«Troupes gonflables»: gros plan sur l'armée la plus insolite de Russie

Sputnik
Les militaires russes peuvent créer en trois minutes sur un champ en rase campagne une «unité de chars» ou tout un «régiment aérien». Gonflable, il est vrai…

En Russie, on se réfère souvent avec humour aux soldats qui, durant l'ensemble de leur service pour la patrie, s’entraînent à gonfler rapidement un char en caoutchouc en rase campagne.

Cependant, les opérations de combat sont très différentes de la façon dont elles sont représentées dans les films, et de la manière dont les gens les imaginent. Pour la première fois, la nécessité d'une telle « tromperie » a été démontrée durant la guerre de Yougoslavie en 1999.

Au cours des quatre premiers mois des combats, les avions de l'Otan n'ont pu détruire que 20 chars serbes, 18 transports de troupes de type BMP et moins de deux douzaines d'unités d'artillerie automotrices au Kosovo. Dans le même temps, les documents remis au siège du commandement de l'Otan affirmaient le contraire – en apparence, des centaines d'unités de matériel blindé léger et lourd avaient été liquidées.

Lire aussi : Quels types d’armes protègent Moscou?

En fait, il s'est avéré que ces « centaines d’unités d'équipement » étaient des imitations en caoutchouc trompeuses, que les avions de reconnaissance volant à une hauteur de plusieurs kilomètres ne pouvaient pas distinguer des vrais. En conséquence, des roquettes et des bombes valant des millions de dollars ont soufflé l’un après l’autre des trampolines en caoutchouc.

Une « duperie » aussi stupide à première vue a fait forte impression sur les militaires, et à partir du milieu des années 2000 le commandement russe a décidé de l'essayer dans ses rangs. Ainsi, les premiers chars et avions en caoutchouc sont apparus dans le pays.

Liste des faux équipements

La plupart des équipements des forces armées russes ont déjà leurs propres « frères de caoutchouc ». Parmi eux figurent les T-72 et T-80, les MiG-31 et MiG-29, et même les plus redoutables systèmes de défense aérienne fabriqués en Russie S-300 (des armes de caoutchouc quelque peu obsolètes par rapport aux S-400, mais rien de grave).

Lire aussi : Ekranoplans: la nouvelle vie d’une arme secrète soviétique

En plus de l'équipement de « combat », la « liste gonflable » comprend encore des véhicules et des systèmes de sécurité - des stations radar, des complexes de transport et de recharge, des véhicules d’état-major et autres.

Le char en caoutchouc habituel pèse environ 30 kilogrammes, et il peut facilement résister à des différences de température allant de -30°C à +30°C, « fonctionnant » dans la neige, la pluie, et la boue. En général, ils peuvent supporter toutes les difficultés et les privations de la guerre, et cependant remplir leur mission de combat.

Il est nécessaire de noter une nuance importante - chaque équipement de combat est facilement défini sur les imageries thermiques en raison de l’absence de moteur en marche ou en cours de refroidissement et d'autres attributs. C'est pourquoi, à première vue, le « caoutchouc » peut être facilement distingué des vraies armes.

Lire aussi : Un uniforme inspiré du Lego pour les soldats russes du futur

Cependant, l'armée a prévu cette nuance: ainsi, à l'intérieur des « équipements » sont installés des unités de chauffage spéciales qui simulent le fonctionnement et la chaleur de la machine de combat. C'est pourquoi, même les satellites, les drones et d'autres complexes d'observation modernes ne peuvent pas distinguer les chars réels de leurs homologues en plastique.

Le ministère de la Défense de la Fédération de Russie ne révèle pas le nombre de pièces ni l’ampleur des troupes de camouflage du génie. Dans le même temps, en 2017, la Russie a multiplié la production de maquettes gonflables et commence à les livrer à l’exportation. Ainsi, plus d'un tiers de l'« armée de caoutchouc » ira dans les rangs de forces étrangères, qui se préparent également à déjouer le renseignement de l'ennemi.

Saviez-vous, pourquoi les chasseurs russes atterrissent-ils sur des routes de campagne ? Pour en savoir plus, n'hésitez pas à vous diriger vers notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies