oiseau noir de Tchernobyl

La récente série télévisée à grand succès de HBO Tchernobyl a rappelé au public le désastre des décennies après l’accident nucléaire. Mais si la tension insoutenable de la série provenait de réalités scientifiques sous-jacentes à la crise, certains affirmaient depuis des années qu’un autre ensemble d’événements assez paranormaux se déroulait au même moment.

Les survivants de Pripiat, la ville voisine qui a été évacuée par la suite, ont signalé une étrange activité survenue juste avant l'explosion du réacteur en avril 1986. Les gens faisaient des cauchemars étranges ou recevaient des appels téléphoniques menaçants. Finalement, les habitants ont commencé à signaler l'apparition d'une étrange créature humanoïde avec des ailes et des yeux rouges et brillants. Certains ont affirmé qu’elle flottait au-dessus de la centrale pendant l’accident. La créature est finalement devenue connue comme l’oiseau noir de Tchernobyl.

Ce qui rend tout cela si étrange, c’est la similitude de l’histoire avec celle de l’homme papillon, une autre créature ailée aux yeux rouges qui aurait été vue avant d’autres désastres, comme l’effondrement du Pont d’argent de Virginie-Occidentale. Certains affirment que ces deux êtres pourraient renvoyer à une seule et même entité qui semble seulement apparaître avant les catastrophes causées par les humains, et pourrait être chargée de nous mettre en garde contre nous-mêmes.

Dans cet autre article nous vous racontons comment les Russes se protègaient des mauvais esprits 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies